Un petit vote toutes les deux heures !

La masse silencieuse - ft. Tim Drake


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 8 Aoû - 11:45

Jeremiah Crowley
+ IT'S NOT IN YOUR BEST INTEREST TO DISCONNECT ME
Biiiip... Biiiip... Biiiip...

Assit à son bureau, un petit point clignotait sur l'un de ses écrans. Des fils par milliers s'emmêlaient entre eux et se reliaient par les différentes tours centrales. Son téléphone était en haut parleur, branché également à l'un de ses ordinateurs. Ca le faisait sourire. Il prit une gorgée de son thé qui avait refroidit. C'était dégueulasse mais, les sachets bon marché du supermarché d'en bas, il en avait l'habitude. Parfois même, il se surprenait à le préférer à d'autres thés de meilleures marques.

Jeremiah avait tout de même eu un genre de panique qui lui avait bouffé les tripes et serrer tous les muscles de ses jambes. Ce qu'il avait découvert ne lui avait pas du tout plu. C'était la première fois. Il n'y avait jamais pensé. Jeremiah avait toujours imaginé qu'Il était protégé. Impensable qu'Il fusse l'un des hommes les plus publics de Gotham. Il avait préféré tout oublier. Dieu de merde, s'Il le découvrait, il se mettrait dans une drôle de situation ! Alors, tous les fichiers téléchargés, toutes les données qu'il s'engageait de pirater, Jeremiah avait tout effacé. Tout. Ou presque.

Parmi tous les dossiers que Jeremiah avait réussi à violer, il y avait ce prototype d'application pour Androïde... Lisant les codes en diagonale, il y avait trouvé une spécificité qu'il aimât beaucoup. Il prit toutes les données. Par curiosité ou par instinct. Il verrait plus tard. Il avait alors quitté l'antre du Chevalier et des Entreprises Wayne pour ne plus jamais y retourner. Plus-Jamais.

Une tonalité forte sonnait dans sa chambre. Jeremiah se posait de nombreuses questions. En son for intérieur, beaucoup s'y résolvaient sans mal. Il n'eut aucune difficulté à remonter le fil des données. Un peu de cryptage avait suffit à brouiller le traceur de son appareil. Un plat de spaghetti que les plus patients adoreront démêler. Et le temps de couper la ligne, les plus doués pourront s'arracher les cheveux pour découvrir que le coup de téléphone était passé depuis Philadelphie. Ce petit jeu-là faisait beaucoup rire Jeremiah et il en voyait certains spécialistes s'en tirer les cheveux. En vérité, rien de compliqué. Emmêler les sources et retranscrire l'appel à plusieurs bornes Wi-Fi était d'une simplicité presque primaire. Il se doutait que Tim tenterait sa chance. Il avait hâte de le voir faire.

Jeremiah avait étudié, analysé et observé le code de l'application. "Bat-Signal (nom à changer)". Le procédé était connu : Un utilisateur Androïde active l'application qui émet un signal d'appel. Ce concept était déjà réputé pour faire appel à la police. Cependant, la beauté de l'application était que le signal était reçu directement par Batman. Tout un cryptage indécodable servait à protéger les données récepteurs pour éviter à n'importe quel hacker de géolocaliser la Batcave. Par jeu, Jeremiah avait eu le désir puéril de relever le défi. Toutefois, il préféra rester ignorant : Il craignait qu'une fausse manipulation, une maladresse ne le trahisse.

La Bat-Application (c'était le meilleur nom pour baptiser ce petit bijou) n'était qu'un petit prototype sans prétention. Elle prenait la poussière dans les dossiers d'un adolescent sans problème qui laissait entrevoir dans ses notes qu'il avait préféré abandonner le projet. Jeremiah ignorait vraiment pourquoi. Tout du moins, il s'en doutait mais, n'en avait pas vraiment cure. A la manière d'un leurre dans Pokemon-Go, certains criminels auraient sans doute pu utiliser l'application pour coincer la Chauve-Souris dans une ruelle sombre comme une pucelle. Ce n'était pas le soucis de Jeremiah. Avoir songé à offrir un Bat-Signal à Monsieur Tout-le-Monde, il avait trouvé ça noble. L'abandonner l'avait un peu vexé. Un peu.

En moyenne, chaque personne, en Amérique, a environ 1% de chance de se faire agresser. A Gotham, se chiffre peut augmenter en moyenne de 5%. Aussi, les patrouilles des héros, la nuit tombée, faisait beaucoup marrer Jeremiah. De jolies acrobaties pour jouer les divas, des bat-grappins dont la valeur pourrait suffit à nourrir 3 familles des quartiers de l'East End, une voiture high-tech capable de décimer une armée,... Tout ça pour 5% de chance de se faire agresser. Les gars, vous êtes des champions... Les véritables agressions, les véritables cauchemars que vivait un citoyen, c'était son quotidien. C'étaient les patrons corrompus, les maîtres-chanteurs, les harceleurs, les petits mafieux qui imposaient leur tyrannie aux petits commerces de quartier.

C'était ainsi que la Bat-Application révélerait le véritable problème. La véritable voix de l'anonyme. Si le commissaire Gordon avait le privilège de siffler Batman lorsqu'il pédalait dans la semoule, pourquoi Monsieur N'Importe-Qui ne pourrait pas demander son aide lorsqu'il touche le fond du gouffre ? Le bout de sa vie. Jeremiah savait que l'application n'aiderait pas les héros, ni ceux qui en feront usage. Mais, il s'agissait d'une leçon qu'il voulait donner. Rendre la parole au peuple. La véritable démocratie.

Biiiip... Biiiip... Biiiip...

Jeremiah n'avait plus qu'un bouton à appuyer pour lancer l'application. Téléchargeable et impossible à retirer du marché. Complètement gratuite, même un criminel notoire pourra supplier à l'aide au héros de la commune. A présent, il fallait que son concepteur le sache. Il fallait que Timothy Drake en soit le premier averti. Sur le téléphone de Tim, aucun numéro affiché. Pas de "Appel Inconnu". Juste, un nom. Comme s'il avait toujours été là, dans son répertoire de contact. Maître Corbeau.

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 03/08/2016
Métier/Occupation : Informaticien & hacker dans une petite société de software.


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 9 Aoû - 5:18

Timothy Drake
Il faisait surprenamment beau pour une journée à Gotham City. La ville semblait plus souvent calquer l'humeur ambiante de ses habitants, maussade et grise, restant insensible aux saisons qui faisaient tourner le reste du monde. Mais aujourd'hui faisait exception. L'été semblait finalement installé, se décidant enfin à baigner Gotham d'une chaleur bienvenue. La véritable question était de savoir pour combien de temps le soleil brillerait encore sur la ville de tous les vices.

Tim n'était pas le seul à avoir prit la décision de sortir pour profiter du soleil qui offrait son décolleté de lumière autre part que derrière la vitre de sa chambre. Les gens se bousculaient sur les pelouses du petit parc du quartier de Financial District. Hommes d'affaires, touristes et Gothamites se mêlaient pour pouvoir jouir des quelques rayons du soleil, allongés sur des pelouses d'un vert vif où il était interdit de marcher. Tim ne faisait pas exception. Assit sur sa veste pour ne pas être à même le sol et salir son pantalon hors de prix, il était plongé dans un fascicule de comics acquit quelques minutes plus tôt (après une séance de sport éreintante il s'était récompensé en passant par une boutique de comics qu'il fréquentait depuis beaucoup trop longtemps pour son propre bien). Les traits de son visage étaient tendus, sérieux, captivé par les illustrations qui s'enchaînaient sous ses yeux. Des histoires de superhéros se passant dans les méandres d'univers inter-galactiques, défiant les lois élémentaires physiques ou de logiques.
Dans son sac attendaient patiemment de nouveaux comics relatant les aventures de Batman. Tim les gardaient pour plus tard, il faisait patienter sa curiosité. Le plus souvent c'était de simple articles de journaux illustrés, exagérés et romancés. Ce qu'on pouvait trouver sur internet fait par des amateurs étaient généralement plus intéressant et original quand on se donnait la peine de bien fouiller. Mais ça faisait plusieurs mois que Tim s'était rendu compte que parfois une belle histoire fictionnelle ne valait pas les peines que pouvait infliger le web. Il se contentait des comics qu'il pouvait trouver en librairie.

Personne ne savait qu'il se trouvait dans le petit parc du quartier des affaires. Ses parents étaient en voyage d'affaire à Haiti pour quelques semaines et les petits camarades de l'école privée de Tim certainement éparpillés dans les plus belles plages des quatre coin du pacifique. Ses parents le croyaient en vacances dans la résidence secondaire d'un des amis de l'internat et Tim n'avait pas encore daigné les démentir. Choisir de passer ses vacances à Gotham quand on avait l'occasion de filer aux Bahamas pouvait sembler absurde. Pourtant Tim ne voyait pas comment mieux profiter de la ville qu'en ces quelques mois de répit pour sa vie étudiante. Batman le laissait bien plus souvent l'accompagner dans ses missions de nuit et il avait la possibilité de passer ses journées à dormir ou vaquer à ses activités favorites qui consistaient le plus souvent à squatter la salle de gym ou fouiner sur le net.
Il s'était autorisé une petite pause pour flâner dans la ville quand il avait vu le temps et avait rejoint les businessmen de sortie pour leur lunch sur la pelouse d'un petit parc plutôt tranquille pour bouquiner. C'était apaisant de voir ce nouveau tableau qu'offrait Gotham. Celui d'une ville aux habitants comme les autres, qui partageaient les même soucis que tout le monde, qui aux moindre rayons du soleil allaient courir dehors pour lézarder. A force de côtoyer l'homme que le soleil déprimait, Tim l'avait presque oublié.

Il entendit à peine son téléphone sonner mais ne prit pas la peine de lever la tête de sa bande dessinée. La sonnerie lui semblait trop étouffée et lointaine pour que ça soit la sienne. Il était trop captivé par son histoire pour se sentir concerné. Ce ne fut qu'après plusieurs longues secondes (et des coups d'oeils vers les regards appuyés qu'on lui lançait) qu'il finit par réaliser que c'était son téléphone à lui qui faisait tout ce vacarme. Il décrocha avec précipitation.

« Allo ? »Tim ne recevait pas beaucoup d'appels. Ses parents étant à l'étranger et avec un créneau horaire complètement différent de celui-ci il n'y avait aucune chance pour qu'ils essayent de le joindre (certainement pas sans l'avoir prévenu auparavant) et ses amis se seraient contenté d'un SMS ou d'un message Facebook. Avant d'avoir une réponse il décolla son téléphone de son oreille pour jeter un coup d'oeil au numéro qui l'avait appelé. Juste deux mots auxquels il trouvait une connotation quelque peu enfantine, un peu pompeuse mais surtout inquiétante car ils ne lui disaient rien du tout. « Qui est à l'appareil s'il vous plait? »

avatar


Messages : 45
Date d'inscription : 08/08/2016
Métier/Occupation : Etudiant


Profil psychiatrique
Statut :
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 9 Aoû - 12:58

Jeremiah Crowley
+ IT'S NOT IN YOUR BEST INTEREST TO DISCONNECT ME
Le soleil perçait. C'était soudain et subit mais, ça le gênait. Comme un voyeur qui regarderait par le coin de la fenêtre et qui écouterait la moindre de ses conversations. C'était soudain et subit. Il ne l'avait réellement remarqué que lorsqu'une voix, enfantine, à peine en mue, presque féminine, avait répondue. Jeremiah s'état levé pour fermer le rideau. Son bureau fut plongé dans le noir et seul ses écrans d'ordinateur éclairaient la pièce. Un éclairage blafard et tamisé comme les premières lueurs d'un petit matin.

Bonjour, Tim.

Il ricana. Cette voix était horrible. La voix d'un enfant. D'un adolescent. Il ne s'agissait que d'une âme innocente et la leçon qu'il s'apprêtait à donner était peut-être trop cruelle pour ça. Mais, les enfants retiennent mieux. Leur esprit se marque plus facilement. Son hésitation fut brève. Il décida d'aller jusqu'au bout.

Un grand garçon comme toi, Tim, devrait pourtant savoir lire.

Jeremiah s'installa sur son fauteuil tranquillement. Il avait encore sa tasse de thé-bon-marché, son ordinateur qui indiquait un point fixe dans une ruelle du Financial District et, sur le second écran, une série de codes et de scripts. La Bat-Application. Quel nom ridicule. Le troisième écran s'alluma pour faire apparaître une fenêtre de commande. Sa main pianota agilement sur son clavier. Le tapotement nerveux des touches roulait en écho dans la pièce obscure.

Mais... De ce que j'ai vu, tu es doué. Redéfinir la variante d et n prime en utilisant des lignes de code en latex... Les enfants ont toujours beaucoup d'imagination.  

Il parlait de son code. Du code de l'application. Comment avait-il réussi à brouiller les pistes vers le récepteur du signal et rediriger les tentatives de piratages vers d'autres serveurs. De quoi pouvoir devenir fou. Jeremiah avait longtemps utilisé ce genre de subterfuge et encore aujourd'hui, en utilisait-il souvent par fainéantise. Cependant, il était devenu bien plus vicieux. Bien plus vicieux qu'un simple rapport d'erreur "La commande que vous souhaitez exécuter n'existe pas."

Après avoir ronronné quelques instants, l'une des tours centrales se calma. Elle souffla, respira plus tranquillement et le troisième écran s'illumina d'une lumière blanche. "Localisation des données en cours". Un petit cercle tournait inlassablement et Jeremiah l'observait pour mieux patienter. Une vidéo s'afficha. Puis, de petits encadrés avec d'autres vidéos. Quatre. Quatre caméras de surveillance dans ce petit parc fleuri. C'en était presque ironique.

Fais coucou, tu es filmé...

Une chose qui mettait le petit monde dans une paranoïa instinctive, c'était bien l’œil des caméras. Des gens recouvraient l'objectif de leur webcam par prudence et certains lançaient des regard méfiants aux caméras de sécurité planquées un peu partout dans la ville. C'était Big Brother en pire. Et Jeremiah, ça le faisait toujours un peu marrer.

Ce sentiment de puissance, de voyeurisme, il en avait l'habitude. Il n'en jouissait qu'intimement et sans le partager avec quiconque. Il n'en riait jamais vraiment. Non, c'était la peur, la crainte. Des adolescentes, des jeunes mères qui imaginaient encore leur vie privée intime, lorsque sur Facebook, elles portaient quinze photos de leur rejeton tout potelé. C'était la course aux likes et aux followers. Retwittez-moi, je rends. Mais, dès lors que le commun des mortels à l'impression de ne plus avoir le contrôle, c'est la panique la plus totale. Les gens n'avaient pas peur d'imaginer un employé de la mairie se toucher tranquillement en regardant les clichés des caméras de sécurité, dans la rue. En revanche, songer une seule seconde qu'il s'agissait d'un potentiel hacker et c'était la terreur. L'effroi. La porte ouverte à l'anarchie. Et puis quoi, ensuite ?

C'était ça. C'était précisément ça, qui le faisait marrer.

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 03/08/2016
Métier/Occupation : Informaticien & hacker dans une petite société de software.


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 9 Aoû - 18:20

Timothy Drake
La voix lui glaça le sang. Une voix calme et caverneuse au timbre posé et mécanique. Elle lui rappelait la voix de ces narrateurs de film, si particulière et propre au récit qui déblatéraient des détails de vie privé des héros de leurs histoires. Son interlocuteur modifiait sa voix sans même chercher à le dissimuler. La conversation n'avait pas encore commencé que le bon sens de Tim lui hurlait de raccrocher et d'ignorer le petit plaisantin de mauvais goût. La piste du faux numéro se vit automatiquement mise de côté. En même temps les chances de se faire appeler par un « Maître Corbeau » et que ça soit une erreur étaient faibles.

Il était plein d'assurance, le modificateur de voix n'arrivait pas à dissimuler l'aplomb et la confiance dont faisait preuve le drôle de personnage qui s'appropriait doucement l'intérêt de Tim. Il passa outre le sarcasme et le mépris qui suintait de chacun de ses mots. Ce n'était pas une mauvaise blague, c'était bien plus grave que ça. Tim sentit ses boyaux se serrer et pendant quelques secondes il fut incapable de respirer. Quelqu'un avait piraté les données qu'il avait prit soin de dissimuler sur les réseaux hyper-sécuriés de Lucius Fox. Il avait pourtant prit en plus soin de ne laissé aucune possibilité d'accéder à son travail sans connaître le chemin et la suite de code nécessaire pour l'activé. Ses méninges se mirent à tourner, cherchant ce qui lui avait fait défaut, la faille qu'il avait laissé ouvert. Impossible d'y répondre sans le matériel nécessaire sous les yeux.

Timothy jeta avec des gestes hâtifs son fascicule dans son sac qu'il referma avec la même précipitation avant de se lever et ramasser sa veste. Debout, planté au milieu d'une pelouse à l'herbe vert vif, au milieu des hommes d'affaires qui discutaient joyeusement des nouvelles stagiaires ou de la connerie de leur patron, personne ne faisait attention à lui. Par réflexe il jeta un coup d'oeil autour de lui. Des personnes avec un téléphone à la main il y en avait des dizaines. Un lent tour sur lui-même et il repéra une première caméra, puis une seconde.
Le Maître Corbeau était peut être assez idiot pour se promener à quelques mètres de lui. Peut être qu'il n'était pas si loin que ça. Ou peut être qu'il était bien loin, à l'observer tranquillement à l'aide de ces caméras. Une foule de questions sans réponse se bousculaient dans son esprit et les chances pour que son joyeux compagnon y réponde étaient minimes.

Il pouvait encore s'excuser et prétexter une erreur de numéro, contacter Barbara pour lui exposer la situation. Mais il préféra repoussait l'échéance, voulant toujours en savoir un peu plus, sa curiosité piquée à vif. Pour l'instant il n'y avait aucune menace immédiate
(un type possédait certaines donnés de l'application qu'il avait créé et bêtement décidé de garder, probablement plus s'il avait réussit à passer les systèmes de sécurité qui gardait les data de Lucius Fox)
qu'il ne pouvait pas gérer seul. Il ne devait pas perdre son sang froid. Ce n'était peut être qu'un guignol qui souhaitait jouer au plus malin. Tim devait continuer à le faire parler, savoir tout ce qu'il savait.

« Qu'est-ce que vous voulez ? » Bon, il n'y avait aucune raison d'aller dans la délicatesse et la subtilité. Le mieux était d'aller droit au but, surtout quand c'était la question qui lui brûlait les lèvres. Son sac sur l'épaule, il se déplaça lentement (peut être un peu trop pour paraître naturel), sortant de l'espace vert pour rejoindre le petit chemin de terre. Un vélo manqua de le bousculer et Tim sortit rapidement de la piste cyclable. Il sentait des centaines d'yeux braqués sur lui mais personne ne prêtait attention à cet adolescent quelconque un peu pataud.

avatar


Messages : 45
Date d'inscription : 08/08/2016
Métier/Occupation : Etudiant


Profil psychiatrique
Statut :
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 9 Aoû - 20:42

Jeremiah Crowley
+ IT'S NOT IN YOUR BEST INTEREST TO DISCONNECT ME
Qu'est-ce que tu fais ? Non... Ca sert à rien, de t'enfuir...

Il le vit s'éloigner de la caméra 1. Caméra 2 et 3 l'avaient toujours en visuel. La quatrième ne le voyait déjà plus. Il se connecta au programme du réseau de toute l'avenue. Quelques lignes de code supplémentaires dans le programme. Le bruit des touches était semblable au crépitement d'un feu. Pour Jeremiah, le son lui rappelait celui d'un foyer dans l'âtre d'une cheminée. Bien chaud. Confortable. Ca avait quelque d'apaisant. Il se doutait que cette musique-là devait posséder des intonations plus menaçantes pour d'autres. Il se demanda si Tim l'entendait. S'il entendait les notes de musiques de l’instrument par lequel il avait joué tant de requiem. Pour lui, il ce ne serait qu'une comptine qu'il lui chantera avant d'aller se coucher. Rien de méchant, ni de grandiose. Mais, assez pour rester dans la mémoire toute une vie. Bonne nuit, Timmy...

Jeremiah souriait, sans rire. Seulement avec beaucoup de calme. Sans véritable mépris mais, d'un ton haut et assuré.

Pas d'insultes ? Pas de menace ? Pas de "Oooh mon Dieu, commentvousmeconnaissez" ? Son rire était doux et flottait sans lourdeur, comme une petite note de flûte laissé en suspend. En fait... Je voulais surtout te féliciter et puis... T'exprimer vraiment - c'est très sincère, hein - tous mes encouragements pour cette application. Je te l'exprime tellement que...

Un son de bulle s'évanouit à l'autre bout du combiné. Il venait d'appuyer sur un bouton.

Que je viens à peine de mettre ton oeuvre en service. Téléchargeable directement - attentionderrièretoilevélo - directement  sur AppStore... Ne me remercie pas. Monologua-t-il en toute innocence.

Alors, au fin fond des serveurs internet, l'application se mit en service. Evidemment, sans publicité, ce serait moins drôle. Aussi est-elle proposée dans les suggestions à tous ceux qui téléchargeront des applications dans le domaine de l'information, de la juridiction, de la criminalité et de la navigation. Quelques jeux également furent taggés comme suggérant la Bat-Application. Un joli logo très propre désignant la célèbre chauve-souris.

Jeremiah, toujours en haut-parleur, alla vérifier les données. Encore 0 téléchargement. Mais, après quelques secondes - oh, ça faisait déjà une minute ! - l'application avait déjà été vue 6 fois. Il se demanda à quelle vitesse le virus se propagerai. Il eut l'impression de jouer a Plague.Inc.

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 03/08/2016
Métier/Occupation : Informaticien & hacker dans une petite société de software.


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 9 Aoû - 21:22

Timothy Drake
Tim sentit son coeur s'arrêter de battre pour fondre dans sa poitrine et dégouliner jusqu'à son estomac. Tétanisé par une frayeur qu'il n'avait pas ressentit depuis longtemps (et qui ne lui avait pas manqué) il resta immobile parmi les quelques badauds qui se promenaient en profitant de cette après-midi ensoleillée. De nouveau il jeta un coup d'oeil autour de lui sans trouver d'autres caméras que celles aperçues un peu plus tôt. Sa respiration lourde résonnait dans sa tête, s'entremêlant avec les dernières phrases du Maître Corbeau, martelant contre son crâne.

« J'en ai déduit que vous me connaissez grâces aux données que vous avez hackées. » Sa voix n'était qu'un souffle fragile. Il était incapable de trouver autre chose à répondre. Il n'y croyait pas. Non. Ce n'était qu'un odieux mensonge et il n'allait pas encourager un parfait inconnu
(Nygma ? Non, il n'aurait jamais utilisé un autre pseudonyme)
à lui faire perdre tous ses moyens en un claquement de doigts. On voulait lui faire peur. Il ne se laisserait pas faire. Tim raccrocha au nez de son interlocuteur sans autre forme de procès. La plaisanterie avait assez duré, sa curiosité serait mise en attente le temps d'arriver chez lui ou de prévenir Barbara de la situation. Rentrer chez lui quand on l'observait comme ça ? Il avait assez de jugeote pour ne pas aller pointer du doigt l'appartement familial ou il se terrait. Il lui fallait se mettre hors de porté des caméras de surveillance. Le problème était que la ville en regorgeait dans un quartier aussi riche et important que celui-ci.

Tim se lança au pas de course, sortant du parc en une poignée de minutes. Il se rapprocha des immeubles accueillant les plus grosses entreprises de la ville, se mêlant à la foule déjà plus épaisse et cherchant à se fondre dans la masse, ce qui se révéla plus difficile que prévu. L'idéal en d'autres circonstances aurait été de rejoindre une sortie d'école. Difficile en plein milieu du quartier des affaires et au beau milieu des vacances scolaire. Il faudrait faire avec ce qu'il avait.
Il se laissa bousculer par des hommes en costards et des femmes en tailleurs pressés jusqu'à s'engouffrer dans le hall d'un des immenses bâtiments. Peut être qu'il avait réussit à échapper au regard des caméras et pouvait s'accorder quelques minutes de répit avant de trouver un autre moyen de se sortir d'ici. En attendant il pouvait toujours vérifier si les dires du maître chanteur étaient vrais.
Se faisant tout petit, il alla s'installer dans un des fauteuils libre qui se trouvaient à proximité. Il pianota sur son téléphone, ouvrit l'App Store et maudit la connexion qu'il trouvait bien trop lente. La réponse arriva comme un coup de poing contre sa gorge.

Le logo était simple, comme il l'avait imaginé. Quelque chose de sobre mais amusant, comme le nom de l'application. Maintenant il trouvait ça ridicule. Il n'arrivait pas à y croire. C'était une méchante (dangereuse) plaisanterie, voilà tout. Une fausse application qui s'ouvrirait sur un meme idiot. Pourtant il n'osait pas la télécharger.
Téléchargement en cours
Tim avait passé des mois entier à travailler sur cette bête application. Il en avait parlé avec des étoiles pleins les yeux. Un Bat-Signal pour les monsieurs et madames tout-le-monde. Une idée formidable ! Il s'était vu venir en aide aux plus démunis, donner aux Gothamites une véritable impression de sécurité. Puis il était vite redescendu. Il avait dégringolé de plusieurs étages en se rendant compte qu'une bête idée comme celle-ci les mettrait plus en danger qu'autre chose, ne leur permettrait de venir en aide qu'à une faible portion de la population à défaut de pouvoir se multiplié. Que la popularité de la Chauve-Souris dégringolerait devant son impuissance à pouvoir sauver toute une ville en quelques jours.

Une main se posa sur son bras, le faisant sursauter avec un hoquet de surprise. Une femme tirée à quatre épingle, à la coiffure parfaite et cachée derrière une paire de lunettes lui donnant un air sévère lui tenait doucement le bras. Elle n'avait pas voulu lui faire peur et il balbutia quelques excuses. Il attendait son père (Jack, c'était un nom suffisamment courant) qui ne devrait pas tarder à sortir de son bureau. Ils devaient partir jouer au foot après. Ça sembla suffire à la secrétaire qui retourna s'installer derrière son bureau avec un coup d'oeil inquiet pour l'adolescent.
Tim avait tout intérêt à ne pas rester ici trop longtemps.

avatar


Messages : 45
Date d'inscription : 08/08/2016
Métier/Occupation : Etudiant


Profil psychiatrique
Statut :
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 10 Aoû - 7:47

Jeremiah Crowley
+ IT'S NOT IN YOUR BEST INTEREST TO DISCONNECT ME
Perspicace, Sherlock.

Il n'eut guère le temps d'en dire plus. La tonalité de son téléphone vibra contre les murs de son petit appartement. Jeremiah sourit. Et coupa l'appel. Des réactions naturelles. Couper court à la conversation. Pour garder le contrôle. Pour ne pas avoir l'impression de se faire happer par le pouvoir de l'autre. Mais, mon petit Tim... Mon gentil petit Timmy... Je te vois. Je te vois et je te suis. Où veux-tu te cacher, si ce n'est du monde ? Il n'y avait vraiment que les marginaux, les SDF dans la rue et les vieux ermites qui pouvaient tout à fait lui échapper. Du reste, mon garçon, tu appartiens à mon Univers.

Jeremiah se pencha en avant sur son fauteuil et ce dernier grinça. Un vieux fauteuil à roulette et au cuir déchiré ici et là. De la mousse bavait par les trous et des traces de griffes ornaient chacun de ses coins. Son chat passait souvent par là. Sur son écran central, le point rouge se mit à bouger. En haut, à droite, l'adresse qui permettait à son téléphone d'être géolocaliser. Ces petites merdes étaient de véritables mouchards. Le hacker n'avait plus qu'à s'acharner sur son clavier pour envoyer ses commandes aux différentes caméras de la ruelle.

Qu'est-ce que tu fais, Tim ? Il marmonnant entre ses dents et l'observait d'un œil avare. Tu te caches mais je te vois toujours...

Il n'eut pas besoin d'en vérifier l'oeil pour chacune. Il le vit s'enfoncer dans les foules et Jeremiah ne put s'empêcher de sourire. Malin, le petit gars. Mais, le point clignotait toujours et il n'eut besoin d'aucun repère visuel pour le suivre. Le regard de Jeremiah avait l'habitude de s'attarder sur des détails. C'était l’œil du programmeur. Celui qui observait la Matrice pour mieux en comprendre chaque couture. Jeremiah le laissa se faufiler à travers la vague humaine sans chercher à l'avoir sous le regard. Il profita de ce petit instant pour poser sa tasse de thé-bon-marché plus loin. Son chaton vint grimper sur l'une de ses tours, ronronna puis miaula. Son maître lui offrit sa main et l'animal frotta son petit museau dessus avant de sautiller sur-place et d'envoyer les pattes pour jouer.

Tim entra dans un bâtiment. Jeremiah se redressa sur son clavier. Il parla seul, d'un ton triste et sincèrement navré.

Tim, Tiiiim... Tu me prends pour un idiot. J'aime pas beaucoup ça.

Ses doigts s'agitèrent comme des machines sur son clavier et l'écran de droite afficha plusieurs vidéos surveillances. Deux caméras dans le hall. Cinq à l'étage supérieur. Jeremiah n'avait pas besoin d'ouvrir les données des sept machines. L'adolescent n'aurait pas pu monter au premier étage. La Caméra 1 n'affichait que des gens pressés qui ne regardaient jamais devant eux. Mais, aucun ne se bousculait. Ça ressemblait à un ballet. Ou a une fourmilière. Chacun allait là où il devait aller, avec une élégante synchronisation. L'instinct grégaire, c'était beau. On pouvait en dire ce qu'on voudra.

La Caméra 2, quant à elle, offrait un plan d'ensemble de derrière l'accueil. On pouvait nettement voir l'écran de la petite réceptionniste et Jeremiah pensa que cela devait être bien pratique pour espionner les employés, depuis un bureau. Vérifier qu'ils ne perdent pas leur temps sur internet ou ne dorment pas durant leur garde de nuit. Ça avait ce côté voyeuriste et autoritaire que Jeremiah trouvait encore bien pire que ses petites manipulations gentilles. Il apercevait Tim sur les fauteuils. Cet enfoiré était sur son téléphone et Jerry songea qu'il appellerait peut-être de l'aide. Il manipula quelques codes de l'écran de géolocalisation pour tomber sur une série en binaire qui bougeait et défilait sans cesse sur son écran. Jeremiah avait accès aux données du portable en temps réel. Si le hacker avait pris cette fausse habitude de posséder l'omniscience sur le monde "privé" de ses victimes, quelque fois, dans un soudain sursaut de lucidité, il comprenait à quel point ses libertés pouvaient être terrifiantes. Il hésita pendant trois pauvres secondes à quitter la Data Base Files de son téléphone portable. Puis, il décida d'y rester.

"Notification : Votre application a été téléchargée - Vérifier les statistiques de l'application"

Jeremiah cliqua. Puis, éclata d'un rire franc. Son chaton eut peur et s'enfuit.

Non...! Ne part pas comme ça ! Je voulais pas te faire peur. Chaton ! Il posa une main sur son ventre pour se calmer et respirer doucement. Il tourna la tête vers la direction du chat et sourit. Un sourire léger qui froissait à peine son visage impassible. Il a téléchargé l'application. On est d'accord ? Il le cherche...

Non, évidemment qu'il ne cherchait pas à se faire pister. Personne ne cherche à se faire pister. On cherche toujours un peu d'admiration, un petit regard en biais qui nous rassure sur nôtre rôle dans la société. Mais, ce pauvre Timmy... Il n'avait pas besoin de le voir à travers l'oeil des caméras pour deviner qu'il devait être pâle comme une porcelaine. Il tourna paresseusement la tête vers ses écrans. Son sourire contemplatif était resté gravé sur ses lèvres.

Ne fais pas cette tête, Tim. C'est encore que le début. Quelle gueule tu vas tirer quand ça va vraiment commencer, mh...?

Il se rapprocha de son clavier et les roulettes de son fauteuil grincèrent.

Aller, je suis pas chien. Je vais pas te laisser en plan comme ça...

Il manipula ses codes. Écrivit quelques lignes en oracle. Puis, fit transférer le code jusqu'à son téléphone. "Réception des données en cours...". Il attendit trois secondes. "Réussie". La secrétaire s'éloignait. Jeremiah rappela

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 03/08/2016
Métier/Occupation : Informaticien & hacker dans une petite société de software.


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Sam 13 Aoû - 22:38

Timothy Drake
Tim regarda la jeune femme s'éloigner sans vraiment la voir. Il percevait à peine le claquement de ses talons aiguilles sur le sol, les bavardages du bureau autour de lui. Tout semblait tourner au ralenti. Il baissa les yeux sur son téléphone dont l'écran c'était automatiquement mis en veille. Il aurait donné cher pour passer l'éponge, tout oublier et rentrer chez lui. Un après-midi qui commençait aussi bien à Gotham ne pouvait qu'être qu'annonciateur de mauvaises nouvelles. Rien n'était jamais simple.

Il finit par céder et ouvrir de nouveau son téléphone, s'y reprenant à deux fois pour taper le code (ça le rendait vraiment fébrile toute cette histoire). Il cliqua sur le petit logo de l'application, la tête bourdonnante. Courir à la Wayne Enterprise était risqué. Certes il risquait de se faire suivre avec les caméras mais ce n'est pas ce qui l'inquiétait le plus. Le trajet n'était pas des simple et il pourrait multiplier les changements au niveau des transports en communs (il regrettait de ne pas avoir prit son vélo, ça aurait été beaucoup plus simple pour prendre la fuite parmi les voitures). Le suivre avec des caméras demanderait énormément de talent et pas mal de chance. Passer par les bled un peu paumés était aussi une solution, mais avec sa dégaine de petit bourgeois trop propre sur lui il allait devoir courir vite. Ce qui l'embêtait plus c'était l'accueil qu'on risquait de lui réserver une fois dans les locaux de l'entreprise Wayne. Un adolescent de quinze ans, inconnu au bataillon, réclamant de voir un multi-milliardaire … Dans le meilleur des cas on lui rirait au nez avant de le foutre à la porte.
Il pouvait l'appeler, c'était une solution, mais il se voyait difficilement expliquer toute cette situation au téléphone.
C'était toujours mieux que d'attendre les bras croisés que quelque chose se passe.

Tim commença à taper le numéro de Bruce. Il l'avait mémorisé plutôt que de le garder dans son répertoire. Même sous un faux nom, se balader avec le numéro de téléphone de Bruce Wayne ne l'enchantait pas.
A mit parcours il supprima le tout. Non, il n'avait pas envie de l'appeler maintenant, alors qu'il n'avait rien de concret à lui expliquer. Pour tout ce qu'il savait, un type qui modifiait sa voix l'avait appelé, l'avait eut en visuel dans un parc ou se trouvait un bon nombre de gens venus profiter du soleil et avait mit en ligne une application. Une application, pas forcément la sienne. D'accord, il avait parlé des lignes de code spécifiques qu'il avait utilisé mais c'était peut être une énorme coïncidence (non), une plaisanterie stupide de Barbara (elle ne ferait jamais une chose pareille) destiné à lui faire peur pour qu'il supprime définitivement toute trace de l'application.

Il retourna sur la page de l'application qui chargeait. Trop lentement à son goût. Peut-être qu'il pourrait se connecter au wi-fi de l'entreprise. Tim jeta un coup d'oeil à la secrétaire. Elle l'observait de loin, semblant un poil suspicieuse. Mince. Il y avait pourtant bien un Jake dans cet entreprise, non ? C'était vrai qu'il détonait bien de tout ces gens en costards.
La sonnerie de son téléphone (les premières notes du générique d'une série qu'il regardait quand il était plus jeune) retentit et il se mit à vibrer entre ses mains moites. Il hésita de longues secondes à décrocher. Mais il ne pouvait pas l'ignorer.
La sonnerie de son téléphone sembla provoquer une vague de gêne autour de lui. Il se fit remarquer un peu plus et vit la jeune femme entamer une espèce de ballet incertain, hésitant entre sortir de son bureau ou rester derrière. Elle n'avait pas des choses plus urgentes à faire que le surveiller ? Tim finit par décrocher, portant son mobile à l'oreille. Il resta muet comme une tombe, le visage sévère, se concentrant sur ce qu'il pouvait entendre de son téléphone.
Il attrapa son sac pour le jeter sur son épaule et se leva, sortant de l'immeuble. Ils allaient pouvoir discuter un peu.

avatar


Messages : 45
Date d'inscription : 08/08/2016
Métier/Occupation : Etudiant


Profil psychiatrique
Statut :
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 14 Aoû - 1:15

Jeremiah Crowley
+ IT'S NOT IN YOUR BEST INTEREST TO DISCONNECT ME
Alors ? Tu aimes le logo ? Jeremiah ne laissa aucune possibilité à Tim de répondre. Sobre, rassurant, accueillant. Comme tu le voulais.

Son humour  n'était jamais bien appréciable en de telles conditions. Alors, sa voix restait posée. Calme et autoritaire. Si Jeremiah se moquait, rien dans le ton employé ne trahissait son hilarité. C'était intérieur. C'était une volupté qui le faisait bander en son for inconscient. Mais, ces petites discussions téléphoniques étaient semblables à une pièce de théâtre. Jeremiah jouait les grands vilains psychopathes, imposait sa voix, posait son jeu d'acteur. Et ses bons partenaires jouaient les indifférents. Souvent, ils insultaient. Souvent, ils voulaient se montrer plus malin. Le point rouge se mit à bouger. Jeremiah leva les yeux sur l'écran de surveillance et constata ce que les données GPS lui indiquait. Il se demanda si le jeune Robin s'en doutait.

Oh, Jeremiah savait que Batman n'en aurait pas douté une seule seconde. Jeremiah voyait Batman tel qu'il se présentait à la couche crapuleuse de la ville. Un symbole, un dieu sombre et silencieux. Qu'on ne peut ni arrêter, ni raisonner. Tout au plus, le ralentir. Terrifiant et tyrannique. Jeremiah avait une crainte terrible en songeant à la Chauve-Souris. Mais, parfois, il aimait se poser la question. Se demander combien de temps tiendrait-il dans un jeu du Chat avec le Héros de Gotham. Quelques jours ? Quelques mois ? Des années ? Un jour, il terminerait à BlackGate. S'il était chanceux. Mais, les affaires criminelles de cette ville n'avaient jamais tout à fait de FIN, écrites en jolies lettres calligraphiées, tout en bas de la page.

Je me suis permis de modifier légèrement tes codes. J'espère que tu ne m'en voudras pas trop. Je ne voulais pas qu'on puisse t'atteindre, toi. Ce n'est pas but.

Un sourire, chiche et timide s'entendit à sa voix. Jeremiah baissa la tête. Il ressentait une émotion forte, au creux du plexus. Il appuya dessus du bout des doigts, légèrement gêné par la douleur de sa propre excitation. Puis, il soupira. Il haïssait les vifs ressentiments. Les siens, plus particulièrement.

Tu dois te poser beaucoup de questions. Je le vois à ta figure. Je vois où tu vas et ce que tu fais. Je vois tout. Même en t'y prenant comme un champion, tu n'arriverais pas à me perdre.

La douleur se calma. Il se pencha sur son clavier et tapa de nouvelles lignes. Compila le code. Et l'envoya aux données des caméras de surveillance. Quelque part, Jeremiah avait très envie de le laisser espérer. Oui, Tim. Enfuis-toi. Mêles-toi à la foule, essaie de devenir invisible. Apercevant l'adolescent s'amuser à le perdre - Où est Charlie ? - il décida de jouer le jeu. Sa voix prit des formes. Des inquétudes. Elle monta en pique, comme une hystérie soudaine.

Arrête... Tu ne vas pas réussir,  petit. Aller. Ca suffit. Tim ! Stop ! Où tu vas ? Tu es où ?! Tu n'as pas le droit ! Tu n'as pas le DROIT ! Tu... Il ricana. Puis calma immédiatement ses excès. Brutalement et sans préambule. Non, je plaisante. Je te vois toujours. A coté du chinois. Tu sais qu'ils font de très bons rouleaux de printemps ? Jeremiah ne le voyait plus. Mais son point rouge clignotait à l'angle de la 9e. Tu comptes discuter un peu avec moi où tu vas me laisser monologuer encore longtemps ?

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 03/08/2016
Métier/Occupation : Informaticien & hacker dans une petite société de software.


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 16 Aoû - 18:00

Timothy Drake
Tim tourna la tête pour en effet découvrir le restaurant chinois qui ne donnait absolument pas envie d'y entrer. Ça ressemblait plus à une usine dont les employés devaient nourrir la horde d'hommes d'affaire affamés plutôt qu'un tranquille restaurant traditionnel. C'était une chaîne de restaurants aux produits surgelés, du pseudo buffet à volonté, la nourriture avait certainement un goût insipide. Il ne fit néanmoins pas la réflexion à voix haute. Ce n'était pas le moment ni le problème principal. On ne l'avait pas appelé pour des conseils gastronomiques mais pour le menacer. Il ne fallait pas perdre de vue ses objectifs. Tim détourna la tête. Cette histoire de restaurant réveilla son ventre qui grogna de faim. On lui avait dit qu'il fallait toujours être à l'écoute de son corps, ce fut la raison pour laquelle il plongea la main dans son sac pour récupérer un paquet de oreos (le double, celui qui était extra crémeux) qu'il s'empressa d'ouvrir.

Je m'en serais voulu de vous interrompre. Tim avala ce qu'il avait dans la bouche pour se rendre plus compréhensible de l'autre côté du téléphone. Vous avez l'air de beaucoup aimer le son de votre propre voix. Il avait besoin que son Maître Corbeau continue à croasser. Il finirait forcément pas se trahir, par laisser échapper des indices. Et il semblait bavard, ce qui allait pour arranger ses affaires.
Tim regarda une fois de plus autour de lui. L'avenue était démesurée et rayonnante, loin de ce qu'il avait l'habitude de voir lors de ses patrouilles qui se déroulaient dans des quartiers plus difficile. Il allait être compliqué de se trouver une petite ruelle sombre sans caméras où s'installer pour papoter sans être dérangé par le bruit alentour. L'idée d'être vu sans voir lui retournait l'estomac. C'était pourtant quelque chose qu'il adorait faire, épier les gens à l'ombre des buildings sur lesquels il se perchait la nuit. Mais ici c'était différent.
Des lieux sans caméra ? Ca ne devait pas être si difficile que ça à dénicher. Mais il allait devoir s'éloigner du quartier des affaires.

C'est amusant -enfin, amusant n'est pas vraiment le mot … mais en m'appelant sur mon téléphone et en me surveillant comme ça j'ai plutôt l'impression que vous voulez m'attendre moi. En tout cas ça m'a l'air très personnel. Tim prit une brève inspiration. Il avait l'air joueur, autant en profiter et espérer qu'il soit comme le trois quart des petits génies qu'il croisait souvent, à déballer leur plan par soucis d'orgueil et d'arrogance mal placés.
Tim resta debout à côté de l'arrêt de bus. Le banc était déjà occupé par des hommes lisant les nouvelles. La première page était dédiée à la crise économique, la suivante à Bruce Wayne et ses amis milliardaires. Batman devait arriver un peu plus loin derrière.

Le bus se gara devant l'arrêt. Tim s'engouffra dedans pour s’asseoir au fond, s'adossant à moitié contre la fenêtre. Il ne tarda pas à remarquer la petite caméra de surveillance. Tim ne la lâcha pas des yeux. Je pense que je pourrai vous perdre, oui. Je pense que vous vous prenez pour un peu plus malin que vous ne l'êtes. Il sentit sa confiance en lui revenir avec une bouffée de chaleur (et d'oreo). Il n'était pas n'importe qui, il était l'élève du meilleur. Tim engloutit son dernier oreo avant de soigneusement remettre le paquet vide dans son sac. Il avait vu plus effrayant, il était bien loin d'être idiot. Il n'allait pas perdre le Corbeau, il allait venir lui-même (ou plutôt Robin) lui botter les fesses. Ce fut une cannette de Dr Pepper qu'il sortir de son sac cette fois. Les gâteaux lui avaient donné faim.

avatar


Messages : 45
Date d'inscription : 08/08/2016
Métier/Occupation : Etudiant


Profil psychiatrique
Statut :
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Sam 20 Aoû - 19:54

Jeremiah Crowley
+ IT'S NOT IN YOUR BEST INTEREST TO DISCONNECT ME
Il rit. Tim était un garçon à la repartie de vieilles séries policières. Et ça le faisait un peu rire. Quel âge avait-il, déjà ? Quinze ans ? Il reprenait vite son calme. Il n'avait plus peur. C'était parfait. Presque parfait. Jeremiah prenait beaucoup de plaisir à effrayer ses victimes. Un peu cynique, un peu espiègle. Tim n'était sans doute pas sa victime. Tim était le cobaye d'une expérience sociale enrichissante. Sa réflexion lui rappela que son petit jeu était inutile. Il avait raison. Il décida de se calmer. Un peu. Sans doute temporairement. Alors, il le laissa parler. Durant un instant, il se demanda s'il n'avait pas réussit à trouver un moyen de le géolocaliser. Ce serait drôle d'entendre les fluctuations désespérées dans la voix de Tim lorsque son GPS lui indiquera la route pour la Californie.

Jeremiah posa sa tasse de thé-bon-marché sur son bureau et son chaton y sauta pour venir y tremper son museau. Le maître regardait l'animal d'une expression concentrée. Il l'était. Le petit discours de l'adolescent était intéressant. Il l'écouta attentivement. Cependant, il allait trop vite. Bien trop vite. Non, Tim, rien de personnel, rassure-toi. Ou peut-être qu'au fond, il avait raison. Le Corbeau laissa le silence se suspendre au combiné pour y réfléchir. Y réfléchir sérieusement. Il renversa la tête en arrière et fixa une tâche brune sur le plafond, juste au-dessus de son nez. Il conclut qu'il s'agissait d'une affaire personnelle. C'était compliqué. Plus compliqué que ça. Comment le lui dire ? Il ne comprendrait pas. Pas maintenant. Il n'était pas assez mûr. Il n'était pas prêt. Jeremiah lui montrerait en temps voulu. Il soupira douloureusement. Savoir si c'était personnel ou pas n'était pas le plus capital.

Bravo, champion... Je suis sûr que cette déduction t'aidera à me pincer très rapidement. Moqua-t-il sans rire ni sourire.

Jeremiah tenait son regard, à travers l'écran. Cette petite baston n'avait pas d'intérêt. Les caméras ne perdent jamais. Non. Tim n'avait plus peur. Et lui-même n'avait guère l'intérêt de l'effrayer. Jeremiah songea même que le jeu serait plus amusant si Tim pouvait être encensé par son orgueil. Puis, il se ramena lui-même à la réalité : Quel jeu ? Qui jouait ? Lui ? Le Corbeau ? Il ne jouait pas. Jeremiah reposa pied à Terre. Il ne voulait pas se laisser prendre au jeu. Non, non. Il ne voulait pas y tirer la satisfaction que d'autres auraient tiré. Il ne voulait pas que ses sentiments influent son comportement. C'était un travail. Un travail ingrat. Un travail d'acteur. Mais, un travail tout de même. Il devait rester calme et objectif. Pas d'attachement. Pas d'émotion.

Bien sûr... Et on pourrait se lancer dans un jeu de qui a la plus grosse - inutile de jouer, j'ai déjà gagné - juste pour montrer au monde que tu es un formidable héros. Tu me retrouverais grâce à tes formidables déductions et tu pourras m'enfermer à tout jamais... Supprimer l'application... Et faire taire les milliers de voix de Gotham qui appellent à l'aide chaque nuit sans trouver le moindre secours. Tout rentrerais dans l'ordre. Tu recommencerais à courir derrière les gros truands de la ville qui ressortiront de prison deux mois plus tard... Tu sauverai une gonz' de temps en temps - ça doit faire monter une cote de popularité, ça... Oui. Le monde tournerait rond de nouveau.

Jeremiah se doutait bien qu'il ne ferait pas douter si facilement un incorruptible de la Batfamily. On ne prêche pas un converti. Toutefois, il désirais savoir à quel point le jeune Robin pouvait être cynique face à cette réalité. Cette simple réalité. Son héroïsme ne servait qu'à satisfaire son ego. Et à rien d'autre.

Alors, c'est ça : Essaie de me perdre. Je suis curieux de voir à quel point tu auras le temps de te concentrer sur moi, les jours qui suivent.

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 03/08/2016
Métier/Occupation : Informaticien & hacker dans une petite société de software.


Profil psychiatrique
Statut : Admissible à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 2 Sep - 20:07

Timothy Drake
Tim manqua de s'étouffer avec la gorgée de soda qu'il était en train d'avaler. Il se mit à tousser et cracher, tentant de rester le plus discret possible et échouant misérablement, trempant ses mains de salive alors qu'il se couvrait la bouche. Tim ne fit pas attention aux regards curieux qu'on lui lançait.
Il connaissait son identité de super héros. Et il en parlait avec un naturel déconcertant. Tim se redressa sur son siège. Il aurait préféré que ça ne soit pas aussi discret, balancé aussi "subtilement" dans la conversation. Ce type voulait le faire chanter ? Pour une somme d'argent ou réclamer la remise en liberté de son boss attrapé par la Chauve-Souris ? Dans ce cas que venait faire l'application dans le coin. Compliquer les choses, brouiller les pistes et lui faire perdre du temps. Il fallait qu'il prenne en compte la moindre possibilité. Il devait le voir comme un problème informatique. C'était les bases.

Maître Corbeau... Le surnom d'un tordu à enfermer à Arkham ou juste un pauvre homme en manque d'attention ? Un pauvre homme qui était loin d'être idiot à en croire ses aptitudes de hacker. C'était à cause de ses fichiers sur la bat-application qu'il avait laissé traîner. Tim se passa lentement une main sur le visage, ébouriffa ses cheveux soigneusement coiffés. Il avait le goût amer du regret qui lui remontait dans la gorge. Voilà pourquoi il aurait du écouter Bruce et supprimer toutes ses sauvegardes. Il avait bien comprit pourquoi lancer son projet n'était pas une bonne idée mais il n'avait pas pu se résoudre à jeter aux oubliettes tant de mois de travail. Règle numéro un : Bruce a toujours raison. Règle numéro deux : Si ce n'est pas le cas se référer à la règle numéro un. Les bases.
Pendant quelques instants il se retrouva accablé par le sort qui semblait s'acharner sur lui. Il n'arrivait pas vraiment à déterminer quel était le plus grave dans tout ça. Comment allait-il pouvoir annoncer tout cela à Batman ? Ce n'était pas une simple bêtise de gosse à dissimuler, une mauvaise note en français ou un vase cassé. Il avait trahit sa confiance, se mettait en danger, prouvé qu'il était trop imbu de lui-même et orgueilleux. Ça lui jouait des tours. Au moins la leçon était apprise.
Non, il ne pouvait pas le dire à qui que ce soit. C'était une affaire qu'il pourrait régler facilement. Ici il n'avait pas le matériel adapté, mais une fois chez lui il pourrait constater plus allègrement l'étendu des dégâts et lancer des scanner sur les fichiers data volés. Son propre ordinateur n'était pas assez puissant pour être relié aux caméras de surveillances de la ville, mais ce n'était pas le cas du bat-ordinateur. Elles étaient directement liées à son système. Il pourrait mener une enquête plus en profondeur une fois le matériel adapté entre ses mains.
Tim allait résoudre cette affaire seul sans que personne n'ait le temps de se rendre compte de sa bavure. Il allait remettre à sa place ce type qui se prenait un peu trop au sérieux. Il le sous-estimait clairement, bien. C'était l'erreur que faisait beaucoup de ses ennemis.

Qu'est-ce qui vous intéresse? Le bien-être de Gotham? Vous voulez le trouver en harcelant un adolescent et avec l'aide d'une application pour androïde bourrée d'erreurs?Son Maître Corbeau était peu crédible. La situation aurait pu être amusante si elle n'était pas si dangereuse. Je vois plutôt ça comme une excuse pour vous divertir en essayant de m'effrayer. En tout cas c'est une mise en scène très théâtrale. Peut-être un peu trop, non?

Tim descendit du bus. Il avait quitté le quartier des affaires pour une partie un peu moins avenante de Gotham quoi qu'encore relativement aisée. Une salle de sport qu'il avait fréquenté avant de se faire entraîner par Batman se trouvait à moins de trois cent mètre de là. L'unique caméra qui se trouvait à l'intérieur donnait sur le parking arrière et leur système informatique était médiocre (ils tournait encore à Windows 7 la dernière fois qu'il y avait fait un tour). Tim sortit des écouteurs pour les brancher sur son téléphone, activa le micro et enfonça son téléphone dans la poche de sa veste avant d'entrer dans le complexe sportif. Il salua rapidement l'homme qui se trouvait derrière son bureau à l'accueil avant de foncer vers les vestiaires.
Ses parents avaient en partie financé la construction de la piscine annexe et son visage était assez connu pour qu'il puisse passer outre la carte d'inscription ce qui lui était bien pratique aujourd'hui.

Qu'est-ce que vous voulez vraiment? Vous amuser? Autant répondre franchement et arrêter les énigmes, vous êtes loin d'être aussi amusant que le Sphinx. Tim se laissa tomber sur un des bancs du vestiaires des garçons qui était vide à cette heure, si ce n'était de quelques sacs posés en vrac.

avatar


Messages : 45
Date d'inscription : 08/08/2016
Métier/Occupation : Etudiant


Profil psychiatrique
Statut :
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







La masse silencieuse - ft. Tim Drake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1