Un petit vote toutes les deux heures !

(Scarlet) Drive me mad


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 9 Mai - 22:02

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
Whatever tomorrow brings, I'll be there
 Dr. Elkins & Mr. Todd
C'est la quatrième fois que je me retrouve dans le bureau du Docteur Elkins. Sanglés les deux premières fois, et les deux dernières, poignets et chevilles libres. Un choix de sa part, me semble t-il. A vrai dire, elle n'a quasiment pas parlé. Et moi, je n'avais pas envie de livrer des états d'âmes qui ne regardait que moi.
Nous avons passés au total trois heures à nous regarder en chien de faïence, à savoir lequel parlerait le premier et ce ne serait certainement pas moi. Si elle voulait jouer à ce jeu, elle allait perdre. Je suis le dernier à baisser les armes, quand je les baisse.

Pour ce quatrième rendez-vous, je ne suis pas donc pas sanglé. Pour l'instant. C'est la cinquième psychiatre qu'on me colle sur le râble et tous les autres ont finit par me ceinturer parce que je devenais trop violent. Je ne voulais pas parler et je ne le ferais pas. Je me construisais des colères pour qu'on me lâche, j'inspirais la peur pour être libre.
Ce n'est pas la meilleure idée que j'ai eue, je le consent.

Alors, pour la quatrième fois, cette quatrième heure, je me tenais enfoncé nonchalamment dans mon siège, entrain de me ronger un ongle. Je fixais le Docteur Elkins entre mes cils, comme si j'allais la bouffer, mais cette fois, je me décidais à briser la glace. Pour une fois, j'allais parler, pour mettre fin à ce cirque épuisant.
" C'est ridicule, Docteur, ni vous ni moi n'avons envie d'avoir cette insupportable conversation sur mon enfance, est-ce qu'on ne pourrait pas mettre un terme tout de suite à notre étroite collaboration ? "

Je soupire avec indécence en levant les yeux au plafond. J'en ai marre d'être planté là, comme un radis à écouter les mouches volées pendant qu'elle tente de me tirer les vers du nez. Je me penche et pose brutalement mes coudes sur le bureau, face à elle, j'avance mon torse contre le bureau. J'aurais très bien pu grimper dessus. Un sourire sucré se plante sur mes lèvres et me voilà à minauder comme une morveuse.
" On va pas perdre notre temps, je suis sure que des patients vous méritent mieux que moi. Je suis un cas désespéré et vous allez finir par vous ennuyer… Alors, je vous supplie… "

Je balance un coup de pied qui fait trembler la table et reprends ma tête des mauvais jours en serrant les poings.
" Abandonnez votre traitement avec moi. J'suis pas extrêment patient, Elkins. "

 

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 11 Mai - 19:54

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Drive me mad

Jason & Scarlet


Jason Todd. Il était revenu depuis quelques temps et faisait craquer tous ses psychiatre. On avait   donné son dossier à Scarlet avant de sûrement le remettre à Ruth si elle échouait elle aussi. Mais il en était plus que hors de question. De un, elle n'allait pas se laisser marcher sur les pieds par un patient  de deux elle n'allait pas donner raison à ce patient qui dirait sûrement qu'elle ne servirait à rien et de trois elle ne laisserait aucun psychiatre lui voler ce cas « difficile » qu'il fallait juste savoir apprivoiser.
Le premier jour de leur rencontre fut très bizarre. Ils s'étaient à peine dit bonjour et ils s'était regardés avec insistance tout du long , puis les deux rendez-vous suivant aussi. Là, c'était le quatrième et s'était bien partit pour être comme les trois rendez-vous précédent jusqu'à ce qu'il parle. Scarlet était derrière son bureau les jambes croisée le regardant lui de temps à autre alors qu'il la regardait comme un animal sauvage qui voudrait faire d'elle son repas. Au fond Scarlet pour éviter d'avoir peur, évitait de penser à ce qui pourrait arriver. Elle faisait cela tout le temps et c'était efficace, ça marchait à chaque fois sans qu'il ne lui arrive jamais rien au final.
Ce Jason Todd était pour elle qu'un patient récalcitrant de plus, mais lui faire du mal, n'était pas la bonne solution de départ.
Elle avait plusieurs fois lu son dossier qui était rangé à l'heure où ils se parlaient. Quand il s'avance et parle enfin elle l'écoute et le regarde sans aucun sourire. Restant simplement froide. Sa phrase était assez marrante à entendre puisqu'elle était principalement constituée de stéréotype de la psychiatrie. Elle sentit son esprit agressif dès ses premiers mots. Il ne lui faisait pas peur au final.
Scarlet allait prendre la parole mais elle le fit lever les yeux au ciel et s'enflammer de plus belle. Alors qu'il prenait un air méchant et commencer à se montrer menaçant en se montrant violent avec son pauvre bureau. Scarlet le regarda et mit son paquet de clope sur le bureau  alors qu'elle en allumait une pour elle.  


Le voilà mon traitement. Vous en voulez pas ?Très bien, vous préférez peut-être les médocs que vous font avaler les autres psy. Vous savez, ceux qui vous font baver, dormir, et vous empêche de bander. 


Elle le regarde dans les yeux et fume tranquillement assise et élégante sur son fauteuil de bureau.Il était … bruyant et plutôt énervé. Scarlet réfléchissait. Comment le prendre… Il l'avait menacé après tout elle pourrait bien s'amuser avec  quelques outils…. Mais pas maintenant. Il n'était pas attaché et un coquard tuerait sa beauté et son charisme si chère à ses yeux. Comment l'appréhender ? Elle ne savait pas vraiment. Mais il ne fallait pas qu'elle dérape. Cela lui était absolument interdit d'elle-même. Elle trouverait un terrain d'entente avec lui.  


Vous voulez déjà arrêter de me voir alors que je ne vous ai pas titillé. Vous avez peur ou quoi ? 


Elle le regardait et parler sans aucun soucis , sans tremblements, ni peur quelconque. Elle avait prévu quelque chose pour lui aujourd'hui et elle était contente cela allait servir. Elle commença par sortir une feuille blanche qu'elle mit en face de lui. Puis une trousse noire remplie de quelques feutres. Elle vida la trousse devant le patient faisant attention qu'aucun ne tombe par terre. Sur certains des feutres il y avait un scotch avec le prénom du supposé propriétaire dessus. Suzy Lou.  Sa conscience lui répétait qu'il allait faire voler les feutres et froisser la feuille pour lui jeter à la figure, mais elle tenta le coup.Elle appuya sa poitrine contre le bord de la table s'avançant face à lui alors qu'elle reprit son paquet de cigarettes.


Maintenant, je vous demande de dessiner un arbre. Celui que vous voulez et avec la couleur que vous voulez. Sinon vous pouvez aussi  dessiner un sexe, m'écrire une lettre de menace, un métier déguisé en insulte ou rien même si ce n'est pas constructif.
Honnêtement, vous n'êtes pas mieux là avec moi plutôt qu'avec un de mes collègues que vous auriez poussés à bout et vous aurez sûrement électrocuté ? D'autant plus que vous êtes libre de vos mouvements alors montrez que vous en êtes digne.
 


Elle le regardait dans les yeux très sérieuse avec un léger sourire en coin alors qu'elle lui avait parlé tout à fait normalement sans le prendre de haut ni rien. Un sourire tout à fait amical. Elle avait hâte de voir sa réaction. Elle se recula sur le dossier de sa chaise en restant élégante et cracha sa fumer en le regardant. Elle était presque certaine qu'il allait péter un câble, croyant qu'elle le prenait de haut et pour un gamin alors que non. Pas  du tout. Serait-il prévisible ou original ?  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 11 Mai - 22:28

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
Whatever tomorrow brings, I'll be there
 Dr. Elkins & Mr. Todd
Des clopes ? J'ai eu le malheur d'avoir l'idée saugrenue de vouloir fumer, à quinze ans. Quand Bruce l'a apprit, je me souviens parfaitement de sa réaction. Ok Jason, tente. Tu m'en diras des nouvelles. Fumer m'a empêché de suivre l'entrainement. J'étais juste bon à être inoffensif et Bruce n'a jamais lésiné sur la puissance des coups. Voilà pourquoi  je n'ai jamais fumé longtemps. Il me laminait.

Mais je n'étais plus un Robin et une cigarette ne me tuerait pas. Sans son avis, j'empruntais une cigarette dans son paquet. Je l'allumais avec tout autant de nonchalance qu'avant et m'enfonçait de nouveau mon siège inconfortable, la plante des pieds sur le bureau.

" Ne le dites pas à mon père… Oh, attendez ! Il s'en fout. "

Entre les volutes de fumée, on s'affronte du regard comme deux félins.

" Ce qui se passe sous ma ceinture vous tracasse, Docteur ? "
Je fais mine de n'avoir retenu que ce détail.
" Vous voulez déjà arrêter de me voir alors que je ne vous ai pas titillé. Vous avez peur ou quoi ?
Je mime un frisson en argumentant d'une voix lancinante
"T'as pas idée, blanche neige…"

Elle s'agite en face, décidé à finalement prendre mon cas en main. Distrayant, mais je n'étais pas enclin à la coopération. Elle m'étale un attirail de coloriage à faire pâlir une maternelle.

" Maintenant, je vous demande de dessiner un arbre. Celui que vous voulez et avec la couleur que vous voulez. Sinon vous pouvez aussi  dessiner un sexe, m'écrire une lettre de menace, un métier déguisé en insulte ou rien même si ce n'est pas constructif. 
Honnêtement, vous n'êtes pas mieux là avec moi plutôt qu'avec un de mes collègues que vous auriez poussés à bout et vous aurez sûrement électrocuté ? D'autant plus que vous êtes libre de vos mouvements alors montrez que vous en êtes digne. 
"
Très drôle, Doc. Très drôle. Tu m'attends au tournant ? Je vais venir.
J'hésite d'abord, questionnant la feuille du regard dans l'attente d'une bonne idée. Si on jouait, il fallait jouer correctement. La cigarette se consomme paresseusement entre mon majeur et mon annulaire. Je fume assez peu. Une taffe distraite, par-ci par-là. Mon annulaire attends, coincé entre mes dents. Je regarde les feutres et m'avance contre la table.

" Vous avez des enfants, Dr. Elkins ? "

Je prends la feuille et commence à la plier, sans plus la regarder, distraitement amusé par mon bricolage.

" En fait, vous êtes assez charnue pour être mère et à en juger par la taille de vos seins, je dirais que c'est possible. "
Je relève les yeux vers elle, l'air des plus naturelles et continue de plier avant d'ajouter des points de couleurs différentes à mon œuvre. Je lui tends un des feutres.

"Suzy-Lou va bien ? "

Je susurre en tapotant la cendre à même le bureau avant de griffonner sur ma feuille.
Alors, enfin, je coince la cigarette entre mes lèvres et lui présente une cocotte en papier.

" Surprenez-moi, Docteur, choisissez une couleur…"


 

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 29 Mai - 18:55

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Drive me mad

Jason & Scarlet


Elle l'écoute parler et n'en rajoute pas. Le fait qu'il intègre son père à la discussion ne devait pas être un hasard. Son ton, sa voix, tout trahissait sa haine envers-lui. Cette phrase qu'il avait balancé comme ça l'air de rien était lourde de peine. Ça se voyait ça se sentait. Le fait qu'il se soucis de l'avis de Bruce Wayne , le fameux Batman montrait toute l'importance qu'il avait dans le cœur brisé de ce pauvre équipier remplacé comme on remplace un stylo. Ses pleures. Elle voulait les entendre maintenant. Toute la peine qu'il éprouvait. Elle voulait le voir se pleurer dessus comme un enfant qui vient de perdre son chat. Elle se contenta de noter cela dans son esprit et n'insista pas pour le moment à propos de Bruce Wayne. Pour le moment. Elle y reviendrait plus tard.
Scarlet se contente de sourire et ne le quitte pas des yeux. Elle se sentait confiante face à lui maintenant. Ils allaient bien s'amuser.  


Oh pas le moins du monde, ce n'est pas moi que ça va gêner.  


Blanche Neige… C'est la première fois qu'on l'avait appelée ainsi. Cela l'étonna et elle eu un léger sourire plus appuyer qu'elle ravala bientôt. En le voyant plier le papier elle se demande ce qu'il fait et ne tire pas de conclusion hâtive… Il pourrait tout à fait faire un geste déplacé d'un coup sans réellement prévenir. Un peu comme une surprise. Scarlet détestait les surprises. C'était toujours gênant embêtant et vraiment pas terrible au final. Oui c'était nul.  Les enfants. Il posait la question très drôle des enfants. Très drôle, c'était vite dit car au moment ou il posa la question et enchaîna sur ses propres conclusions, les trips de la psychiatre s'était serré et contrarié. Elle soupire et le regarde .


Non. 


Un non direct froid et destructeur. Il n'y avait rien de plus efficace à cette question stupide. Scarlet continue à l'observer de nouveau enfermée dans son stoïcisme. Il avait commencé à vouloir entrer dans le domaine du privée comme beaucoup, et cette idée ne plaisait guère à la psychiatre. Il ne fallait jamais laisser un patient apprendre ne serait-ce qu'une miette de sa vie privé, c'est quelque chose en quoi Scarlet croyait avec conviction comme beaucoup d'autres patients. Quand il énonce un nom Scarlet regarde le feutre qu'il lui tend et hausse un sourcil en relevant le regard. Semblant ne pas reconnaître ce prénom.


Aucune idée. J'ai pris ces feutres dans la salle de divertissement 


Un petit sourire lui échappe en voyant cet espoir dans ses yeux. Elle se permet de reprendre entre ses lèvres sa cigarette pour en consommer tous les méfaits. Élégamment elle recrache la fumée comme elle a l'habitude et observe le résultat de son pliage. Original. Pour une fois cela changeait un peu. Une cocotte en papier, ou un tic tac pour certains. Voilà ce qu'il avait fait au lieu de sagement dessiner un arbre comme elle lui avait demandé. Les patients, ils ne faisaient jamais ce qu'on leur demandait. C'était une sorte de particularité propre à eux à  Arkham. Des enfants. La plupart étaient des enfants dégénérés pour une quantité minime de sociopathe intelligent. Pas besoin d'enfant à la maison quand on travaille à Arkham, il en déjà partout.


Aller Jason dessinez-moi un arbre et après on joue.  


Elle le regarde très sérieuse, son regard venant percer le sien.  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Jeu 2 Juin - 16:02

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
Whatever tomorrow brings, I'll be there
 Dr. Elkins & Mr. Todd
Vous ne voulez pas jouer Docteur Elkins ? Autant d'effort et de maigres réactions pour en arriver là alors qu'il est éminemment facile de me faire sortir de mes gonds ? Quel déception. Oh oui, ça m'ennuie de vous voir refuser une partie de la sorte.
Votre " Non " si catégorique me reste en travers de la gorge et n'esquiver par quand je pose des questions, ça me met sur les nerfs. Je plisse le nez, en affichant un rictus méprisant
" Allez Jason, dessinez-moi un arbre et après on joue.
-Vraiment, Docteur … ? j'articule lentement, en laissant la cocotte me glisser des doigts, vous pensez que je vais vous laisser choisir les jeux ?"

Je fronce les sourcils et retire la cigarette de mes lèvres. Je prends tout mon temps pour observer la fumée se lever entre nous, la laissant voluptueusement quitter mes lèvres. Nous ne sommes pas pressé, Docteur. Nous ne l'avons jamais été. Ce n'est que la quatrième séance et c'est la première fois que nous nous parlons. Vous devez déjà connaître tout mon dossier, de mes ascendances à mes angoisses, mais ce n'est pas fairplay de jouer ainsi. Vous connaissez tous et moi absolument rien.
J'abaisse lentement la main qui tient la cigarette pour la reposer sur l'autre. Nous avons tout notre temps, Docteur, mais vous devez savoir que je n'ai pas de patience. Qu'à l'instant où elle éclate, le monde explose avec moi. Alors, je regarde mes mains, langoureusement, en mesurant patiemment le temps.

" Vous savez, Scarlet…, je relève un court instant les yeux, vous permettez que je vous appelle Scarlet ? J'attend un maigre instant son approbation et reprend, les sourcils froncés, dans une interrogation indolente, il ne me semble pas avoir croisé une Suzy-Lou, et encore moins de gamine en bas-âge dessiner dans la salle de divertissement… mais continuer de me mentir. Évitez au moins de la laisser trainer dehors… Elle pourrait se attraper par les chauves souris. Elles volent les enfants, vous êtes au courant ? "
C'était dit. Elle pouvait inventer ce qui lui chanterait, mais je n'allais certainement pas courber l'échine face à elle. C'est mal me connaître, Docteur. Je pourrais vous jeter sur la table trop facilement. Vous cassez un genou après l'autre et vous empêchez même de pouvoir pousser un cri. Ne jouez pas avec le feu, vous vous brulerez avant moi.
Je tire une nouvelle taffe avant de lui souffler dans le visage. Profitant de cette épaisse fumée, je trace de l'index la forme approximative d'un arbre.

" J'ai fais ce que vous vouliez, j'ai le droit à un susucre ou je dois aller voler les sucettes de Suzy ? "

 

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 5 Juin - 19:46

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Drive me mad

Jason & Scarlet
credit: SMOKE IN YOUR EYES


Elle hoche faiblement la tête à sa première question puis pour la seconde elle ne répond pas, non de toute façon elle connaissait déjà la réponse. Il voulait jouer et donc il allait choisir le jeu c'était prévisible et puis il avait déjà habilement plié sa cocotte en papier alors bon il y avait évidemment peu de chance qu'ils jouent a chat perché. Elle le fixait alors qu'il se plaisait à la faire attendre la faire languir d'envie de savoir ce qu'il allait faire. Il fallait avouer que … ça la faisait bien chier tout ce temps de pause, car dans son esprit malsain elle était absolument certaine que son cerveau tournait a pleins régime pour trouver un plan face à elle. Elle sentait qu'il voulait atteindre le domaine du privé. Atteindre ce qui fait mal à Scarlet pour une meilleure égalité. Ce genre de patient était plutôt habituel malgré leurs caractères gênant à vouloir tout connaître de leur psychiatre. Après, elle comprenait, c'était naturel de vouloir se confier seulement aux personnes qu'on connaît. Très bien elle allait se confier. Elle aspira une dernière bouffée de fumée avant de venir retirer la cendre du bout de sa cigarette avec un petit mouvement de doigt, laissant un petit tas de cendre se former sur la table. Elle allait ensuite se mettre a parler , mais a quelques millisecondes près il commença une phrase. Polie, elle le laissa continuer.

Ce qu'il disait embêtait Scarlet, avec toute la bonne volonté qu'elle avait eu a lui mentir habilement cela n'avait pas marché. Il avait dit son nom. Suzy-Lou. C'est elle qui avait choisi son prénom et comme pour emmerder d’avantages Scarlet, Edgar avait accepté pour lui rappeler qu'il s'agissait du nom qu'elle avait choisis elle sans pouvoir profiter de la petite. C'était une sorte de lien. Quelque chose qui lui faisait mal et ça il le savait bien Edgar… Mais la c'était Jason qui disait son nom, qui l'attaquait… A cet instant Scarlet plaque ses paumes de mains contre la table tremblant un peu, se retenant de toutes ses forces de pleurer s'énerver ou laisser s'échapper le moindre sentiments de son faciès. Il la cherchait de plus en plus et Scarlet avait du mal à laisser se refroidir la colère qu'elle éprouvait à ce moment-là. C'était affreux. Elle se souvenait de l’hôpital, le matin où elle s'était réveillée sans voir sa fille dans son berceau. Elle était seule attachées dans un lit comme une folle, le ventre douloureux, comme si on lui avait arraché quelque chose...  Oui on lui avait arraché quelque chose Ce jour-là : sa dignité d'être une mère… « Elles volent les enfants » « ELLES VOLENT » « VOLENT LES ENFANTS ! ».On lui a volé son enfant... Son cœur cognait dans sa poitrine a chaque battement c'était comme un marteau qui cognait et plantait un clou dans son cœur.

Elle DEVAIT se contrôler elle était obligée. C'était devenu si difficile d'un coup… Il avait trouvé son point faible juste en regardant a qui appartenait les feutres qu'elle avait mis à sa disposition... Quel petit con.
Les mains de Scarlet posées face contre table tremblaient encore de colère, elle se retenait sincèrement de ne pas l'énucléer avec les doigts. Ses ongles.
Non ça c'était peut-être un peu abusé. Mais il jouait dans la cour des grands maintenant. Elle ramena ses mains devant elle commençant à les gratter malgré ses gants de dentelles transparent noir comme une folle. Ça c'était son mauvais coté qui ressortait celui de la folle qu'elle est au fond et qu'elle ne veux pas être. Le silence qu'elle laissait entendre en disait long même si elle ne le voulait pas… Il pesait dans la pièce. Elle le regarde droit dans les yeux ne réagissant même pas a la fumée qui lui arrive au visage. Elle voit l'arbre qu'il trace dans la fumée et avant qu'il ne disparaisse elle le mémorise pour en faire un croquis sur un morceau de papier et ainsi s'en souvenir quoi qu'il arrive. Elle allait continuer a se gratter les mains tout en pensant mettre un terme à cette consultation. Et là. « Suzy » retentit dans ses oreilles accompagnés d'une phrase qui se fiche d'elle. Scarlet relève la tête en posant ses yeux sur ceux de Jason le mitraillant du regard. Puis, sans prévenir « SBAFF », une claque sur sa joue droite. Une claque puissante ampli de haine et de colère. Une claque méritée.
Elle ne dit rien. Il n'y a rien à dire. Elle ne sait pas ce qu'il va se passer, mais elle s'en fiche.  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Jeu 16 Juin - 22:12

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
Whatever tomorrow brings, I'll be there
 Dr. Elkins & Mr. Todd
J'avais tapé juste et droit. En plein dans les sentiments, donc en plein dans le cœur. Je pouvais voir ses veines battre férocement de sa gorge jusqu'à sa tempe. Elle gardait un calme exemplaire, auquel j'accordais presque un respect. On se croyait de glace, Docteur Elkins ? Désolé d'être de ceux qui éclate les blocs, qui éclate en épais morceau les carapaces de cristal. Et si je dois me couper contre votre enveloppe, j'en assumerais les compétences, Docteur Elkins, mais j'irais au bout de mon geste. Je décrocherais chaque partie coupante de votre petite protection, je vous ferais sortir de votre cocon de fer et vous imposerait, à nu, face à votre adversaire.

Je le promets, Docteur.
Je serais infatigable.

Je suis chacun de vos gestes, avec une attention presque médicale. De vos tics à vos soubresauts nerveux. J'ai bien remarqué vos ongles, Docteur qui s'acharne contre votre gants. Je ne connais que trop bien ce trouble. On se fait souffrir, n'est-ce pas ? On cherche à se raccrocher à quelques choses… ou peut-être à se punir ? Je n'ai pas envie d'inverser nos rôles, Docteur. Oh non, non je ne veux pas être à votre place et vous rassurer. Je veux pire que ça. Un sourire mesquin se pose sur mes lèvres, alors que je fixe sa main se blesser elle même.

Vous me regardez et je ne peux me départir de mon sourire, de ma dentition canine à rayer le parquet. Je vous méprise, Docteur, tellement. D'un battement de cil, je vous lance un appel muet " Qu'attendez-vous ? " murmure mon regard et l'instant d'après, ma joue se détourne de joue, dans une claque qui me vibre jusque dans les oreilles. J'en ferme les yeux, inspire, longuement. Avant de sourire. Oui, un sourire presque satisfait. Merci d'avoir agit la première, Docteur. Merci de m'avoir ouvert la voie. Je vrille un regard noir, papillonnant vers elle, puis tout se passe très vite.

Je garde la cigarette dans un main que je relève et mon bras l'attrape à la nuque. Je colle son visage à la table. Son crâne y résonne, mais qu'importe ! Elle mérite le choc. Je glisse contre le bureau pour la rejoindre et m'appuyer derrière, pour l'écraser contre la surface plane. Entallé dans la cendre que j'ai répandu, j'appuie de plus belle contre sa nuque, jusqu'à sentir le craquement désagréable de ses articulations sous la mienne. Gémissez, Docteur, ça ne me radoucira pas.
Je tire une dernière latte de ma cigarette avant de planter le mégot brulant contre la main de la psychiatre à ma merci. Sans aucune forme de respect, j'expulse la fumée dans ses cheveux et au bord de son oreille.

" Là, on joue ! Et si je veux parler de Suzy-Lou…, j'écrase un peu plus la cigarette, jusqu'à bruler son gant et le jeter à l'autre bout de la pièce, je le fais…"
J'articule, posément, décrochant chaque mot avec une langueur sauvage " Si je le veux… "

Je laisse gronder un rire menaçant, en fixant ce gant troué à travers lequel je crois voir des cicatrices récentes. Les sourcils froncés, je continue, ma poigne entravant sa liberté. " On peut commencer la thérapie, Elkins."

 

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 1 Aoû - 13:12

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Drive me mad

Jason & Scarlet
credit: lagaufreparisienne


Qu'avait-elle fait ? Le contrôle bon sang, elle venait de perdre le contrôle, une seconde certes mais elle l'avait perdue… Dans sa tête tout s'entrechoquait violemment sans qu'elle soit vraiment surprise. Simplement elle était frappée, frappée au cœur. Celui-ci cognait, cognait encore et encore dans sa poitrine exprimant son mal, sa douleur à supporter ses sales mots bourrés d'arrogance. Le temps de se rendre compte de son erreur, elle voit son sourire et là s'attend au pire. Il a compris qu'elle avait fait une erreur minable de stratégie. Seulement elle n'a pas le temps de s’apitoyer, de péter un câble alors elle refoule tout d'un coup se préparant à recevoir sa réponse corporelle. Elle n'avait pas peur de la douleur au contraire mais de la position dans laquelle son patient était en train de se glisser petit à petit. C'était assez excitant de savoir si ce qu'il allait lui infliger allait lui donner du plaisir. Elle était certaine qu'il en était capable. Ne le quittant pas des yeux elle ne bouge pas, attendant tout en réfléchissant plus qu'activement à la situation et à une façon de la faire bouger pour qu'elle convienne au plan. Consciemment elle ne répond pas à cette question qu'il lui pose de par son regard, elle reste calme comme un crocodile à attendre le conflit sans se presser.


En un clin d’œil elle sent sa nuque se faire saisir, son crâne raisonner, et sa main brûler. Une seconde, trois supplices. Quel délice. Il était doué puisqu'un soupire de satisfaction lui échappa dans la folie de l'instant. Discret, difficilement audible mais présent. Seulement maintenant elle s'obligeait à se taire pour ne pas se dévoiler plus qu'elle ne l'est déjà. Tous ses os craquent et elle ferme les yeux en s'obligeant à ressentir naturellement la douleur, l’accueillant ainsi réellement comme une douleur en souffrant, en silence certes mais en souffrant sans ressentir le moindre plaisir malsain habituel. Quel beau diable il se battait avec énergie et perfidie. Entendre le nom de se sa progéniture de sa bouche était absolument terrible pour elle. Pendant une seconde alors qu'il prenait un malin plaisir à la faire souffrir plus moralement que physiquement, elle réfléchissait à comment ce stupid crayon s'était retrouvé ici parmi les crayons qu'elle utilise au travail. Tragique accident qui lui aurait évité quelques bleues faciales si elle avait fait plus attention.


Son charabia résonnait comme quelques choses d'habituel qu'elle n'écoutait pas vraiment. Les yeux toujours fermés et les sourcils douloureusement froncés elle a des pensées calmes des pensées agréables avec elle, sa petite à elle… Se souvenir lui fait mal vraiment mal mais celui-ci lui permet aussi de ne pas craquer car ce souvenir avant d'être nostalgique est heureux, joyeux… À cet instant elle ne pense plus à Jason qui la frappe elle pense simplement à ça et retrouve son calme ravalant sa colère et sa haine un instant. Elle ouvre les yeux et fixe de nouveau Jason en lui faisant un petit sourire odieux qui signifiait qu'elle avait compris son charabia. Même si elle ne l'avait écouté que d'une oreille ça avait suffi. Sans même se débattre elle l'écoute rire et lui lancer son dernier jet de venin. Scarlet au sein de tous se remue ménage avait laissé une de ses mains sur son genou celle qui était à l'opposé de Jason, celle qui était encore au chaud dans son gant.


Elle regarde alors son gant troué qui dévoile ses mains pleines de citatrice affreuse. Celle qu'il vient de lui infliger brûle comme une flamme infernale au cœur de sa chair qui dégouline accompagnée d'hémoglobine. C'est absolument dégoûtant et serait capable de donner la nausée aux plus fragiles de ce monde, néanmoins elle s'occuperait de cela plus tard. Il lui donnait son feu vert, c'était parfait ça, elle s'en mordillait sulfureuse ment les lèvres rien qu'en s'imaginant exécuter le traitement qu'elle avait prévu pour lui. Sans vraiment penser se venger ce qui allait suivre pouvait porter à confusion mais faire cela pour se venger serait idiot, ce qu'elle allait faire c'est le soigner, tout simplement. Une guérison est de toute façon et sans aucun doute toujours douloureuse. Voilà pourquoi beaucoup de patient refuse d'être soigné mais avant cela de se soigner…


Le regard maintenant planté dans le sien elle sourit sincèrement. Ayant réfléchi à ses paroles et à un plan pour arrêter cela sans faire de grosses vagues ou bien risquer d’avantages de dommages personnels, elle se lèche discrètement les lèvres avant de laisser sa voix mener le jeu.


 Jason, je peux vous appeler Jason, nous ne n'en sommes plus aux formalités vous êtes d'accord... Sans attendre la moindre réponse elle continue restant sagement bloquée entre ses mains, le forcer à faire quoi que ce soit serait mettre inutilement sa vie en danger. Je pense sincèrement que vous êtes un homme intelligent, soyez-en content mais surtout montrez-vous-en…  Quelques secondes elle cherche son mot pour donner un peu plus de suspens à son discours.  digne ? Vous voulez-bien . Encore une fois elle n'attend aucune réponse orale et continue simplement à sourire cordialement durant sa légère pause avant de continuer à parler.  Voyez-vous, au-dessus de cette table, pile à l'endroit où je suis placée se trouve un bouton. Ce bouton est tout rouge et protégé par une petite grille très facile à enlever pour le psy qui se trouve ici. Vous devez l'avoir compris mais ce bouton est ici pour ma petite sécurité et à impérativement déclencher si le patient commence à se montrer violent, exactement comme vous en ce moment. Elle marque une petite pose en insistant un peu plus avec son regard qui lui montrait la vérité en face. Évidemment quand ce bouton est enfoncé un traitement douloureux et violent s'abat sur le patient qui est immédiatement placé en isolement. Cependant, je n'ai pas appuyé dessus. Tout simplement parce que je suis persuadée qu'il s'agit d'un fâcheux petit accident qui ne se reproduira pas n'est-ce pas ? Alors soyez intelligent, lâchez-moi et tout ira bien. Je ne désire pas votre perte.

Toujours aussi calme elle le regarde sans méchanceté, simplement normalement comme elle le ferait avec n'importe qui, attendant qu'il agisse tout seul comme un grand… Elle espérait beaucoup de sa réaction, lui ayant parler avec calme et sincérité sa réaction pouvait être parfaite. Mais ça dépendait de lui et simplement de lui.  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







(Scarlet) Drive me mad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1