Un petit vote toutes les deux heures !

Le sphinx et le glaçon. [Nygma et Scarlet]


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 24 Fév - 21:12

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Le Sphinx et le glaçon.
Riddler & Scarlet

Une fois arrivée, Scarlet, après avoir « visité » sans vraiment aucune visite légal ni organisé. Elle y rencontre ses collègues, enfin elle les croisent rapidement les regardes de haut en bas et leurs adresse parfois, c'est à dire seulement à ceux qu'elle en pense digne, un petit sourire en coin, absolument très léger et parfois invisible même. Le docteur Adams, voilà à qui elle avait adressé cette légère signification de respect selon elle. La psychiatre se promène, elle passe dans différents endroits de cette asile aux mur et sols horriblement mal décorés et la plupart du temps dans un mauvais état de conservation. Après, ce n'était pas étonnant vu l'utilité de ce bâtiment. Elle finit par croiser certains patients, elle les  regardes sans méchanceté ni vraiment beaucoup de mépris , juste de manière froide… Contrairement à eux qui semblait déjà se délecter de la détester. Elle s'en fichais pas mal étant donné qu'elle s'aimait assez à elle toute seule pour remplir presque l'intégralité du glaçon rouge qui lui servait d'organe cardiaque.
Elle finit son parcours, dans son nouveau bureau, les murs rouge stricte et un peu triste, c'était pas si mal par rapport aux autres endroits qu'elle avait pu découvrir peut de temps avant… Elle s'assit dans son fauteuil regarda la pièce et dans tout ses recoin… Elle laissa un gros soupire lui échapper, témoignant de son ennui, les premiers jours était les pires, on ne faisais jamais grand-chose et ne pouvait pas vraiment faire autrement … Scarlet avait lu les dossiers des patients parmi ceux encore non attribués à un psychiatre, certains l'intriguait ou lui plaisait pour pouvoir s'essayer à les aider et les guérir mais elle n'avait  pas eu le coup de cœur…  La belle resta assise un moment sur le gros fauteuil en cuir noir qui servirait à ses patients prochainement, se demandant ou elle pourrais lire TOUT les dossiers de patients d'Arkham et ainsi trouver quelqu'un ou quelque chose à voler, à détruire,faire souffrir, découvrir…
S'ennuyant maintenant vraiment beaucoup, elle  réfléchis et décide d'aller chercher quelques livres et autres trucs dans sa voiture pour faire passer le temps intelligemment et non bêtement à se tourner les pouces ou refaire la décoration dans sa tête et d'autres choses bien idiotes et sans aucun sens précis ou utilité quelconque. Elle sort de son bureau et referme la porte derrière elle et marche dans le couloir avec sa démarche habituel. Quelque chose tombe de la poche de son manteau qu'elle venait d'enfiler dans les escaliers mais elle ne s'en rend pas compte et continue de descendre pour rejoindre finalement sa voiture.
Elle respire un peu regarde le ciel et sent une odeur de pétrichor qu'elle apprécie bizarrement ... Cette odeur particulière qu'à la terre après le passage de la pluie.
Scarlet récupère ce qu'elle veut dans sa voiture pour s'occuper et trouve par hasard un vieux livre d'énigmes elle sourit un peu et le prend, quand d'un coup, sa dépendance à la nicotine se fit ressentir. Elle ferma sa voiture et se décida à fumer.Elle sort alors de la poche intérieur de son manteau son objet préféré son porte cigarette,avant de venir fouiller ses poches. Elle ne trouve pas son paquet et pousse sa fouille, la main plus stressée inconsciemment, elle ronce les sourcils et se dit qu'elle à simplement laissé son paquet dans son bureau. Elle remonte et regarde sur le chemin dans son bureau mais ne le trouve pas elle ressort alors dans le couloir les escaliers et de nouveau le couloir avant de voir une masse orange s'avancer. Un patient. Et pas n'importe lequel celui qu'on appeler Edward Nygma. Elle relève les yeux ses livres et son porte cigarette dans les mains. Elle tenait trois livre, un de Freud , un dossier, un livre de neurochirurgie ainsi que le fameux  livre d’Énigmes prit en tout hasard.

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 21 Mar - 19:02

Edward Nashton
Je suis une Question pour ce monde
Le sphinx et le glaçon



The Riddler

Maudites jambes, maudite tumeur, maudite asile ! Nygma rongeait sa colère à grands pas boiteux, le souffle court et les joues qui teintaient son humeur. Il se dirigea avec empressement vers la bibliothèque dans l’espoir que sa livraison soit arrivée. C’était bien sa seule consolation du mois. En effet, une ou deux fois, les patients avaient l’autorisation demander quelques livres supplémentaires et si la plupart ignorait cette information autant qu’ils ignoraient ce qu’était qu’un livre, Nygma ne ratait jamais l’occasion pour le faire. D’une part car cela lui permettait de faire des recherches supplémentaires sur sa maladie, dans l’espoir de trouver une réponse à ses maux mais également pour avoir des nouvelles de l’extérieur. Echo et Query étaient parvenues à se faire passer pour des livreuses et elle laissait entre les pages des livres que commandait Nygma - avec « sphinx » ou « énigme » dans le titre ou encore « Echo », pas très difficile pour elles de deviner qui avait demandé ses ouvrages.

Il boitait donc ce matin-là, l’estomac lourd par la médicamentation et le repas mièvre qu’il avait ingurgité un peu plus tôt. Clairement, la journée commençait mal et lorsqu’il manqua de tomber en marchant sur le paquet de cigarette au sol, il pensa aussitôt qu’il aurait mieux fallu qu’il ne quitte jamais le lit ou qu’il se pende avec ses draps. Oui, il pensait à la mort. Comment ne pas y penser quand on se retrouvait dans un tel état de faiblesse ? Quand le symbole de sa toute-puissance était rongé, laissé en miette. Il se sentait comme l’ombre de lui-même et aussitôt après, il se maudissait d’y penser. Il était un génie, il était le sphinx. Il connaissait les réponses de toutes les questions, il devait se donner du temps. Cependant, quelle ne fut sa surprise lorsqu’il vu plusieurs cigarettes, encore intact qui venait de s’échapper de leur contenant. Il reprit son équilibre en s’appuyant sur le mur, les yeux rivés sur la petite boite au sol. Il vérifia rapidement si quelqu’un était dans les environs avant de s’en saisir. Nygma préférait largement les cigares mais là n’était pas la question. Il pouvait échanger ceci contre tout autre chose.

A peine reprenait-il sa marche maladroite, l’esprit en réflexion, qu’il croisa la route d’une créature d’un autre temps. Elle semblait venir des années folles de par son allure et sa figure boudeuse. Il ralentit son pas, la détaillant des pieds à la tête. Elle semblait rechercher quelque chose, les bras remplis de ses prochaines lectures. Ça c’était une bonne chose. Il était rare de voir des créatures assez futées pour ne pas oublier qu’avant la tablette, il y avait eu du Hamlet. Il se permit un pas supplémentaire alors qu’elle releva la tête vers lui. Il vit entre ses bras du Freud, un livre de neurologie –il faudra qu’il s’en trouve par ailleurs- mais ce qui le surpris le plus fut le splendide ouvrage « le grand livre des énigmes ». Il se permit un sourire tandis qu’il se retenait de le secouer la jeune femme et de s’en saisir pour le lire aussitôt. Sans surprise, c’était l’un des ouvrages qu’on refusait de lui commander. Par crainte de réveiller ses « obsession » sans doute. Connerie.

- Madame, sans lui, pas de culture. Sa clé n'ouvre aucune serrure. Le gymnaste peut y exceller, chacun peut le piétiner. Qui est-il ?

Il sortit alors le paquet du fond de sa poche :

- Je crois bien que vous avez fait tomber ceci.

D’habitude les psychiatres ne prenaient même pas la peine de lui répondre ou même d’y réfléchir. Ceci n’était qu’un test supplémentaire pour voir si elle méritait réellement son intérêt. Il ne lâchait pas son sourire et ses yeux restaient rivés sur la jeune femme. Au bout d’un bref moment d’inconfort, il finit par lui tendre le paquet.

- Faite attention, à Arkham, on sait quoi faire ce que qu’on trouve. Ou de qui on trouve. Enfin, je suppose que dans la psychanalyse, on sait ce genre de chose. Je ne vous apprends rien.

Il rageait. D’habitude, il faisait toujours bien attention de savoir qui était qui à l’asile, pour avoir un coup d’avance. Là, rien. Il ne savait pas qui elle était mais à sa tenue et aux livres qu’elle transportait, il n’avait eu aucun mal à connaitre les raisons de sa présence.

Fiche de liens (c) Miss Yellow + icon de spandexy.dreamwidth.org



avatar


Messages : 406
Date d'inscription : 24/06/2015
Métier/Occupation : Booster vos neurones, si vous en avez.


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Sam 26 Mar - 22:58

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Le Sphinx et le glaçon

Riddler & Scarlet  


Le cerveau  en manque de nicotine elle cherche encore et encore autour d'elle, serrant légèrement les dents de colère de ne trouver ce qu'elle cherche. Quelle plaie la dépendance. Même si elle le pensait-elle ne pouvait  se résoudre d'arrêter sinon, ses vilaines obsessions reviendraient déformer son obscène charisme infernal. La colère chatouille son esprit et se joue de la voir si misérable à tourner en rond pour trouver l'objet de satisfaction. Elle n'aime pas avoir à chercher ce genre d'objets ridicules, ce n'est qu'une preuve de l'imperfection du contrôle qu'elle à sur elle, elle déteste cela et doit vite remédier à son problème pour éviter toute contrariété idiote. Les yeux un peu bas cherchant furtivement sur le sol, une couleur  pétillante viens agresser sa rétine. La couleur orange vif de l'uniforme d'un patient.

Elle lève les yeux petit à petit détaillant l'être vivant qui se tient en face d'elle. L'air fatigué comme tous et la démarche plus que maladroite elle se méfie d'un patient qu'on aurait un peu trop shooté et fronce légèrement les sourcils se stoppant net pour laisser un écart raisonnable entre eux. Son visage est figé et elle détaille le personnage froidement. Elle reste silencieuse et le regarde un peu et voit son sourire quant au livre qu'elle tient.

Fatigué et soiffard de connaissance, la mémoire de la jeune femme ne met pas longtemps à recaler qui est cet énigmatique personnage. Il ne peut s'agir que d'Edward Nashton dit Nygma ou encore le sphinx, l'homme mystère , le prince des énigmes… Il la fixe ce qu'elle trouve gênant. Il se met à lui parler et elle l'écoute un minimum par simple courtoisie face à leur premier échange.

Madame, sans  lui pas de culture. Sa clé n'ouvre aucune serrure.Le gymnaste peut y exceller, chacun peur le piétiner. Qui est-il ? 


Une énigme. Quel surprise. Effectivement on ne lui avait pas donné ses surnoms en rapport aux énigmes par hasard. Scarlet décide de lui accorder son attention, ma foi, il était brillant et un psychopathe admirable de  ce qu'elle avait pu lire ou entendre à son propos. Rien que pour cela il méritait son attention qu'elle lui accorda. Il sort alors ce qu'elle cherche et un léger sourire vient tirer ses lèvres, à moins qu'il ne la nargue ? Non il n'oserait pas.

 Je crois bien que vous avez fait tomber ceci. 


Elle réfléchit en le regardant puis regarde par terre. Elle sourit. Elle à trouvé.Alors qu'un silence était venu s'installer il finit par lui tendre le paquet tant recherché. Elle l'attrape du bout des doigts logés dans ses gants en dentelle élégante. C'est alors qu'elle répond à son énigme comme pour le remercier d'avoir choisis d'être honnête face à elle. Scarlet restait  froide dans ses paroles.  

Monsieur, sans sol, pas de culture. La clé de sol n'a pas de serrure. Le gymnaste  peut exceller en la discipline du sol , et chacun peut piétine le sol. Il est le sol. Voici la réponse.  


Faite attention, à Arkham, on sait quoi faire ce que qu’on trouve. Ou de qui on trouve. Enfin, je suppose que dans la psychanalyse, on sait ce genre de chose. Je ne vous apprends rien. 


Elle range le paquet de subterfuge de plaisir dans sa poche et la ferme délicatement d'une pression sur le bouton de sa jupe. Cette petite énigme l'avait amusée, occupée elle aimait cela résoudre des choses, mais maintenant que la réponse était trouvée, toute son aspiration à cette personne s'évapora aussi vite qu'elle était arrivée. Elle l'entend parler et l'écoute toujours. Ce qu'il dit pique son attention diabolique. Alors qu'elle regardait ses ouvrages elle releva les yeux sur l'homme qui la fixait toujours. Tout à coup son air froid se traduit en un regard exprimant de l'intérêt. Son langage vient quelque peu troubler son esprit.  


Bien sur que non Monsieur Nashton. 


Dit-elle avec un léger sourire froid et mesuré. Elle lisait dans ses yeux un agacement de ne pas savoir qui elle était . Cela pouvait être frustrant effectivement , de ne pas savoir à qui on parle directement, de ne pas avoir un coup d'avance, il l'appelait « madame » Il ne connaissait pas son  nom. Et elle serait partit sans lui dire si il n'avait réussi à ravir son attention.  Le moment était venu de voir si le dit sphinx était si malin qu'il le disait. Elle cherche en quelque minutes une énigme pour qu'il devine son prénom par la même occasion.  

Je ne me suis pas présentée pardonnez moi. Mon prénom est représentant de la colère et du malin.Il énerve le taureau d'Espagne.Il est la marque douloureuse qu'on peut laisser dans la chair.Sur les mains il fait tâche et sous la peau il fait du bien. Qui est-il ? 

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 1 Avr - 14:25

Edward Nashton
Je suis une Question pour ce monde
Le sphinx et le glaçon



The Riddler

Il esquissa un mouvement de tête, comme saluer la bonne réponse qu’elle avait eu. Son chapeau lui manquait aussi. Il n’y avait rien de mieux que son chapeau melon pour assurer la continuité de ses gestes. Les gens d’aujourd’hui n’avaient aucun style et rien n’était aussi élégant qu’un beau costume et un chapeau.

- Bien joué, c’était l’une des plus simples de mon répertoire, fit-il hypocrite. Si vous vous prenez au jeu, je peux augmenter le défi si vous le souhaitez et des biens mieux que les énigmes de ce livre, sans doute vu et revu.

L’inconnue fit alors une légère erreur au sujet de son identité qui obscurcit le regard du rouquin. Naston, il avait banni ce nom depuis bien des lustres, depuis qu’il avait quitté son ancienne entreprise. Ses collègues l’appelaient volontiers Nygma si cela leur permettait de se faire de l’argent sur ses inventions, ses créations, ses idées, mais il n’était plus que  Nashton lorsqu’ils l’ont viré.

- Vous avez lu mon dossier ! Fit-il d’une voix tout d’abord chantante.

Il était toujours bon de se savoir remarqué. Edward aimait par-dessus tout être au centre de l’attention et savoir que cette nouvelle psychiatre avait pris soin de retenir son identité le rassura quelque peu mais il préférait la rectifier. Après tout, c’était son rôle. Il était le plus intelligent des deux. Sa voix se fit alors froide tandis qu’il articulait chaque syllabe pour se faire comprendre de la greluche –enfin, les femmes quoi. La colère était sa plus grande faiblesse, il se laissait si souvent aller au pêché bien que l’orgueil soit sans doute celui qui lui correspondait le mieux.

- C’est Nygma toutefois, ou mieux le sphinx pour vous docteur. Nous ne sommes pas si proche pour que vous vous permettiez ce genre de blague, vous comprenez ?

Il se permit un sourire charmant tandis qu’il s’appuyait contre le mur du couloir. Provoquant, il testait chacune des réactions de la psychiatre.

- Enfin, pas encore.

Le ton de nouveau apaisé, il lui prêta l’oreille et lorsqu’il reconnut une énigme, son enthousiasme fut aussi visible que s’il avait été un enfant devant un magasin de confiserie. Le tout était de choisir le meilleur et Nygma avait le don pour ça. Il s’agissait donc d’un prénom dont la symbolique du sang était bien présente et empreint de cette férocité que l’on prête au démon et au taureau. Tous ses éléments tournaient dans l’esprit de Nygma. La scène ne dura qu’une poignée de seconde. Pour le reste, il suffisait d’associer le mot « scar », la cicatrice. D’une simplicité mais le geste l’amusa.

- Je dois donc vous appeler par votre petit nom, Scarlett ? Cette confiance me touche, fit-il hautainement. Peut-être devrais-je vous laisser m’appeler Edward dans ce cas. Par ailleurs, vous êtes bien rare ici à vous prêter à mes jeux, même si vous devriez me laisser le loisir de poser les devinettes. Je suis meilleur que vous, sans vouloir me montrer impoli. Vous aimez les énigmes donc ?

Il désigna le livre qu’elle tenait d’un mouvement de la tête.

Fiche de liens (c) Miss Yellow + icon de spandexy.dreamwidth.org

avatar


Messages : 406
Date d'inscription : 24/06/2015
Métier/Occupation : Booster vos neurones, si vous en avez.


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 4 Avr - 14:11

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Le Sphinx et le glaçon

Riddler & Scarlet


Le Graal était dans ses poches à porter de ses mains sans qu'elle puisse y toucher. Fumer devant un patient rien qu'à l'intérieur devait être interdit. Ma foi on s'en fiche. Ses locaux sont si vieux qu'oser faire travailler quelqu'un ici c'était le condamner à finir en quarantaine, alors bon une odeur de plus ou moins s'incrustant dans les murs et le papier peint déchiré n'était pas bien grave. Ou du moins pas assez pour Scarlet qui sort une cigarette pour l'allumer avec des allumettes qu'elle avait dans la poche, pour finalement porter l'outil d'addiction entre ses lèvres. Elle fumait tranquillement et prenait bien soin de cracher sa fumée loin du visage d'Edward.Geste remarquable pour une femme si froide et sans compassion. Elle apprécie sa salutation face à sa bonne réponse. Les manières de cet homme lui plaisaient, peu de patient ici était capable de ce genre de geste. Ses mots firent sourire en coin Scarlet , on pouvait clairement distinguer son complexe de supériorité en parlant avec lui qu'une poignée de secondes. Cela amusait un peu Scarlet. Après tout, elle haïssait les personnes qui se sous-estimaient en permanence…  

Oh je ne doute pas que celui qu'on peut nommer « le sphinx » et « le prince des énigmes » est meilleur en matière d'énigme qu'un simple livre. Avec plaisir je pourrais me prêter au jeu d'énigmes avec vous. 



Elle était sérieuse et à un visage plus gracieux que d'habitude. Etrange. Sa réaction quant au fait qu'elle le nomme est tout simplement inédite et ne fait légèrement sourire davantage la psychiatre.Néanmoins son sourire se glaça quand il l'eu reprise. C'était à peine croyable, il lui parlait comme on parle à un abrutit. D'habitude elle n'aurait pas fait l'impasse la dessus mais là, il s'agissait pas de n'importe quel patient idiot, non c'était Edward Nashton. Et le voir fuir son passé était au final assez intriguant  alors Scarlet fit l'impasse sur son ton tout à coup plus colérique. La colère était aux yeux de Scarlet le sentiment le plus sincère le plus puissant dont elle usait régulièrement.  D'une voix plus froide et sèche elle se permis de répondre.

Loin de moi l'idée d'être drôle. 


C'est tout ce qu'elle répondit avec un sourire horriblement provoquant. C'était tentant de chercher la défaite face  à lui. Son complexe de supériorité refit alors surface en trois petits mots en rapport à une des réponses qu'elle lui avait donné. Quel petit malin. C'était distrayant. Elle le regardait avec un léger sourire alors que la bouche fermer elle frottait ses dents les unes aux autres comme si elle était fière d'elle. La situation présente était plutôt cocasse et c'est avec légèreté et sympathie minime que Scarlet avait décidé d’accueillir les choses.
Elle apprécia son enthousiasme car c'est simplement ce qu'elle voulait provoquer , par gentillesse ou par simple jeu Scarlet ne le savait même pas, même si les deux intentions devaient être jointes au fond.


Vous avez trouvé, bien. Je ne m'offense pas, cette énigme n'avait pas pour but d'être compliqué. Et effectivement j'aime les énigmes. J'ai par hasard trouvé ce livre dans ma voiture, mais si j'avais su que je croiserait l'homme mystère, je l'aurait délaissé pour vous prioriser. 


Elle dit cela sérieusement et en même temps pour tester ses réactions quand on l'adulait . Elle tira plusieurs fois sur sa nicotine en tube avant de relacher doucement la  fumée à l'opposé de monsieur Nygma. Scarlet fouilla sa poche en quête des clés de son bureau et les livres glissaient de son emprise se qui la fit froncer les sourcils avant d'ouvrir avec une légère difficulté la porte pour reprendre ses livres comme il faut et les poser sur son bureau. Elle regarde Nygma et lui fait un sourire accompagné d'un geste élégant l'invitant à entrer. De toute façon elle n'avait pas encore de travaille à cause de son stupide statut de nouvelle psychiatre, autant prendre un moment pour son bon plaisir.  


Une boisson autour d'énigmes vous tenterez peut-être monsieur E.Nygma ? 

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 25 Avr - 12:29

Edward Nashton
Je suis une Question pour ce monde
Le sphinx et le glaçon



The Riddler

Elle était dépendante au tabac, au point d’en perdre patiente et d’allumer l’objet du vice sans chercher un lieu plus propice. Elle restait dans le couloir, sans un regard sur son environnement. Il ne pouvait s’empêcher de penser à la création d’un jeu face à cette scène. Il pourrait l’obliger à trouver à trouver la cigarette non piégé parmi une vingtaine de choix, tandis qu’il l’aurait poussé au manque. Cela aurait été fort amusant, à ne pas douter, mais il pouvait trouver mieux. Son psychiatre appelait ça la folie des grandeurs. Quel était le mal à concevoir une énigme des plus aboutie pour ses sujets de test ? Il devrait le remercier, il supprimait la bêtise, les idiots, les ignorants. Si la population de Gotham était plus intelligente, ses jeux n’auraient été qu’un simple divertissement. En réalité, c’était Edward qui cherchait à se divertir. Comme un môme, surdoué, lassé, qui s’amusait à torturer des petits animaux, juste pour voir. Il n’était pas bon de se laisser aller à son sourire enjôleur et à croire en sa politesse et son ton de maître d’école. Nygma était fou et dangereux. Auparavant, il se contentait d’argent et de devinette mais la tumeur avait changé la donne. Pris de rage contre son propre état, contre une faiblesse qu’il ne pouvait résoudre, il s’était mis en tête de prouver au monde que la vie était plus intéressante lorsque les enjeux étaient bien réels. Après tout, le futur n’était qu’une énigme. Seul le temps pouvait y répondre.

Quoi qu’il en soit, il appréciait que la psychiatre confesse sa supériorité. Il était plutôt méfiant, certes, il se demandait si elle ne mentait pas. Après tout, combien de psychiatre lui avait fait ce coup-là ? Lui accorder des qualités intellectuelles sans pareil, pour lui reprocher ensuite de ne pas utiliser son intelligence pour rester dans les clous de la société. Les imbéciles. Il n’était pas un idiot, lui, il ne se ferait pas avoir. Le Sphinx comptait bien voir jusqu’où elle continuerait son jeu de la flatterie. Aurait-elle toujours ce plaisir à jouer lorsqu’il la présenterait à une de ses énigmes ? Bien des brebis s’offraient sur l’hôtel du mystérieux sphinx, est-ce qu’elle luterait suffisamment pour s’attirer ses faveurs ? Ou abandonnerait-elle comme tous les autres ?

- Riddle me this : Qu’est-ce qui commence par un T, se termine par un T et en contient également ? Il ne la laissa pas réfléchir et poursuivit aussitôt : Réponse : Une tasse de thé...

Il avait hâte de la poser à Jervis Tetch celle-ci, il en serait complètement dingue. Sans mauvais jeux de mot.

- Je veux bien que vous m’en offriez une. En échange, je m’efforcerais d’être digne de ma réputation. Même si l’asile ne me permet pas d’utiliser à tout mon potentiel mon génie. Je manque cruellement de matériel, vous vous en doutez, mais je peux très bien vous offrir quelques divertissements malgré tout.

Cette menace, à peine déguisée, n’avait pour but que de montrer combien il était puissant. Il voulait qu’on le regarde avec crainte et respect. Cela lui rappelait l’article du Gotham Globe, paru après son arrestation : « le prince des énigmes déchu de son trône » ! Il avait adoré curieusement. Il s’était senti grand, puissant et s’était senti en devoir de montrer que même au fin fond de l’asile, il restait toujours digne de son titre.

Il suivit donc la jeune femme dans son bureau. Elle était là depuis peu visiblement. Son bureau était plutôt vide. Elle pouvait certes apprécier une décoration très épurée mais il était certain qu’on ne pouvait se passer de certains outils de travail, qui manquaient cruellement sur son bureau. Le jeune homme prit ses aises et s’installa sans hésiter. Les jambes croisées, les bras derrière la tête, il semblait connaitre ce bureau depuis toujours et c’était presque ça.  Il était connu de l’asile depuis maintenant cinq ans et il en avait connu des psychiatres, ce genre de petites pièces où on cherchait à lui faire accoucher ses soi-disant problèmes pour ensuite le ranger dans une case. Pitoyable.

- C’est... cosy, comme vous diriez vous les simples d’esprit. Dites-moi ma chère Scarlett, pourquoi vous aventurez si loin de votre Suède natal ? Gotham n’est pas vraiment le meilleur endroit pour une faible femme, encore moins Arkham, mais on a du déjà vous le dire.

Maudite tumeur, maudite faiblesse. Ce n’était que maintenant qu’il se souvenait de ses recherches. Sa mémoire lui faisait cruellement défaut et ce n’était que des bribes d’information qui lui revenaient en tête, comme un vas et viens tortueux. Elle était suédoise et son nom était Scarlett Elkins. Cependant, même avec les quelques données qu’il avait pu recueillir sur elle, elle restait mystérieuse. On lui en avait dit bien trop peu. Il remonta ses lunettes du bout des doigts avant de poursuivre.

- Je vous laisse l'honneur de poser la première énigme.

Fiche de liens (c) Miss Yellow + icon de spandexy.dreamwidth.org

avatar


Messages : 406
Date d'inscription : 24/06/2015
Métier/Occupation : Booster vos neurones, si vous en avez.


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 11 Mai - 9:10

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Le sphinx et le glaçon.

Riddler & Scarlet


La torture. La question. Voilà ce à quoi Scarlet aspirait… Il adorait les questions, l'attention d'autrui...C'était bien trop tentant de l'embêter un peu, de ne pas lui donner ce qu'il veut, comme  un enfant capricieux qu'il était il cherchait à tout choisir, à tout savoir, avoir, exactement comme elle. Deux monstres dans une même pièce qu'est-ce que cela allait donner ? Quelle question intéressante, oh oui. Il semblait absolument vouloir la tester et elle avait compris malgré un petit doute qui venait taquiner son esprit comme une épine le ferait au cœur de la dernière phalange d'un quelconque doigt. Peut importe le doute, elle devait rester confiante et désintéressée pour s'amuser un maximum avec ce criminel si familier a cet asile.
Scarlet lui adressait un sourire alors qu'elle était contre la porte et lui faisait signe d'entrer par ce sourire justement. C'était le genre de sourire qu'un masque expressif pourrait avoir, ce qui rendait l’interprétation de ce sourire difficile. Généralement, la psychiatre mentait plutôt bien, c'était quelque chose qu'elle utilisait souvent quand cela l'arrangeait. Tout le monde ment. L'humain est un homme politique certes, mais pas seulement, c'est un menteur, ce qui le rend si difficile à comprendre et à apprivoiser. «La vérité est bien belle, mais certaines vérité doivent être évitée selon Scarlet et sûrement bien d'autres personnes.
Sans aucun respect, elle remit sa cigarette à la bouche pour en inspirer tous les « bienfaits » avant de laisser s'écraser au sol quelques cendres encore chaudes.
Dans son regard elle voyait le plaisir indubitable qu'il avait de recevoir des flatteries concernant sa soit disant supériorité. Certes il était très intelligent et elle le reconnaissait, mais de la a surpasser l'entière humanité, elle avait des doutes. C'était assez marrant pour elle à admirer. Titiller la nature d'une personne. Vis-à-vis de lui elle ne savait pas vraiment quoi penser, quoi vouloir de leur relation. Laisser les choses faire, c'était la meilleure chose à faire.
Quand une énigme montra le bout de son nez Scarlet ne fut pas vraiment surprise, elle a un soupire amusée et trouva hilarant qu'il se réponde à lui-même.


Quel mauvais joueur vous faites, vous ne laissez même pas votre précieux publique répondre à vos petites énigmes très inventives. 



Répliqua t-elle avec un ton amusé seulement , le visage toujours figé par le même sourire incompréhensible et au final assez terrifiant et froid quand on y repensait. Cette menace faisait intérieurement beaucoup rire Scarlet. Sa façon d'être était absolument inédite et très piquante sur les bords. Il faudrait davantage d’expérience sociale avec lui pour savoir où il se placerait dans son tableau d'appréciations personnelles. Pour le moment c'était encore très naissant et donc nouveau, il fallait être patient. La psy avait du mal à contenir son impatiente de savoir ou placé cet énigme.  

Oh allons. Un professionnel sait offrir son spectacle n'importe où et n'importe quand avec n'importe quels moyens. Vous ne seriez pas un vulgaire amateur déguisé en professionnelle  tout de même? 



Un grand sourire bien sincère s'étirait sur ses lèvres et le piquant se sentait à peine, mais il était là. Bien présent dans ses mots et son sourire. Les menaces. Elle avait l'habitude. Le nombre de fois qu'elle en avait subit...Elle ne les comptait même plus et avait sa façon à elle de riposter même dans les situations les plus glissantes.
Il était entré. Enfin. Elle ferma la porte et se dirigea vers une petite machine à boisson multitâche qu'elle n'avait pas oublié d’emmener dès son premier jour ici. La machine à café et autres boissons chaudes était un outil essentiel du psychiatre. Surtout à Arkham.
Elle le laissa s'installer. Tant qu'il ne mettait pas ses pieds sur son bureau ça lui allait.
Vu l'énigme qu'il avait posé tout à l'heure, elle en déduit qu'il voulait du thé. Mais le doute était tout de même présent. Alors, pour éviter tout moment gênant, elle prépara une tasse de thé et une tasse de café qu'elle posa l'une à côté de l'autre entre eux deux sur le milieu de son bureau. C'est lui qui effectuerait un choix.
A peine assise sa réplique piqua l'attention de Scarlet. En une phrase il avait réussi à rassembler tout ce qu'il aurait dû éviter de dire en face d'elle. Maintenant.
La Suède. Comment était-il au courant. Tout à coup la psy  se sent comme transpercée d'une lame de glace qui lui glaçait toutes les trips. C'était un sérieux fouineur et elle devrait se méfier de lui notamment vis-à-vis des événements récents qui bouleversait quelque peu  sa vie. Elle ne devait pas penser à la Suède. Plus maintenant. C'était du passé et nous vivons au présent et dans l'attente du futur qui nous fuit inévitablement. Ne pas se dévoiler c'était le mot d'ordre dans l'esprit de Scarlet et elle lui sourit .  

Ai-je un accent si audible ? Ne vous en faites donc pas pour moi. Je suis assez grande pour savoir où est ma place. 


Dans une des cellules d'Arkham. La voilà sa place. Mais elle ne se l'avouait pas vraiment...Elle n'insista pas et n'énonça pas son pays d'origine comme pour noyer cette information qui faisait bondir son cœur. C'était assez drôle de voir que ses questions faisaient la question (torture) de Scarlet.  Désormais et pour le moment elle se méfiait de lui comme de la peste. Il lui laissa comme le gentleman qu'il avait l'air d'être l'honneur de commencer les hostilités. Il ne fallait absolument pas lui montrer qu'il avait touché un point sensible et l'énigme qu'elle allait poser serait sûrement significative d'une défense. Ce n'était pas bon. Cependant, dans la folie de l'instant, elle démarra l'échange avec cette énigme qu'elle avait inventé  quelques minutes  plus tôt et qu'elle se tâtait à poser jusqu'à maintenant.  


Quelle est la différence entre une tumeur et la vie ?  



Elle laissa un temps de pause alors qu'elle gardait son air froid et plutôt innocent bizarrement. Sa réaction serait inédite et c'est ça qu'elle attendait.  

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 22 Mai - 19:35

Edward Nashton
Je suis une Question pour ce monde
Le sphinx et le glaçon



The Riddler

- Je ne suis pas le Joker, se contenta-t-il de répondre, la mâchoire serrée.

Un amateur déguisé ? Il n’était pas ce clown, un sociopathe en manque de notoriété ! Il était un génie. Pourquoi la presse se pressait autour de ce cinglé maquillé ? Pourquoi Batman préférait le courser plutôt que d’affronter son vrai némésis dans un duel mental ? Derrière ce gros tas de muscle se cachait un esprit éclairé, il le savait, mais pas meilleur que lui. Qu’importe, il valait bien mieux que ce que Scarlet pouvait bien sous-entendre.

Une fois à l’intérieur, elle servit les boissons. Il remarqua toute la prudence qu’elle mettait en plaçant les deux tasses. Il tiqua légèrement mais ne fit aucun commentaire. Il se faisait sage pour l’instant. Ou du moins, autant qu’il le pouvait. Il avait apprécié le malaise qu’il avait installé lorsqu’il avait mis en avant ses origines suédoises. Il se contenta de sourire plutôt que de lui révéler la manière dont il était parvenu à obtenir cette information. Cependant, s’il s’était montré taquin, ce fut à la jeune femme de commencer les hostilités alors que Nygma s’était déjà saisi de son thé. Il n’aurait jamais pensé que la Scarlet oserait.

Il eut une pause durant laquelle la tasse qu’il tenait resta suspendue dans les airs. Cependant, il répondit au tac au tac. Il était le prince des énigmes après tout, il ne pouvait laisser une question sans réponse. C’était plus fort que lui, une manie qui lui collait à la peau autant qu’il se devait de laisser des énigmes sur les lieux de ses crimes. Il avait tenté d’arrêter, il ne pouvait pas. A cet instant, il aurait pu se contenter d’un silence assassin, mais il ne pouvait pas. Il ne le pourrait jamais.

- Quand on retire une tumeur, on vit. Quand on retire la vie, on meurt.

Il apporta finalement la tasse à ses lèvres, retenant un juron du bout des lèvres. La garce. Ce n’était pas tant le fait qu’elle fasse mention de son cancer qui insurgea Edward, mais plutôt toute l’ironie de cette énigme.

- Je ne sais pas si je dois vous féliciter pour votre insolence ou pour votre ingéniosité, Scarlet. Rassurez-vous, mon état de santé actuel n’est qu’un jeu supplémentaire auquel il faut simplement trouver la bonne réponse, et je suis plutôt doué pour ça.

Car oui, l’ironie était que Nygma ne pouvait pas être opéré. Ou du moins si, mais cela comporterait bien trop de risque pour que cela en vaille la peine. L’homme-mystère était condamné à découvrir bien plus tôt que prévu la réponse à l’énigme de mort. Il continua de boire son thé comme si de rien n’était, mais elle avait réussi à le toucher. Il réfléchit un petit instant puis finalement, trouva une nouvelle énigme qu’il espérait approprier.

- Qu’est-ce qui marche à quatre pattes, puis deux, et enfin trois ?

Il vient s’appuyer contre le bureau, glissant un regard provoquant envers la psychiatre.

Fiche de liens (c) Miss Yellow + icon de spandexy.dreamwidth.org

avatar


Messages : 406
Date d'inscription : 24/06/2015
Métier/Occupation : Booster vos neurones, si vous en avez.


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Jeu 11 Aoû - 12:51

Scarlet Elkins
Les vraies délices passent par le supplice
Le Sphinx et le glaçon

Nygma & Scarlet
credit: Chaosophia


Cet homme avait vraiment quelque chose de différent il était vraiment … excessive, théâtrale dans tous ses mouvements, toutes ses façons de parler… Vraiment c'était très amusant pour Scarlet. Peut-être bien qu'elle oserait un jour lui poser la question, seulement par curiosité. Visiblement ses dires semblaient l'énerver très légèrement . Pour l'instant il montrait un grand calme face à toutes les saloperies qu'elle lui sortait. Ce Joker revenait encore une fois se faufiler dans la conversation. Elle devrait vite se renseigner sur cette énergumène apparemment très connue. Ce nom revenait régulièrement à Gotham. Ne s'informant que très peu sur ce genre de choses elle n'avait aucune idée de qui était ce personnage tout comme celui qui lui faisait face, ce « Batman ». Tout ce qu'elle avait compris depuis peu, c'est que l'homme chauve-souris était le « gentils » le défenseur, et le clown était plutôt le vilain.
Ça c'est certain. Si il fallait vous apparenter à un personnage ce serait plus un mélange entre un leprechaun et Charlie Chaplin. 

C'est le costume vert accompagné du chapeau melon qui lui faisait dire ça . Souriant en voyant qu'il saisit la tasse de thé elle prit naturellement la tasse de café calmement le regard certain en attendant sa réponse. L'air toujours froid presque menaçant elle se demandait comment il avait pu savoir  son origine. Il était vraiment malin. Souriant à peine de son énigme elle fut heureuse de voir qu'il osa répondre, cependant elle sentait l'agacement qu'elle avait provoqué chez lui. Ce n'était pas plus mal il fallait lui montrer qu'il n'était pas nécessairement mieux que les autres. Que lui aussi avait un point faible comme tout le monde. Pinçant la tasse entre ses lèvres en l'entendant répondre elle repose la tasse en fixant ses lèvres qu'il se torturait à contrôler pour ne pas l'insulter. C'était légèrement perceptible et cela la fit sourire intérieurement. L'entendant lui rétorquer quelque chose elle avale doucement l'amer liquide noir qui lui chauffe la gorge.  
Ce genre de crabe est tenace. Faites attention, évitez de vous faire pincer.  

Répliqua-t-elle simplement avant de reprendre sa tasse pour la porter à sa bouche en écoutant attentivement son énigme. Un petit haussement de sourcils indiqua sa surprise face à cette énigme vue et revue que l'on découvrait dans les versions de l'odyssée d’Ulysse au collège. Était-il sérieux ? Le temps d'avaler sa nouvelle gorgée elle y réfléchit. D'autant plus que son sourire était plus qu’indécent ce qui signifiait très certainement un piège dans lequel il voulait la faire plonger. Avant d'essayer de paraître plus maline que lui elle répondit simplement du tac au tac ce qu'elle pensait.
« Je tombe dans un piège immense je le sens mais il faut se tromper pour réussir, alors. » Elle marque une pause en regardant ailleurs avant de recentrer son regard sur l'homme mystère pour lui cracher la réponse qu'il veut entendre pour pouvoir avoir le plaisir de la corriger. « Je dis qu'il s'agit de l'Homme. J’attends votre correction. »
En finissant sa phrase elle reprend sa tasse pour continuer de drainer le liquide qu'elle contient, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir dire. Reposant sa tasse, elle s'amuse à faire tournoyer le liquide chaud d'un petit mouvement de main regardant le résultat avant de froncer les sourcils d'un air curieux ne le regardant pas avant d'avoir posé sa question.
 Dites-moi vous avez déjà pensé à faire du théâtre ? 

Là et seulement là, elle le regarde son trait froid de retour, ni hostile ni amical.

avatar


Messages : 101
Date d'inscription : 20/02/2016


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 19 Aoû - 23:23

Edward Nashton
Je suis une Question pour ce monde
Le sphinx et le glaçon



The Riddler

Il n’eut aucune surprise lorsqu’elle affirma que son énigme était un piège. Etait-ce si surprenant le connaissant ? Une énigme que tout le monde connait n’a aucun intérêt, c’était l’évidence. Alors, si lui, le prince des énigmes, en posaient une de ce genre, il fallait qu’il innove. Un rictus apparut sur son visage tandis qu’il se redressait doucement pour lui faire face, yeux dans les yeux.

- Vous avez une bonne réflexion, j’apprécie Scarlet. Il se permet une nouvelle gorgée de thé avant de continuer : La bonne réponse est un bébé. C’est vrai qu’il marche à quatre pattes, mais coupez ses jambes et il ne se tortillera que sur deux membres. Donnez-lui une béquille et il peut boitiller sur trois, vous comprenez ?

Il laissait à la psychiatre tout le loisir d’imaginer la véritable signification de cette énigme, bien qu’il doutait réellement qu’elle sache faire preuve de discernement après la bombe qu’il avait lâché. Elle était une femme et sans doute connaissait-elle cette fibre maternelle, ou peut-être pas maintenant qu’il y pensait. Après tout, sa propre génitrice l’avait jeté hors de son ventre avant de disparaitre de sa vie. Était-elle une de ses louves qui dévorent leur petit ? L’expression de Scarlett changea et il décida alors de répondre à sa précédente question pour la prendre de cours :

- La vie n’est-elle pas une pièce de théâtre ? Nous jouons tous un rôle dans cette grande comédie humaine. Je joue les criminels, en attendant ma vraie place dans la hiérarchie sociale. Vous jouez les psychiatres, analysant les gens au lieu de vraiment vivre votre propre vie. Dites-moi, Scarlet, n’en avez-vous pas assez de faire ce que le public attend de vous ?



Fiche de liens (c) Miss Yellow + icon de spandexy.dreamwidth.org



PS : Je me rattraperai au prochain poste, promis !

avatar


Messages : 406
Date d'inscription : 24/06/2015
Métier/Occupation : Booster vos neurones, si vous en avez.


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







Le sphinx et le glaçon. [Nygma et Scarlet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1