Un petit vote toutes les deux heures !

Pètage de plomb [Scarlet]


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 20 Mar - 21:55

Invité
Invité
La lune devait être pleine ce soir la et il était donc hors de question pour Violet de rester dans sa cellule, pas ce soir... Elle paniquait déjà à l'idée de voir la nuit tomber et la lune éclairer ses crocs sous un hurlement effrayant... Elle était persuadée, malgré ce que certains médecins s'entêtaient à dire, qu'une fois le premier rayon de lune apparut elle se changerait en bête féroce. Quand bien même elle ne se retrouverait pas couverte de poils de la tête aux pieds, elle savait que ses yeux changeraient et que personne n'aurait plus affaire à Violet mais à la bête, un loup ignoble qui n'avait aucun scrupule à tuer qui que ce soit.

On avait essayé de la mettre dans sa cellule comme à chaque fin de journée, mais cette fois-ci elle montra de la résistance. On essaya de la forcer à y entrer mais rien n'y fit. Violet hurlait, se débattait et flanquait de violents coups aux gardiens. Elle était en pleine crise d'hystérie, une vraie furie. On essaya de lui administrer une dose tranquillisante, elle brisa la seringue avant d'être atteinte.
Lorsqu'elle attrapa un infirmier avec sa mâchoire, plantant ses crocs dans le bras du pauvre nouveau, on la gifla violemment. Cela eut pour effet de la calmer un court instant, le temps de la trainer jusqu'au couloir de la salle d'isolement, non sans qu'elle ne continue de se débatte entre temps. L'un des infirmiers était allez prévenir une psychiatre, espérant qu'elle puisse changer quelque chose. Quel sombre crétin... Violet allait se transformer en bête féroce et rien ne pourrait y changer quoique ce soit.






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 25 Mar - 20:57

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Pètage de plomb

Violet et Scarlet


Cela faisait maintenant un petit moment que la psychiatre avait été engagée ici, à Arkham en tant que psychiatre. Bien évidemment, comme elle était « nouvelle », les cas les plus intrigants  possesseur d'un un dérangement mental si profond qu'ils ne comprenaient pas pourquoi ils étaient là, lui était « volé » par Ruth Adams qui semblait épier chacun de ses faits et gestes dès qu'elle le pouvait . Scarlet avait un gros problème de compréhension de ses propres sentiments avec elle, elle ne savait pas si elle l'adorait ou la détestait…

Enfin. Même si certains cas lui avait été refusé, elle avait tout de même quelques cas intéressants qui avaient piqué sa curiosité maligne. La belle avait réussi à obtenir le dossier de la jeune Grenier, cette jolie demoiselle qui se prenait à chaque pleine lune pour une bête féroce et dévorait n'importe qui passait à sa portée. Voilà ce que disaient les patients d'elle, ce qui  ne faisait que frissonner Scarlet d'un étrange plaisir. Elle avait lu son dossier comme on dévore un best-seller longtemps étiqueté en rupture de stock. A chaque lecture du nom de la demoiselle, la psy eu un petit sourire… que ce nom était susceptible de jeux de mots  … Ses parents devaient avoir une dent contre elle, pensa Scarlet avant de laisser son pervers esprit de coté pour lire la suite, rapports, médication, et tout le bazar qu'un dossier de patient d'Arkham contenais.

Alors qu'elle se plaisait à dévorer tous ses dossiers hélas elle eu bien vite finis et pu commencer à méticuleusement élaborer une stratégie pour réussir à tirer ce qu'elle veut de chaque patient…
Ce soir-la  c'était la pleine lune et Scarlet n'avait pas vraiment réagis par rapport à Violet.
Elle était dans son bureau et finissais de la paperasse administrative avec la hâte de rentrer chez elle pour une fois, fatiguée de sa journée. La clope se consumant au bout de son fume cigarette en faisant une harmonieuse fumée qui agissait comme un compte à rebours. Alors qu'elle fumait tranquillement, un infirmier courait dans tout l'asile pour retrouver  miss Elkins…
Alors que la clope se consumait cendre par cendre récupérées par son cendrier, Scarlet acheva sa dernière pile de paperasse jusqu'à ce que  sa cigarette rende l'âme pour que se déclenche l'alarme. L'infirmier entre en explosant la porte contre le mur. Il s'avance et tout essoufflé qu'il est ose parler à Scarlet qui tire un visage sévère, froid et haineux.

Madame Elkins, nous.avons besoin de vous. Votre patiente est déchaînée elle ne veut pas rentrer dans sa cellule. On à tout essayé. 


Dit-il la voix coupée par son état essoufflé. Scarlet ne dis rien pendant un instant et appuie son regard sur lui. Même si elle violentais ses propres patients Scarlet aimait le faire pour une bonne raison. Mais la, ce que sous entendait cette imbécile d'infirmier c'est qu'ils ont utilisé la violence contre cette pauvre folle. Parfois, il faut savoir pardonner au patient et parfois non.Mais de qui parlait-il. ?

Laquelle ? 



Dit Scarlet les bras croisés un l'air froid  semblable à un robot sans émotion alors qu'elle ne le regarde même  pas.

Violet Grenier, on a essayé de lui administrer un sédatif et de la forcer à entrer dans sa cellule mais une vrai bête il n'y à rien à faire. 


Scarlet hausse alors les deux sourcils en relevant le regard avant de soupirer désespérée par les méthodes des infirmiers d'ici.Comme partout une bande de brute incapable de la moindre intelligence apparemment. Elle détestait leurs manières autoritaires de contenir les patients, ne les énervant que plus pour ensuite appeler au secours leurs psychiatre… Scarlet garda son venin au fond de sa gorge et ne le cracherait que devant Violet sur eux pour mieux  se la mettre dans la poche… Elle monte avec l'infirmier au quatrième étage pour voir la scène de ses propres yeux. Des cris des larmes et du sang tout ce qu'aimait Scarlet. Elle restait légèrement éloignée du limite sketch alors qu'un infirmier tenait la jeune femme par les cheveux et un autre par les bras tandis qu'elle se débattait. La psychiatre ne regarde que la patiente, elle et rien qu'elle, la seule ici digne d'un quelconque intérêt de sa part.

Scarlet oublia les méthodes des infirmiers une seconde, elle leurs feraient regretter plus tard… Elle commença alors à chercher le regard et l'attention de Violet  avant de lui parler avec un air calme, froid , et surtout sans agressivité, cela ne ferait que l'énerver d'avantage. La dernière chose qu'elle souhaitait c'était de servir de repas à cette malade. Pâle comme un cadavre elle avait peut-être une chance de paraître insipide aux yeux de Violet Une question effleura son esprit quand elle posa sa question. Arrivera-t-elle à répondre ?


Violet. Pourquoi refusez-vous d'entrer dans votre chambre ? 

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 25 Avr - 19:53

Invité
Invité
Si la crainte se lisait dans les yeux des infirmiers, c'était bien de la terreur que reflétaient ceux de Violet. Elle avait peur, affreusement peur de la bête en elle. Elle aurait put tuer une grande partie des patients et des infirmiers dans le batiment si on ne la prenait pas au sérieux et elle ne voulait pas blesser plus d'innocents qu'elle en avait déjà blessé auparavant. Elle était dans un état de panique complet. Tout ce qu'elle aurait voulut à cet instant c'était de voir son père, persuadé qu'il était le seul à pouvoir l'aider et pas juste reporter la furie du loup à plus tard. Ne l'avait-il pas déjà empêché de commettre des crimes par le passé ?

L'infirmier qui était partit revint rapidement avec Scarlet Elkins, la psy attitrée de Violet.

- Violet. Pourquoi refusez-vous d'entrer dans votre chambre ?

Soudain les yeux bleus de la demoiselle s'arrêtairent sur ceux de la psy. Elle sentit également l'emprise des infirmiers sur elle faiblir lorsque Scarlet lui adressa la parole. Etaient-ils eux aussi rassurés de la voir ici ?
Violet respira bruyamment, à bout de souffle à force de se débattre. Elle tenta de lui répondre.

- Trop dangereux.






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Jeu 5 Mai - 18:11

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Pètage de plombs

Violet & Scarlet


« Trop dangereux » ? Pourquoi la contenir dans un endroit clos seule était dangereux ? Elle ferait sa crise psychotique dans son coin sans blesser personne. Scarlet ne dis rien tout d'abord, elle restait sur sa faim par rapport à sa réponse qui ne faisait que naître plus de questions dans son esprit. Une question. Quel terrible chose. Ce n'est pas pour rien qu'on a  assimilé à la torture le synonyme « la question ». Les questions sont toutes des tortures plus ou moins difficile à surmonter… Scarlet restait immobile face à elle et la fixait comme une poupée de verre le ferait. Déceler le moindre détail était plus que primordial dans le cas présent. Qu'est-ce qu'elle voulait qu'est-ce qu'elle ressentait , pensait …
En continuant à l'étudier par son regard , Scarlet comprit qu'elle avait peur d'elle même , de sa « bête » . Qu'est-ce que représentait cette bête pour qui elle se prenait la pleine lune tombée.
C'était frustrant de ne pas savoir quoi faire en cet instant , en conséquence de cette peur qu'elle ressentait et qui était plus que légitime…
La laisser Libre était dangereux et l'emprisonner était une facilité  tout aussi dangereuse.
Quoi choisir ? Cette patiente n'avait pas l'air très coopérative de base, il fallait mieux jouer la carte de la gentillesse.  

Dangereux ? Qu'est-ce que vous voulez Violet, blesser autrui ou vous transformer dans cette cellule sans faire de mal à personne ?  


Elle fait un geste aux infirmiers pour qu'ils se montrent moins sévère encore une fois… Il fallait l'écouter. Maintenant et non pas plus tard… Les choses seraient plus intéressantes.


Violet, je conçois qu'il n'est pas agréable d'être enfermée dans une chambre, mais c'est pour votre sécurité et celle d'autrui. Vous n'auriez pas envie de tuer encore une fois ? Je peux vous aider Violet. Écoutez moi , faite moi confiance. 


Elle la regardait dans les yeux. Lui tendant sa main vêtit d'un gant noir et élégant en cuir noble. Si elle choisissait de lui prendre la main gentiment et de  se tenir tranquille, les infirmiers la lâcheraient sûrement...  Scarlet n'avait pas peur d'elle mais plutôt peur de cette « bête » qui semblait être le fruit de toute sa haine inconsciente. S'étant un peu renseignée de cette  maladie suite à l'obtention de son dossier, Scarlet en avait déduit qu'il s'agissait d'une manifestation inconsciente plutôt violente ou bien d'une double personnalité.  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Jeu 5 Mai - 23:57

Invité
Invité
Non, évidemment qu'elle n'avait pas envie de blesser les autres... Mais elle estimait la bête suffisamment forte pour faire plus de dégâts lâché dans une salle d'isolement qu'attaché dans sa cellule.

Violet, je conçois qu'il n'est pas agréable d'être enfermée dans une chambre, mais c'est pour votre sécurité et celle d'autrui. Vous n'auriez pas envie de tuer encore une fois ? Je peux vous aider Violet. Écoutez moi , faite moi confiance.

Faites moi confiance..... Ces mots résonnaient dans sa tête, un écho lointain. Faites moi confiance..... Son regard s'assombrit et elle fronça les sourcils, l'air mécontente. Lorsque Scarlet tendit sa main vers elle Violet eut un mouvement de recul, ce qui eut pour effet de donner une bonne excuse aux gardes pour la serrer à nouveau. Non, elle ne voulait pas lui faire confiance, pas comme ça, pas maintenant.... Pourquoi le ferait-elle ? Elle avait à l'instant même l'impression d'être prise pour un vulgaire chien qu'on essaye de dresser. Elle n'était pas un chien, elle ne l'avait jamais été et se refusait à l'être un jour. Son père ne l'avait pas élevé comme ça. Un loup, voila ce qu'elle était et ce qu'elle avait toujours été.

- Ne faites pas ça, vous aller le réveiller.

Elle se disait que peut-être, si on le provoquait trop, la bête serait capable de sortir en dehors de la pleine lune. Après tout ne partageaient-ils pas le même corps depuis des années ? Sans doute le loup la connaissait-il suffisamment pour prendre le contrôle s'il le désirait assez fort.






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 8 Mai - 19:57

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Pètage de plomb

Violet & Scarlet


À peine elle s'était avancée plus près de la patiente et celle-ci devint plus violente. D’office Scarlet fit un pas en arrière en relevant le menton instinctivement accompagnant son geste burlesque du rabattement de sa main tendue vers Violet. Comprenant d'abord son agitation comme la déclinaison de son invitation à l'aider, elle réfléchit un instant et observe avec son œil sévère et attentif la scène qui se déroule sous ses yeux. Les infirmiers peine à la contenir et resserre leurs étreintes sur elle quand elle s'agite. Tout ce cirque pour être certains qu'elle ne la blesse pas. Quel honneur d'être psychiatre. C'est un peu comme être un des rois de l'asile finalement. C'était plus qu'agréable pour elle et faisait sourire en grand son orgueilleux ego.
Revenons néanmoins au sujet de ce combat. Violet Grenier. Elle se débattait aux manières d'une bête. La bête qui la rongeait de l'intérieur comme un candiru asu, ce minuscule poisson nécrophage des fleuves amazoniens. Sauf que cette bête dont Violet se disait victime ne devait pas exister réellement. Non. C'était surnaturel et donc par conséquent impossible qu'une telle chose existe.
Septique au départ, en écoutant les paroles de la demoiselle, ce fut comme une illumination.
Elle pensait avoir trouvé la solution:
Si on la traitait comme une bête, elle se comportait comme telle.  
Scarlet était confiante et n'essaya même pas de prouver la possible véracité de sa solution avant d'agir. C'était trop tard pour cela. Elle n'avait pas le temps de faire des expériences. Ce n'était pas le moment.  

Lâchez-la. 


Scarlet s'était encore légèrement reculé au cas ou son plan étant complètement risqué pour sa peau. De sa part, cet acte pouvait s'appliquer à de l'altruisme. Cette notion qu'elle n'avait pas en tête. Malgré son intelligence confirmée elle était incapable d'utiliser ce mot bien trop étranger à son vocabulaire.
Les infirmiers regardaient Scarlet tout penaud et elle soupira exaspérée avant de leur faire un signe de la main pour confirmer son ordre.
Un des infirmiers l'avait lâchée et s'était caché derrière un de ses collègues. Parce que oui. Ils n'étaient pas deux, mais quatre sur elle. C'était à peine croyable et pouvait s’avérer vexant pour eux.  Une fois son vilain jugement sur leurs manières ridicule de réagir établit elle regarda Violet dans les yeux avec un léger sourire qui s'avérait pour une fois bien sincère.  

Pourquoi tant de peur messieurs ? Violet est une femme tout à fait raisonnable n'est-ce pas ?C'est bien elle en face de nous et personne d'autre.  


En posant une première question aux infirmiers elle les avait regardés, puis elle déporta son regard, pour une fois chaleureux sur Violet. Elle la regardait. Libre avec toutes les possibilités pour elle d'attaquer, de tenter une fuite ou bien de rester simplement calme. Sa réaction influencerait évidemment la suite des événements. Scarlet ne ressentait aucune peur, à ce moment précis elle se questionnait surtout sur la réaction qu'allait avoir sa patiente. Le couinement des gants en cuir qui se pliaient aux mouvements des doigts de Scarlet  témoignait du silence absolue qui régnait dans le couloir en attente de la réaction si imprévisible de la patiente.  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 8 Mai - 20:38

Invité
Invité
Violet ne comprenait plus trop. Un instant on la serrait avec force et vigueur et voila qu'on la lachait, alors qu'elle n'avait montré aucun signe de calme. Bien au contraire elle avait montré une certaine réaction plutôt hostile. La psy était-elle folle à ce point ? Les patients d'Arkham, parfois parmi les plus coriaces, évitaient Violet lorsqu'elle était dans son état normal. Et voila que la psy n'hésitait pas une seule seconde à faire relacher Violet alors qu'elle était en pleine crise ? De la folie, ni plus ni moins.

Un rayon de peur traversa le regard de Violet. Oh elle n'avait plus seulement peur d'elle, ou plutôt de la bête, mais également de Scarlet. A présent elle lui glaçait le sang. Comment une personne pouvait rester aussi..... insouciante ? insensible ? Inconsciente ! Elle lui semblait lointaine, froide, sans âme. Elle lui faisait peur, c'était le mot.

- Violet est une femme tout à fait raisonnable n'est-ce pas ? C'est bien elle en face de nous et personne d'autre.

Cela raisonna plus comme une menace pour la demoiselle.
Personne d'autre peut-être, mais la bête n'était pas quelqu'un d'autre, c'était Violet et elle le savait bien. Elle ne pensait pas être le genre de personne possédée, elle savait que la bête c'était elle mais sous une autre forme.
Violet eut un mouvement de recule, se heurtant bientôt au mur derrière elle, les infirmiers se retrouvant de chaque côtés d'elle. Elle avait le regard fixe sur Scarlet, terrorisée par la situation.

- Je ne veux pas vous blesser, attachez moi avant de m'enfermer. Bras, jambes, cou et une muselière, ce sera plus sur. Il..... il ne faut pas que j'ai de recule pour bouger.






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 9 Mai - 8:41

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Pètage de plomb

Violet & Scarlet



Effectivement, elle ne semblait pas plus calme d'être libre de ses mouvements… Scarlet la regardait et tenait son menton avec l'une de ses mains, déchiffrant le moindre de ses faits et gestes. La devancer semblait difficile et elle l'avait vite  compris. Cependant, même si elle peinait incroyablement à prévoir ses actions, elle avait réussi à provoquer un malaise en elle, vu ses réactions et son regard transpercé par la peur. La peur. Scarlet adorait inspirer ce sentiment. Même si face à Violet elle avait  voulu paraître plus sympathique qu'autre chose. Sincèrement, pendant quelques secondes Scarlet se sentit légèrement triste d'avoir totalement échoué dans sa tentative de calmer la patiente sans avoir recours à la menace . Néanmoins, sa peur allait peut-être se transformer en action coopérative. La peur faisait n'importe quoi à n'importe qui. Et ça elle le savait et l'utilisait dès qu'elle le pouvait. Quand elle la vit reculer jusqu'à se cogner au mur elle étira un léger sourire sadique. « Prise au piège » pensa-t-elle.
 C'était plaisant pour elle de savoir que malgré tout elle avait réussi à faire capituler Violet. Ce n'était pas totalement ça , mais une fois qu'elle entendit ces paroles elle fut contente de savoir que si, elle avait gagné. Elle avait réduit sa résistance à néant, du moins pour le moment.
Il ne faut pourtant pas vendre la peau de la bête avant de l'avoir tuée.
L'avoir lâchée la rendait bavarde et c'était intéressant à constater.
Scarlet ne la lâchait pas des yeux un seul instant, son regard était devenu plus doux et son petit sourire sadique s'était évanoui. Elle était attentive et ne voulait pas se faire berner par le comportement de Violet si elle jouait la comédie.Non. Elle était sincère. Pourtant Scarlet se garda de s'approcher d'elle, restant ou elle était, c'est-à-dire à bonne distances.
Concrètement, elle ne savait pas vraiment si elle devait céder à ses demandes ou si elle devait la convaincre qu'elle n'a pas besoin de toutes ses chaînes et muselières. Serait-elle fan de bondage ? Ce n'était pas impossible, mais Scarlet garda pour elle ses théories perverse.
Ce qu'elle demandait réjouissais les nigauds d'infirmiers qui cherchaient seulement à passer au patient suivant. En attendant elle  devait donner raison à Violet ou lui  donner tort.
Mais elle ne pouvait pas rester silencieuse plus longtemps.


Vous pensez sincèrement en avoir besoin ? Regardez. Vous ne m'attaquez pas. 


Scarlet hésitait beaucoup. Elle n'avait pas envie de faire d'erreur face à elle. Elle aimait bien trop son physique pour risquer une seule seconde de l'abîmer et Violet semblait tout à fait capable de le faire. Et pourtant, elle prenait des risques de la laisser aussi libre. Mais elle pensait que traiter quelqu'un comme un animal le faisait devenir animal. Tout comme quelqu'un de sain qu'on traite de fou, à la longue il le devient.
Elle tenta alors cette approche de ne pas considérer Violet  différente d'elle et ne pas croire en cette « bête ».  Scarlet avait bien lu son dossier, mais à l'intérieur, rien de très intéressant mit à part la présence de son père dans tout ce qu'elle dit. « Elle le vénérait » C'était ce qu'il y avait écrit dans le dossier. Il est normal d'aimer  son père, et la psychiatre le savait bien, mais elle ne se souvenait pas vénérer son père, à moins qu'elle l'ai refoulé et cette pensée l'effraya un peu.
Elle ne devait pas douter d'elle. Elle se connaissait, oui , dire et penser le contraire l'énerverait. Ce qui était une preuve que non elle ne se connaissait pas sinon, elle ne s'énerverait pas si quelqu'un pensait cela. Enfin, elle n'était pas ici pour parler d'elle ou entamer une introspection maintenant.


Vous vous effrayez vous-même de vouloir vous faire attacher, vous ne pensez pas ? 


Scarlet voulait la faire parler un maximum sans pour autant devoir la mener à son bureau.
Sous l'effet du stress l'être humain est bien plus bavard. C'est ça qui est intéressant et qu'il faut exploiter. La psychiatre exerçait son parfait rôle en questionnant Violet et en tentant de la pousser dans ses retranchements pour la faire réfléchir un peu et ainsi apprendre à la connaître davantage. Elle avait encore pleins de questions, mais elle s'arrêta-la pour le moment. L’assommer de question l'énerverait plus qu'autre chose et ce n'était en aucun cas le but de la manœuvre

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 29 Mai - 21:55

Invité
Invité
Vous pensez sincèrement en avoir besoin ? Regardez. Vous ne m'attaquez pas.

Violet arqua un sourcil. Pour d'autres cette phrase aurait put être signe d'un défi. Elle connaissait pas mal de patients d'Arkham qui auraient de suite sautés sur Scarlet pour lui prouver le contraire. Violet savait qu'à tout instant elle pourrait se jetter sur la psy et lui arracher le visage, ou du moins une partie, avec ses dents. Peut-être sa lèvre inférieur ? C'aurait été très facile, trop facile...

- Vous vous effrayez vous-même de vouloir vous faire attacher, vous ne pensez pas ?

Être attachée les soirs de pleine lune était la chose la plus rassurante qu'elle connaissait. Son père l'avait fait pendant des années et il ne s'était jamais rien passé lorsqu'elle avait mains et pieds liés. Les deux seules fois où elle avait été libre il y avait eut des morts. D'abord sa mère puis un groupe de jeunes. Être libre, voila ce qui l'effrayait. Non, ça la terrorisait, lui faisait couler une sueur froide sur l'échine. Scarlet pensait tout connaitre d'elle mais en réalité elle ne savait rien de la psychologie complexe de la jeune cannibale. Violet elle même ne se comprenait pas.

Elle se contenta de dévisager Scarlet, dans le silence le plus total. Elle sentait bien que ce que la psy voulait c'était dialoguer, retardant chaque seconde le moment où elle serait enfin attachée. Tout ce que voulait Violet c'était avoir des liens, rien de plus. Etait-ce trop demander ? Pourquoi ce soir le lui refuserait-on alors qu'on l'avait toujours fait jusqu'à présent ?






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 5 Juin - 19:29

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Pètage de plombs

Violet & Scarlet
credit: kismet-xviii


Elle ne bougeait pas et restait là comme la petite biche apeurée qu'elle paraissait être. Scarlet laissait un large sourire faire face  à son air perdu. Ce sourire se voulait agréable ou rassurant peut-être et pourtant elle restait la muette et sans bouger. Jusque-là, la psychiatre avait essayé une approche différente, une approche susceptible d'être utile, mais vu les réactions de la demoiselle rien ne semblerait marcher… Cela agaça un peu Scarlet et le fait qu'elle ne réponde rien du tout n'arrangeait rien… S'il y avait bien une chose que Scarlet détestait c'est parler dans le vide ou avoir une discussion de sourd. Violet dévisageait sa psychiatre ce qui ne lui plaisait pas beaucoup… Pour le moment Scarlet hésitait. Que faire face à cela ? Face à une personne qui ne bouge pas et ne répond pas la laissant la au milieu du couloir à attendre presque bêtement. Un moment s'écoula le couloir vide de bruit avec pour seule présence les deux femmes face à face et quelques infirmiers terrifiés. C'était trop long. D'attendre qu'elle réagisse physiquement ou réponde simplement.  Sans rien dire et faisant grincer ses dents Scarlet s'avance doucement restant vigilant l'un d'eux ayant la main sur la dose de sédatif dont il disposait pour un maximum de sécurité. La psychiatre s'avance l'air vraiment pas sympathique, froide même presque en colère. Elle était sérieuse et ne savait même pas ce qu'elle allait faire. Elle comptait sur son intuition. Face à Violet tout près d'elle elle la   regarde dans les yeux et sourit la main sur la dose de sédatif dans sa poche, n'étant pas inconsciente. Néanmoins, elle espérait fortement ne pas avoir à s'en servir.  


Violet ma chère, je vois la peur dans vos yeux, si vous y tenez on va vous attacher. Je le ferais même personnellement si ça peut vous rassurer. 


Elle lui offre un sourire carnassier en disant cela. Elle ne la menaçait pas, mais la colère et l'impatiente se lisait sur son visage, seules expressions qu'elle semblait capable de porter. Elle se recule se mettant à côté de l'entrée de la porte un grand sourire toujours pendu a ses lèvres ses mains lui indiquant élégamment  d'entrer. Le sourire hypocrite, elle la fixait et cherchait à provoquer un certain malaise.  


Allez-y entrez, nous allons vous attacher et vous enfermer comme ça il n'y aura aucun blessé c'est ce que vous vouliez non ?  


Demande Scarlet en restant à proximité de l'entrée de la cellule, un infirmier rapprochant un chariots pleins de sangles diverses et une camisole. Il la prit dans ses mains et s'approcha prudemment de la jeune femme regardant Scarlet comme pour lui demander l’approbation de lui faire enfiler.


Vous voulez bien Violet ? 


Demande t-elle en parlant de la camisole que l'infirmier voulait lui faire enfiler , gardant ce même sourire maintenant plus rassurant et moins colérique ou glauque.  Elle semblait plus calme depuis tout à l'heure. Est-ce que cela allait  continuer ?  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







Pètage de plomb [Scarlet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1