Un petit vote toutes les deux heures !

Kathérina Barrow - Quatre rose noires naquirent des piques de son Tyran


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 20 Juin - 16:25

Kathérina Barrow
L'Amante religieuse

Kathérina Barrow

Fiche d'identité
► Nom complet : Kathérina Bonnie Alicia Parker Barrow
► Surnom(s) : Kath, L'Invitée Perdurable, l'Amante Religieuse
► Âge : 22 ans
► Nationalité(s) : Espagnole/Anglaise
► Statut civil : Mariée
► Résidence : Jadis dans le manoir Barrow aux Etats-Unis, désormais dans une petite cellule d'Arkham
► Métier : danseuse et musicienne
► Groupe : Patient d'Arkham
► Affiliation : Patiente

► Célébrité : Jessica Alba
► PV/Scénario/Inventé : Inventé

Signalement

Kathérina a toujours été une jeune femme frêle et fragile, mais depuis son histoire tumultueuse avec son époux et les supplices qu'il lui inflige, elle est de plus en plus méconnaissable. Elle est d'une maigreur terrifiante et inquiétante et ses grands yeux verts sont désormais biens vides et éteints. Son corps rachitique est semblable à celui d'un enfant; elle ne possède pas de forme et elle n'est pas excessivement grande (1m65). Avec ses pommettes saillantes, son visage anguleux et creux, elle est facilement identifiable.  Elle possède de longs cheveux blonds ondulés généralement coiffés en chignon et est tout de même pourvue d'une grande élégance en raison de son statut social et de son éducation. Malgré la douleur permanente, elle se tient toujours bien droite mais à la facheuse habitude de ne pas lever les yeux face à ses interlocuteurs. D'ordinaire elle n'est jamais en pantalon et a, de part sa condition physique déplorable, des vêtements faits sur mesure qui cachent ses plaies, blessures, lacérations et violents hématomes sur sa peau dorée qu'elle tient de sa mère Espagnole. Sur une décision indépendante d'une de ses personnalités, "Lyzbeth", elle a le dos tatoué d'une grande Menthe Religieuse Noire, symbole de ce qu'elle est devenue et qu'elle revendique fièrement. Parfois lorsque "Bonnie", une autre de ses personnalités prend le dessus, son visage s'éclaire, ses yeux semblent retrouver un éclat digne d'un vivant et son sourire ferait presque oublier sa condition au sein de l’hôpital. En effet, les expressions de son visage tout comme sa gestuelle dépendent de "qui" habite le Corps, il en est de même pour "Alicia" qui couronne son visage séraphique d'un sourire factice, trahis par ses yeux tristes, de "Lyzbeth" qui bien souvent vous foudroie du regard et prend des postures dignes d'homme sur de lui ainsi, soulignant son mépris par des moues biens marquées. Quant à "Andrew", ses allures de noble ressortent, tout comme Kathérina "il" se tient très droit, en revanche il a la tête haute et est affublé d'un rictus malsain.


Antécédents psychiatriques
Les maltraitances répétées de son époux l'ont fait devenir... Elles. Kathérina souffre principalement de Trouble Dissociatif de l'Identité. En elle se trouvent quatre personnes; Bonnie; une nymphomane libérée nécrophile qui a une vision de la vie étrange mais.. logique, Lyzbeth; une lesbienne alcoolique et anthrophobique qui a un petit penchant pour la viande humaine, Alicia; la parfaite ménagère qui sommeille en elle et qui souffre d'Hystérie et de TOC, et pour finir, Andrew; qui tient tout de l'époux de Kathérina, un Pervers Narcissique très violent. Kathérina en elle-même est persuadée d'être morte, tuée par ce dernier (ce que nous pouvons apparenter au syndrome de Côtard) et le redoute autant qu'elle l'aime. Elle ne semble pas au courant que toutes les personnes dans sa tête n'existent pas vraiment (hormis Andrew qui est inspiré comme dit précédemment de son mari) et pense qu'ils sont ses amis, ses seuls amis.
Cette jeune femme a toujours été anxieuse et craintive ce qui a introduit son syndrome de Fregoli (paranoïa). Elle a peur de tout, de l'échec, de décevoir et surtout d'Andrew Barrow son époux. Elle est obsédée par la perfection, par l'ordre et tout cela à cause du contexte dans lequel elle a grandit. Fille d'un grand musicien, elle a eut la joie de connaitre le luxe, mais aussi la pression sur les épaules d'une "fille de..". Elle est perfectionniste et se tue pour atteindre l'excellence.


Le marionnettiste
► Prénom : Nelly
► Pseudo : Exquisite Corpse
► Âge : SECREET
► Comment avez-vous connu le forum ? : Suite à des recherches sur internet (oui, je suis assez fascinée par l'Univers fantasque de la psychiatrie et tout ce qui y touche alors je fais de drôles de recherches xD)
► Commentaire & suggestions : Je trouve que ce forum est vraiment une très bonne idée, sérieusement, qui n'a jamais rêvé de rencontrer un Joker ?!

IMAGES DE /!\image retouchée par mes soins + queensarahrps (de tumblr) pour le gif /!\ & CODAGE DE © MRS HYDE POUR DANSE MACABRE


avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/06/2016
Métier/Occupation : Danseuse et Musicienne (muse de son adorable mari), désormais Patiente


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 20 Juin - 16:51

Kathérina Barrow
L'Amante religieuse



Biographie
Dès notre naissance nous sommes programmés pour trouver qui nous sommes vraiment. Mais lorsqu'un traumatisme se produit, nous créons des moyens pour survivre. Dans certains cas, nous nous divisons en plusieurs morceaux, et abandonnons les parties les plus vulnérables de nous même. Nous les rangeons soigneusement dans des boites et nous les rejetons, ou les tuons.

A première vue, enfin, si l'on connaissait le début de son histoire, rien ne prédestinait cette jeune femme de bonne famille à moisir ici, entre quatre murs. Malheureusement, il arrive que la vie soit dure et injuste, que les erreurs du passé aient des répercutions qui s'encrent dans vos veines, là, sous votre peau. Le basculement vers la folie peut provenir d'un mot, d'un son, d'une blessure, d'un coup. A vrai dire, certains pourraient prétendre que c'était, finalement, prévisible.

La Paranoïa. On aurait pu narrer qu'il s'agissait simplement de quelque chose de commun chez l'humain que d'être paranoïaque. Kathérina a toujours souffert de ce trouble, elle a toujours eût cette infâme douleur au creux de l'estomac. La peur de l'échec, de décevoir, la peur des autres, qu'on lui fasse du mal, l'angoisse de vivre. Elle n'avait jamais su comment faire, elle faisait tout ce que lui dictait ses parents, tout ce qu'on attendait d'elle. Elle n'a pourtant jamais déçu, elle a toujours rendu fier. Et justement, elle avait peur que ça change. Encore, elle avait beaucoup de chance d'avoir grandit dans un foyer aimant comme le sien. Son père, Edward, était le fils d'un Vicomte, passionné de musique et plus précisément de Violon. "L'oreille infinie" se transmettait comme cela, de génération en génération et il en fit son métier décidant alors de parcourir le monde pour jouer dans les endroits les plus prestigieux. Durant sa jeunesse, il voyagea alors beaucoup et lors d'un "arrêt" en Espagne, au "Gran Teatre del Liceu" de Barcelone, il rencontra Maria Ruiz, une gitane qui avait pour seule occupation de danser le flamenco dans la rue pour gagner de l'argent. Durant son long séjour, elle lui servit de guide et lui montra tout ce qu'il y avait à voir étant donné qu'Edward devait y rester quelque temps. Ils se retrouvèrent vite inséparables et, voyant dans quelle misère la famille Ruiz vivait, Edward décida de repartir en Angleterre au manoir familial avec elle, l'engageant comme domestique et lui apprit à parler correctement l'Anglais durant tout ce temps. C'était ainsi qu'était né leur amour. Un Vicomte anglais et une gitane qui avait tout quitté du jour au lendemain pour lui. A la mort de ses parents, Edward décida d'épouser Maria et de partir avec elle en Amérique, pour un renouveau des plus total. C'est donc avec l'héritage que lui laissèrent ces derniers que lui et son épouse se bâtirent une vie des plus confortable là bas et eurent leur seule et unique fille, Kathérina qui reçu tout l'amour possible de ses deux êtres, mais aussi cette détestable sensation de n'être que "la fille de....". Durant toute son enfance, elle se sentit donc obligée d'être irréprochable, à la hauteur des talents artistiques de ses parents.

Le Trouble Dissociatif de l'Identité. En revanche, ça, personne ne s'en doutait. Certes, elle avait toujours été seule, sans vraiment beaucoup d'amis, mais elle s'en fichait. Seulement, elle avait rencontré un homme lors d'une réception où elle et ses parents avaient été conviés. C'était un bel homme. Grand, brun aux yeux clairs qui vous hypnotisent et pour qui vous pourriez tout faire. Oui, lui aussi il aurait pu tout faire, tout lui donner. Il était plus vieux qu'elle, d'une dizaine d'années au plus. C'est rien quand on s'aime. C'est rien quand on est amoureux. Elle l'avait rencontré l'année de ses seize ans et ce fut bien discrètement qu'ils commencèrent à tisser des liens. Il s'appelait Andrew. Il était cultivé, musicien et passionné par l'art, tout comme elle. En se renseignant auprès d'Edward, elle apprit qu'il était le fils du Duc Dimitri Barrow, un des représentants de cette grande et influente famille dont elle avait déjà entendu parlé quelques années plus tôt. C'est ainsi qu'ils continuèrent de se voir, de parler pendant des journées entières, de longues heures et entamèrent une relation quelque mois après leur rencontre. Elle avait alors dix-sept ans lorsque cette passion commença vite et une année plus tard, Andrew lui demanda main comme il se fait dans l'Aristocratie. Amoureuse et en bonne aristocrate, elle accepta bien entendu, en bonne jeune femme naïve et aveuglée par l'amour et cette image de la perfection incarnée qu'elle avait en face d'elle. Alors, ils se sont mariés l'année suivante. C'était beau, grand, festif. Kathérina n'avait plus besoin de rien, elle se fichait toujours d'avoir peu d'amis, elle commença à se tuer à être une bonne épouse.

Elle ne voulait pas pas échouer, ni le décevoir, elle voulait le rendre fier. Lui, il l'était en effet et il l' aimait plus qu'on ne pouvait aimer. Il était dingue d'elle, peut-être trop. Il l’étouffait d'amour, il la dévorait des yeux et il aurait pu tuer pour la voir ne serait-ce qu'esquisser un sourire. Mais ce qu'il tua finalement, c'était ça. Jaloux qu'on regarde son épouse, jaloux de ses quelques proches, il fit tout ce qu'il pu pour les écarter d'elle. Il ne voulait pas partager. Kathérina était à lui après tout. Belle et seule. Il la rendit dépendante de lui et s'enthousiasmait de la voir si vulnérable. Pourtant, au plus profond de lui, il s'en voulait du mal qu'il lui faisait. Il fit tout ce qu'il avait en son pouvoir pour la vider par la suite de tout amour propre, de toute estime d'elle même pour qu'elle ne tente pas de s'en aller. Il ne se privait jamais de quelques petites humiliations publiques, de quelques coups, voire même de beaucoup de coups qui lui laissaient de terribles blessures, encore bien visibles aujourd'hui.

"Ma douce, ma douce.. Tu me fascines ; comment peux tu passer de ce sourire d’enfant à ce regard glacial, d’où se dégage tant de violence ? "

Elle était devenue un objet, une coquille vide, une jolie poupée avec laquelle jouait un sale gosse capricieux et peu prêteur qui l'aimait trop pour la laisser dans les mains de quelqu'un d'autre. La séquestration dans leur "nid d'amour", le viol de son âme et de son corps, ce Pervers Narcissique l'avait souillé jusqu'à la moelle et arraché son cœur. Pourtant, ils s'aimaient toujours autant. Il s'excusait à chaque mauvaise action et elle était persuadée que tout était de sa faute. Qu'elle avait échoué, qu'elle l'avait déçu. Elle ne voulait pas partir, elle voulait rattraper ses erreurs. Mais elle aurait aimé quelques instants partir, voir d'autres personnes, discuter, mais elle n'avait aucune source de réconfort, aucun bras aimants à part ceux de son bourreau.

Alors son Être se divisa et elle se créa des proches à l'écoute qui lui auraient permis d'aller mieux.

Suite à cela, tout changea. Bien entendu, nous ne parlons pas de changement positif. Son époux, pensant qu'il s'agissait là de bipolarité et de provocation, intensifia les multiples tortures et elle sombra totalement dans la folie lui faisant perdre toute notion du temps.
C'est dans cette période où Kathérina avait le plus besoin de soutient, que Maria, sa mère, tomba malade; les médecins lui avaient découvert ce terrible cancer aux poumons à un stade déjà bien avancé. L'espagnole avait toujours été fière, digne et avait désiré passer ses derniers instants non pas à soigner cette maladie qui au stade trois était déjà bien décidée à lui retirer la vie, mais en Espagne aux côtés de la famille qu'elle avait quitté mais à qui elle écrivait et rendait beaucoup visite. Edward et elles partirent donc là bas, à Barcelone.
Andrew répondit lui même à leurs lettres et fit filtrer leurs appels pour qu'ils disparaissent progressivement de la vie de son épouse sans qu'ils s'en rendent compte. Et c'est bien ce qu'il se produisit. Maria rendit son dernier soupir en 2015 et Edward ne prit pas la peine de revenir en Amérique, adressant une dernière lettre à sa fille, persuadé de son bien être en compagnie de son époux. Il mit donc fin à sa vie quelques jours à peine après la mort de son épouse.
Kathérina ne fut jamais mise au courant de leurs décès tant elle était cloîtrée chez son époux, ce fut à peine si elle se souvenait des rayons lumineux du soleil. Cela faisait presque une année complète qu'elle n'avait pas franchit la porte du manoir Barrow. Elle n'avait plus rien, plus un seul contact désormais avec le monde extérieur.  Les mois et les années passèrent, et Kathérina se perdait de plus en plus dans son esprit. Il eut fallut presque sept ans de relation avec cet homme et quatre années de mariage pour qu'elle réagisse enfin.. enfin, "elle".

Un soir, un de ses Alter Ego, Lyzbeth, décida de prendre le contrôle et tenta de s'échapper impulsivement, blessant gravement son mari. Elle avait fuit pour sauver sa peau, pour survivre. Elle était une des rares personnalités à se sentir en danger, enfin plutôt à savoir qu'il fallait qu'elle s'en aille. Cependant en partant si spontanément, elle n'avait rien pu emporter mis à part l'arme qui avait servit à blesser son tendre époux. Pas d'habits chauds, simplement le satin de soie qu'elle portait à ce moment, pas de nourriture dont elle manquait cruellement, pas d'argent. Elle eut la chance de tomber dans un quartier très peu fréquenté et mal famé, composé d'ivrognes et de junkies supposait-elle. Son instinct de survie la poussa à lâchement agresser quelqu'un de faible, un homme qui était recroquevillé dans le froid, seul, à moitié ivre et donc pas compliqué à défaire de ses habits. Il n'avait pourtant pas d'argent, en dépit du nombre d'heures qu'il avait du passer à mendier. Elle chercha en toute les victimes inutiles qu'elle fit cette nuit là ce dont elle avait besoin, et en vint à la conclusion que son mode opératoire était trop maladroit pour y accéder. Lyzbeth laissa les commandes à la charmante Bonnie, une autre de ses Alter Ego, qui quitta le quartier au plus vite pour se réfugier dans un coin de ville, emmitouflée dans les habits du supposé SDF qui avait été le premier à mourir de ses mains.  Elle réussit à échapper aux autorités et à rester cachée pendant plus de deux semaines, dehors dans la rue où chez les personnes qu'elle parvenait à attirer pour se trouver à endroit où aller. Bonnie était bien douée pour cela, elle avait quelque chose d'étrange qui attirait les autres, les hommes et les femmes. Elle les charmait avec ses mots, ses étreintes et parvenait à se frayer un chemin chez eux, à glisser sous leurs draps et à les anéantir aux portes de l'extase, retrouvant la chaleur recherchée, dévorant par la suite des parties d'eux, volant leur argent et s'habillant de leurs habits au matin venu. Parfois il lui arrivait de rester toute la journée en compagnie de ces cadavres dont la froideur et le calme avaient ce caractère rassurant qu'elle aimait tant.

Elle était entrée, comme ça, sans prévenir, l'avait ficelé sur place. Il ne parvenait pas à détacher ses liens sur la chaise inconfortable. Les cordes lui sciaient le torse et les poignets ; mais malgré la situation déplorable, il la dévorait des yeux. Puis, ce fut à son tour. Elle le dévora.

Puis, un matin, on la retrouva dans une ruelle avec une multitude de cadavres déchiquetés, plaies béantes, entourée cette odeur à vous en donner la nausée. Mais elle, elle dormait là, blottie contre deux morts, deux supposés drogués à en juger les seringues plantées dans leurs corps. Les autorités firent le nécessaire pour contacter son époux qui était malheureusement indisponible à cause de sa blessure qui n'était toujours pas guérie. Ils prirent donc contact avec le père de ce dernier, étant désormais un de ses parents les plus proches suite à la suite du décès d'Edward et de Maria Parker. Dimitri n'avait jamais apprécié Kathérina, mais il avait du se faire à sa présence et à l'amour de son fils pour elle. Alors, pour expliquer l'état physique et mental de la jeune femme sans pour autant causer de tord à son fils mais pour en causer au maximum à la jeune femme, leur raconta sans vraiment savoir si cela était vrai, qu'elle avait de grave soucis psychiatriques, qu'elle était très dangereuse et incontrôlable, excuse qui passa bien évidemment à cause de toutes les personnes qu'elle avait massacré en trois semaines.

Bien entendu, Kathérina ne se souvenait pas de ses derniers actes puisqu'elle n'avait rien fait. Elle n'était pas responsable. La jeune femme avait développé jusqu'à ce jour quatre autres "personnes" au sein de son esprit. Et c'était la plus violente et déglinguée qui c'était manifesté en compagnie de la plus raisonnée et courageuse. Néanmoins, Kathérina se retrouva enfermée à l'asile par leurs faute, contre le gré de son époux, sous l'ordre de son beau-père ravi de cette décision. Cependant, Andrew ne voulait pas croire à ces accusations, à cette maladie diagnostiquée. Religieux, il ne croyait pas aux maladies psychiatriques, il n'envisageait la folie que part le vice de l'esprit, il voyait tout cela comme une punition du Seigneur. Il ne croyait ni en Lyzbeth, ni en Alicia, ni en Bonnie et encore moins à cette reproduction qu'elle avait faite de lui. Il voyait simplement Kathérina comme une jeune femme habitée par des esprits maléfiques, à exorciser au lieu de jeter à l'Asile. Malgré son internement, une partie d'elle se sentait plus libre que jamais.

" Tu ne ressembles à rien de ce que j’ai connu avant. Tu es incontrôlable. Tu es libre, plus libre que je ne le serais jamais, mais peut être trop d’ailleurs. "

Après son procès, les mots qu'elle aurait voulu adresser à son époux en toute conscience d'elle même ne purent sortir. Lyzbeth parla :

"C'est de ta faute ce qu'elle est devenue. Nous allons devoir la reconstruire."

IMAGES DE /!\transl1t/!\ & CODAGE DE © MRS HYDE POUR DANSE MACABRE


avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/06/2016
Métier/Occupation : Danseuse et Musicienne (muse de son adorable mari), désormais Patiente


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 20 Juin - 23:05

Edward Nashton
Je suis une Question pour ce monde
Tout d'abord, je te souhaite la bienvenue sur le forum. J'espère que tu te feras des petits copains ici ♥

Cependant, il va falloir effectuer quelques modifications avant que nous puissions te valider. Tout d'abord, je suis navrée que tu es fait l'impasse sur le règlement qui est la base de tout forum. Les crédits sont obligataires, le "inconnu" ne sera pas accepté. Également, le titre de ta fiche n'est pas valide et je t'encourage à rechercher par toi-même.

Pour ce qui est de ton personnage, nous le trouvons très jeune. En effet, tu es assez flou sur le temps qu'elle a passé marié à cet homme, et par rapport aux dégâts psychologique de ton personnage et à sa dépendance, il aurait fallu que plusieurs années s'écoulent. Même si ton personnage s'était marié à 18 ans, ce qui est encore une fois, très jeune. L'aristocratie n'est pas de la vente de jeunes filles, si tu suis ma métaphore.

En parlant de ça, je n'ai pas trop compris les origines de Kathérina. Elle est d’Espagne ? D’Angleterre ? Certes, elle a les deux origines mais où est-ce qu'elle vit ? Bien loin de Gotham à première vue et je suis certaine qu'il y a un paquet d'institution psychiatrique pour les gens avec un gros porte-feuille. Pourquoi choisir Arkham plutôt qu'ailleurs ? C'est pas un simple hopital psy, c'est le pire. D'ailleurs, en parlant d'origine. Elle est fille de grand musicien ou de grand noble ? D'ailleurs, quand arrive le drame avec les cadavres. On contacte le mari, je suis d'accord. Puis, le beau-père ? Les parents sont quand même les premiers à être contactés !

Kathérina a écrit:
Elle passa sa nuit dehors à massacrer tout ce qu'il lui passait sous la main, toujours dans un état de démence terrible. Pour cause, elle avait été privée de tout contact, de nourriture et de sommeil régulier pendant un moment suffisamment important pour qu'elle meurt de soif, de faim et de fatigue.
J'ai pas compris, tu pourrais reformuler ? Parce que je ne pense pas que ton personnage soit un zombie.

Petit détail, à la fin, le mari est surpris du "nous". Quand bien même n'aurait-il rien remarqué avant, pendant le procès des psychiatres se sont occupés du profil psychologique de la demoiselle, il devrait être au courant maintenant.

C'est tout ce que je peux te dire. En tout cas, tu as une très belle écriture et ça a été très agréable à lire, malgré les maladresses ci-dessus. Courage pour les modifications !

avatar


Messages : 406
Date d'inscription : 24/06/2015
Métier/Occupation : Booster vos neurones, si vous en avez.


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 20 Juin - 23:46

Kathérina Barrow
L'Amante religieuse
D'accord, merci pour les indications, je m'en vais corriger mes imprécisions dès demain !(en revanche pour le crédit, je crois que j'ai modifié et tout cité, mis à part celui de la biographie que je recherche, mais je pense que je le retrouverais vite :p)

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/06/2016
Métier/Occupation : Danseuse et Musicienne (muse de son adorable mari), désormais Patiente


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 21 Juin - 14:59

Kathérina Barrow
L'Amante religieuse
Alors, j'ai donc modifié le titre et rajouté les crédits manquants, précisé le début de la relation entretenue avec Mr Barrow, ainsi que l'âge approximatif qu'elle avait au moment de ses fiançailles et l'année d'après pour son mariage Smile
Ensuite, j'ai resitué un peu le contexte concernant ses origines comme demandé, en expliquant pourquoi et comment (donc par la rencontre de ses parents grâce au métier d'Edward). Par rapport à ce dernier, j'ai apporté des précisions sur la famille Parker, son titre de noblesse et leur passion pour la musique, ainsi que leur arrivée en Amérique Smile
Pour ce qui est de Dimitri Barrow, le beau père, j'ai aussi rajouté la raison du pourquoi est-ce que c'est lui et non pas les Parker que les autorités ont contacté.
Pour ce qui est de la fin, j'ai également modifié ! -et précisé aussi plus haut pourquoi sa stupéfaction était possible-
Merciiiiii 22

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/06/2016
Métier/Occupation : Danseuse et Musicienne (muse de son adorable mari), désormais Patiente


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 21 Juin - 16:51

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
" Une nymphomane libérée nécrophile qui a une vision de la vie étrange mais.. logique "
J'étais sous le charme, pour une étrange logique x')

Je me rends compte à l'instant que je n'ai pas souhaité la bienvenue ! Je répare les pots cassés, bienvenue demoiselle :')
Heureux de voir qu'on se pense tout deux morts, ça nous fera des choses à raconter au coin du feu <3
Bon courage pour la suite 110

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 21 Juin - 16:58

Kathérina Barrow
L'Amante religieuse
Jason Todd a écrit:
" Une nymphomane libérée nécrophile qui a une vision de la vie étrange mais.. logique "
J'étais sous le charme, pour une étrange logique x')

Je me rends compte à l'instant que je n'ai pas souhaité la bienvenue ! Je répare les pots cassés, bienvenue demoiselle :')
Heureux de voir qu'on se pense tout deux morts, ça nous fera des choses à raconter au coin du feu <3
Bon courage pour la suite 110

Ahah, Bonnie fait toujours cet effet sur les forums ~
Je te remercie en tout cas pour "réparer les pots" comme tu dis Wink
Au coin du feu ? Plutôt entre les barreaux et les portes blindées xD
Syndrome de Cotard power, on tentera de comprendre pourquoi on est pas encore passés de l'autre côté Angel

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/06/2016
Métier/Occupation : Danseuse et Musicienne (muse de son adorable mari), désormais Patiente


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 27 Juin - 9:53

Grace Waterhouse
No one's beyond help
Bienvenue sur le forum !
Ton histoire est très intéressante, c'est difficile d'explorer ce genre de pathologie de l'intérieur et je trouve que tu t'en tires très bien Wink
J'ai hâte de voir si Arkham va l'aider à se réparer... Ou finir de la briser. Mystère mystère ! <3

avatar


Messages : 263
Date d'inscription : 16/06/2016
Métier/Occupation : Post-doctorante en psychologie à Arkham


Profil psychiatrique
Statut : Cliniquement sain
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 29 Juin - 13:03

Invité
Invité
Salutation et bonne chance pour ta fiche ^^

J'aime beaucoup ton personnage et j'espère que tu te plairas ici, au plaisir de te croiser au sein de l'asile ^^






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 29 Juin - 16:38

Kathérina Barrow
L'Amante religieuse
Grace Waterhouse a écrit:
Bienvenue sur le forum !
Ton histoire est très intéressante, c'est difficile d'explorer ce genre de pathologie de l'intérieur et je trouve que tu t'en tires très bien Wink
J'ai hâte de voir si Arkham va l'aider à se réparer... Ou finir de la briser. Mystère mystère ! <3

Ahah, merci à toi pour ces beaux compliments~
Ooh je pense qu'Arkham va pas être d'un grand secours maiiiis faut voir avec les rencontres qu'elle fera si ça peut pas l'aider à s'en sortir -ou au contraire comme tu dis, la casser~ -

Clyde Hunter a écrit:
Salutation et bonne chance pour ta fiche ^^

J'aime beaucoup ton personnage et j'espère que tu te plairas ici, au plaisir de te croiser au sein de l'asile ^^

Daamn, un "Clyde", très joli prénom ! Merci en tout cas, j'attends que l'admin repasse sur ma fiche pour voir les changements que j'y ai opéré 3
Au plaisir~ Licorne

avatar


Messages : 59
Date d'inscription : 20/06/2016
Métier/Occupation : Danseuse et Musicienne (muse de son adorable mari), désormais Patiente


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ http://theundertaleheart.forumofficiel.com/ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 29 Juin - 23:19

Ticci Toby
► Punching ball à votre service ! ◄
Heyyyyyyyyyyyyy !!
Tout d'abord bienvenue à toi ! Encore une chtarbée, l'asile va débordé à force ! Les gens aime quand c'est dingue !

J'adore ton personnage, tant de gentillesse et de pureté ! *tousse*
J'aime bien ton style d'écriture, il est agréable ~

Je tiens également a nous excuser pour ton attente, 9 jours, c'est très long tout de même, donc encore désolé !

Je vois que les modifications sont faite, tout est dans l'ordre ! Très jolis pavés !

Je m'en vais donc pour cette validation de 1h du mat ! Parce qu'il n'est jamais trop tôt pour validé !
Donc, tu est validée madame !

N'oublis pas les gestions de personnages, et tout le reste !
J'espère que tu t'amusera et que cette attente ne t'aura pas embêtée !
Si tu veux tu peux me taper !
On va commencer à croire que j'aime ça....

Bref, surtout je te souhaite un bon séjour à l'asile, amuse toi bien avec les autres patients !

avatar


Messages : 68
Date d'inscription : 22/05/2016
Métier/Occupation : Découpeur de gens ! Bah quoi, c'est un métier comme un autre et ça fait du miam pour les chiens abandonnés !


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







Kathérina Barrow - Quatre rose noires naquirent des piques de son Tyran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1