Un petit vote toutes les deux heures !

Patrik Meister - And so for me it's destiny to be the maestro of villainy


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 8 Aoû - 0:06

Patrik Meister

Patrik Meister

Fiche d'identité
► Nom complet : Patrik Wolfgang Meister
► Surnom(s) : Music Meister
► Âge : 36 ans
► Nationalité(s) : Germano-américain
► Statut civil : Célibataire
► Résidence : Arkham
► Métier : Criminel mélomane, ancien chanteur
► Groupe (de musique ?) : Patient
► Affiliation : Aucune

► Célébrité : David Bowie
► PV/Scénario/Inventé : Pv (enfin, personnage de l'univers Batman)

Signalement
Patrik est excentrique, ce mot résume à la perfection la première pensée qui vous traverse l'esprit lorsque vous posez un regard sur lui. Des cheveux épais d'un rouge vif, qui laisse penser à une teinture faites et refaites régulièrement, bien qu'il soit véritablement roux. Le plus souvent, il s'affiche avec une sorte de houppette qui dévoile un front large. Ses cheveux tombent autour de son visage, l'affinant. Sa mâchoire carrée ne trahit pas la finesse de ses traits.

C'est un homme plutôt farfelu, adepte des vêtements colorés et des accessoires. Il porte toujours un petit quelque chose qui lui permet d'être unique, et c'est sans doute les conséquences de ses années de scène entre chant et show. Il est d'ailleurs très bon dans le transformisme, étant capable de changer de costume, de se travestir en femme, en un simple mouvement de main. Quand il revêt des vêtements plus féminins, il dégage cette androgynie attirante et dangereuse, mais c'est sans doute ce qui attire chez lui, cette liberté d'être, ce mystère chez le personnage qu'il incarne.

Il montre souvent un très large sourire, la dentition légèrement tordue laisse penser à celle des enfants. Cependant, le mélomane n'a rien d'un enfant. Dans son regard, bleu et brun, on peut toujours distinguer cette fièvre bien adulte, qui passe du désir, à la colère, au mépris et à l'euphorie. Ce regard si particulier, il le cache souvent derrière une épaisse paire de lunette. Bien que sa vue est légèrement baissée avec l'arrivée prochaine de la quarantaine, il n'en a pas l'utilité régulière. On ne pourrait dire s'il est charmant ou non, avec ses petites marques de vieillesse, son nez tombant et son corps de ficelle. Peut-être l'a-t-il été dans sa jeunesse, mais il est certain qu'un charisme absolu se dégage de lui, par ses gestes, ses mimiques et ses mots. Le charisme n'est-il pas le talent des artistes ? Bien que le temps le rattrape doucement, il est difficile de donner un âge à Patrick. Vingt-huit ans ? Trente ? Trente-cinq ? Quarante ? Plus encore ? L'ancien chanteur est un visage iconique à Gotham City, tout le monde l'a déjà vu quelque part, même sans pouvoir donner un nom.

Si on retire à Patrik ses accessoires, ses vêtements vifs, son maquillage, vous découvriez homme sans forme. Il n'a pas de hanche, ni de bras, ni aucun muscle pour dessiner ne serait-ce quoi que ce soit sur son corps. La finesse de ses membres était plutôt un complexe dans sa jeunesse, puisque avec cette voix douce et mélodieuse, il était souvent charrié par ses camarades, pour ne pas dire harcelé. Désormais, il en joue pour attirer ses victimes, comme un ange de la musique.


Antécédents psychiatriques
La musique est sa raison de vivre. Il était l'Orphée de Gotham City, un gardien de la musique. Il est incapable de penser à autre chose. Il sait chanter, danser, jouer de plusieurs instruments. Il n'est doué qu'à ça, il en est persuadé. Comme si la musique l'avait choisi. Ce qui est faux. A force d'être tabassé pour chacune de ses fausses notes étant enfant, de grandir entouré d'instrument, sans jamais rien connaitre d'autre que ses partitions, il est incapable d'imaginer son monde sans ça. Un psy vous dira qu'il a associé la musique à l'amour. Ainsi, pour être aimé, il doit être bon dans ce qu'il fait et si vous n'aimez pas ce qu'il fait, alors il le prendra mal et réagira forcément dans la violence. Il est le meilleur, il a été éduqué pour être le meilleur musicien possible, le meilleur chanteur, le meilleur en tout. Ainsi, son obsession pour la musique créa chez lui une phobie, qui se manifesta petit à petit. Un malaise s'installa quand il y avait des blancs dans une conversation et très vite, il en vient à ne pas trouver le sommeil quand le silence s'installait dans sa pièce à coucher. Le silence est comme un trou noir, un néant dans lequel on l'enfermait ou même sa voix ne pouvait percer l'abime infime du rien. Ainsi, la musique l'accompagne partout. Cela ne veut pas dire qu'il ne se tait jamais. Au contraire, c'est un homme extrêmement attentif aux moindres détails, aux voix et aux conversations. Il sait écouter. C'est sans doute pour cela qu'il ne trouve un réel intérêt que pour les personnages possédant une belle voix.

Si sa carrière de chanteur fut éphémère, la presse et les citoyens se souviennent de ce rouquin à la voix d'ange, capable d'exciter les foules d'une simple syllabe. C'est ce dernier point que les gens retiennent. Si le rêve de Patrik était d'être un grand chanteur, son talent l'enferma dans la catégorie "magicien", "hypnotiseur", "showman" et il ne l'a jamais supporté. Ses producteurs le lâchèrent au fur et à mesure et il se retrouva seul.

En effet, Patrik possède un talent particulier qu'il n'a jamais vraiment su expliquer lui-même. Quand il chante suffisamment haut, les gens se sentent obligés de danser, de danser et même pire, d’exécuter les ordres chantés. Ainsi, il peut créer une sorte d'état de transe en touchant ainsi les centres nerveux du cerveau humain par le biais des harmoniques. Ce sentiment de puissance était indescriptible. Même les Rois ne peuvent se vanter d'un tel pouvoir sur les autres. Lorsque Patrik lève la voix, les gens lui obéissent. Ils ne peuvent faire autrement, le libre arbitre n'existe plus, même qu'une poignée d'heures cela lui suffisait. Quand le rouquin découvrit ce don, dans sa jeunesse, il finit par se faire une raison : il était le gardien de la musique et des chants, il devait protéger et servir cet art, il était l'élu.

Imaginer alors sa frustration quand son rêve de toute une vie se fit bafouer par le public. Lui, le maître de la musique, condamné au silence par une bande de créature tout juste peut à entendre ses ballades ? Jamais. Les années passèrent et la frustration gagna en lui. Il se mit à haïr cette ville, ces gens qui écoutaient misérablement de la musique sur leurs écouteurs au lieu de profiter des concerts et des opéras, ses producteurs qui voyaient dans la musique un business, ses radios qui préféraient des chansons-poubelles et qui éduquaient ainsi la jeunesse, en bref, tous ceux qui ne connaissaient pas la vraie musique. La musique était devenue un objet marchand, il ne pouvait le supporter. C'est là qu'il devient le Music Meister.

Patrik est un individu plutôt colérique et vantard. Il aime qu'on lui porte de l'attention. Il reste cependant un homme intelligent, bien que ses aptitudes restent dans le domaine de l'art. Il semble porter un véritable intérêt au théâtre également. Ses shows sont d'ailleurs de véritables spectacles. Cela se sent dans sa manière de parler et de bouger, avec ses grands gestes et ses mimiques à chacune de ses paroles. Même ses angoisses, ses peurs et ses pleurs laissent transparaître cela. Ses colères sont terribles, ses terreurs néfastes et ses joies explosives. Il semble avoir du mal à concevoir le fait que les autres ne sont pas là pour lui, d'une façon ou d'une autre. Il imagine le monde comme une immense comédie musicale, où il serait le chef d'orchestre. Il aime avoir le dernier mot, car auparavant, il ne l'a jamais eu. Il semble souffrir de manque de liberté étant jeune et il ne désire plus qu'exercer ses désirs même si pour cela il doit marcher sur ceux des autres.

Son arrivée à Arkham fut tout à fait dramatique pour lui. Il ne supporte pas les silences d'Arkham, ponctués de rares cris. De plus, étant incapable de le forcer à se taire, la sécurité d'Arkham a donc décidé, avec plus ou moins l'avis des psychiatres, de lui faire porter un collier électrique. S'il crie ou chante un peu trop haut, il est corrigé. Une peur stupide a fini par grandir au fond de lui. Est-ce que cela pouvait atteindre ses cordes vocales ?  Jamais sa peur du silence ne fut aussi forte qu'à l'asile d'Arkham.


Le marionnettiste
► Prénom : Anaïs
► Pseudo : Pingmousse
► Âge : 21
► Comment avez-vous connu le forum ? : DC
► Commentaire & suggestions : DTC

IMAGES DE Steve Schapiro (avatar) ET torie-rph.tumblr (icon) & CODAGE DE © MRS HYDE POUR DANSE MACABRE


avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 07/08/2016
Métier/Occupation : Criminel mélomane


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 8 Aoû - 0:07

Patrik Meister




Biographie

Un douleur vive traversa son nez tandis que son père fracassa sa figure contre le piano familial. Patrik avait huit ans.

- Tu ne peux pas faire un effort, bon sang ! Tu me fais honte et tu fais honte à la musique de Schubert. Tu recommences. Fais encore une erreur et je te promet que je te les fais bouffer les touches.

Patrik pleurnicha doucement, se tenant le nez qui gonflait déjà affreusement. Il regarda ses mains pâles que quelques gouttes vermeils venaient de tacher. Il tremblait, incapable de se concentrer. Pris d'une véritable crise d'angoisse, il ne tarda pas à faire une nouvelle erreur et cette fois-ci, une pluie de coup s'abattit sur son corps chétif. Cet épisode résume à lui seul l'enfance douloureuse de Patrik, fils unique d'immigrés allemands. Son père et sa mère étaient tous les deux des êtres à part dans la société, ils étaient des stars (mais à leur grand malheur, cela ne marchait pas aux états unis, personne ne voulait de chanteurs allemands) et ils avaient une petite fortune, rien de bien énorme mais assez pour changer de pays et vivre confortablement plusieurs années. Enfin, s'ils n'avaient pas vu trop gros. Ils abusaient de leur argent et bientôt, ils n'en auraient pas assez pour leurs caprices. Quand Patrik arriva à ses cinq ans et montra un intérêt pour la musique, les parents n'hésitèrent pas. S'ils se donnaient pour que l'enfant ne manque de rien, l'enfant se donnerait aussi pour qu'ils ne manquent de rien à leur tour. Cependant, ils en demandaient bien trop.

Il entra dans une école de musique très jeune, grâce à l'éducation musicale qu'il avait reçu et l'argent familial. Patrik ne fit pas d'étude supérieur, passant une grande partie de son enfance entre le conservatoire et un groupe de jeunes choristes. Les Meister poussèrent le jeune garçon dans les griffes des journalistes, qui parlèrent déjà d'un "nouveau Mozart". Trop jeune pour prendre du recul, vivant sous une pression constante sous l’œil de parents violents, Patrik finit par croire que son avenir ne pouvait être que dans la musique. Il ne s'était jamais demandé s'il aimait autre chose, ou s'il aurait voulu autre chose de sa vie. Il joua le jeu de la presse et il devient le meilleur musicien de sa génération et on parla de sa voix d'ange. C'était comme si le monde tournait autour du petit rouquin. Cependant, personne ne voyait les bleus, personne ne voyait la dépression qui naissait dans son cœur. Les parents utilisèrent l'argent de leur fils de longues années, n'oubliant jamais de parer Patrik des plus beaux vêtements. Il était cet animal obéissant, et non pas un jeune comme tous les autres.

Des brutes s'acharnaient sur lui. Il était racketté, humilié, frappé car il était un enfant fragile, avec une voix pure, un choriste, un gosse de riche, car il se laissait faire. Patrik se laissa faire longtemps, acceptant les coups, de peur que ses géniteurs ne se mettent en colère. Lorsqu'il finit par leur en parler, Ses parents voulurent profiter de cela et préférèrent attendre. Ainsi, ils attendaient le coup de trop pour aller voir les flics et toucher l'argent.

- Essaye de te faire toucher au visage la prochaine fois, j'imagine déjà les journaux : "agression du petit prodige" ! Fit le père. Ça va nous rapporter gros.

C'est à cet instant que quelque chose se brisa en lui. Il réalisa alors que ses parents n'aimaient pas vraiment la musique, ils ne l'aimaient pas non plus, ils n'aimaient que l'argent, juste l'argent, et dans les yeux d'un enfant de huit ans c'était une révélation totalement terrifiante. Il réalisa aussi que pour attirer leur attention, ils ne pouvaient que chanter mais que tout cela ne serait que... superficiel. Des gens l'adulaient, mais pas eux. Une rage sourde éclata en lui et il fit sa première fugue, sans un mot.

Il marcha longtemps, droit devant lui à travers les ruelles de Gotham City. Il ne savait pas vraiment où il allait. Il essuya les larmes qui l'aveuglaient tandis qu'il jurait mentalement. Il était meilleur que ses parents, meilleur que tous les gosses du conservatoire, meilleurs que ses débiles de choriste, meilleur que ses professeurs, alors pourquoi ses parents ne l'aimaient pas ? Pourquoi ? Pourquoi ? Une douleur le projeta au sol. Il leva ses yeux paniqués vers les ombres qui lui faisaient face et vit qu'il était près du conservatoire. Comme par instinct, il s'était rendu au seul endroit où il se sentait bien. Cependant, ses harceleurs trainaient souvent dans le coin pour leur petit business et Patrik savait qu'il ne pourrait échapper à ce qui l'attendait. Il fut frappé, acculé contre un mur, on lui fit les poches et là, on attrapa ses cheveux pour le mettre à terre. Une idée traversa l'esprit d'un des membres du groupe :

- Chante pour nous, la star !

Patrik éleva alors sa voix, sans réfléchir, à la seconde où il l'ordonna, car chanter c'était ce qu'il savait faire de mieux. Sa voix monta haut dans le ciel, tandis qu'il se relevait. Le petit garçon qu'il était chantait de toute sa force, comme s'il pouvait leur envoyer toute sa peine et sa colère dans cette simple note qu'il tenait. Soudain, ils dansèrent. Patrik se tue, tremblant.

- Ne vous moquez pas !

Ils ne se moquaient pas. Ils étaient incapables de faire autrement. Ils ne s’arrêtèrent pas. Patrik réalisa alors, tout en observant leurs visages vides, qu'il était responsable de ce spectacle. Ils étaient des pantins des danses, complètement en transe. Il avait huit ans et il venait de découvrir son vrai talent. Il se mit à rire, mais pas comme un enfant aurait du rire. Son rire n'était pas moqueur non plus. C'était le rire d'un être qui savait le pire et le meilleur en lui, et qui n'avait pas peur. Il pouvait maitriser les êtres par sa voix. Finalement, le vrai maître de sa vie, c'était lui. Mieux encore, il était maître de la musique, de la danse et des chants. S'il était aussi bon, s'il avait ce don, n'était-ce pas parce qu'il était l'élu ? Le nouvel Orphée ? Il se souvenait de ce mythe, appris à l'école et il se reconnut dans le personnage.

Il gagna en maturité et en violence. A dix-huit ans, il avait déjà plusieurs avocats et ils avaient engagé bien des personnes pour s'assurer que son argent et que son intégrité soit au plus haut. Ses parents n'avaient plus l'autorisation de le voir, ou seulement surveillé mais le mélomane s'assurait toujours pour y mettre un terme rapidement. En l'espace de dix ans, il avait pu faire de la vie de ses parents un véritable enfer et avait testé son don maintes et maintes fois, jusqu'à le connaitre parfaitement. Imaginé la vie d'un adolescent, capable d'influencer sur votre esprit, sans que vous ne puissiez l'expliquer. A la fin de ses études au conservatoire, il se lança dans une vraie carrière musicale et elle décolla plus que de raison. Il était jeune, il était libre, il était fou, il était tout et n'importe quoi, il était le symbole de la musique, dynamique et changeant. Les gens aimaient ses costumes, sa voix, sa sensualité de jeune homme, sa manière d'embrasser les corps et les cœurs dès que sa voix perçait dans l'air. Malheureusement, les gens finirent par réaliser se dont il était capable et son cas divisa la presse. Était-il un hypnotiseur ? Était-il magicien ? Était-il dangereux ? Il n'était plus un chanteur à leurs yeux.

Sa voix se transforma, gardant tout de même de cet attrait merveilleux. Il eut vingt ans et son public changea. Les curieux venaient à ses spectacles, aucunement intéressé par son chant. C'était ce qu'il pouvait faire qui les intéressait et les fans de la première heure désertèrent rapidement, suivis par les producteurs. Music Meister, puisque c'était son nom de scène, disparut alors brusquement, sans jamais donner de nouvelles après avoir enflammé les scènes de Gotham City et d'Amérique pendant cinq ans.

Il tenta plus d'une fois de retourner à une vie banale. Il voulut être professeur de musique, mais il était contraint au silence et cela le plongea rapidement dans une profonde dépression. Bien sûr, quel parent aurait accepté qu'on lave le cerveau de son enfant ? Il avait été coach vocal un temps également mais il était incapable de supporter l’incompétence des gens qui se payaient ses services. Alors, l'ancien chanteur se trouva un local dans une ruelle de Gotham et il vendit des instruments. Il n'avait pas bonne réputation dans le quartier. Il était particulièrement violent avec ses clients et n'hésitaient pas à refuser des ventes s'il jugeait que l'acheteur ne le méritait pas. Il s'isola du monde, vivant de l'argent de sa carrière passée et des quelques ventes qu'il acceptait de mauvaises grâces. Sa frustration et sa colère grandirent avec les années et finalement, le pire arriva.

La presse nota la disparition des nouvelles figures musicales et même des personnalités du web disparurent, sans explication. Patrik n'avait pas supporté l'éphémérité de sa carrière et avait porté un nouveau regard sur les gens qui l'entouraient. Il analysa les fans, les nouveaux chanteurs et la société entière face à cet art qu'il chérissait temps. Il en vient rapidement à cette conclusion. La musique était l'espoir du monde et ce monde la pourrissait, il en changeait le sens, les règles. Les gens téléchargeaient de la musique au lieu de réellement l'écouter, dans une salle, face à de vrais instruments, de vrais chanteurs. Dans les concerts, les gens sortaient leur téléphone pour filmer, au lieu d'admirer les prouesses techniques des bassistes, des pianistes et autres grands musiciens. Son art était devenu commerciale, il n'était plus qu'un simple divertissement alors que la musique éveillait autrefois les âmes. La musique l'avait choisi, c'était sa destiné de la protéger. Il avait attendu trop longtemps, il avait déjà trente ans. Il était le gardien de cet art merveilleux, il était le Music Meister. Il décida alors de trouver le nouvel Orphée, ou du moins tentait-il de découvrir si le monde avait en son sein un autre chanteur, ou une chanteuse, qui égalait ou surpassait son talent.

- Tu es esclave de mes accords hypnotiques. Tu penses que la justice à de la voix, et qu'on a tous le choix ? Tu es esclave du Maître de la musique. Ma chanson t’ensorcelle, tu le sens, tu chancelles. Par ma main, mes mots, ma voix, tu le sens, tu obéiras. Alors chante, la star, chante pour moi.

Ses victimes faisaient alors face à un homme dans un costume bleu-violet, avec des notes de musiques pour bouton de manchette. Un borsalino de la même teintes recouvrait ses cheveux, où quelques mèches rousses s'y échappaient. Une plume a été glissé dans le ruban. Une épaisse paire de lunette mangeait sa figure, masquant ses yeux. Des gammes se dessinaient sur le verre. Ils ne pouvaient résister et ils se devaient d’exécuter son unique ordre : chanter. Il était facile pour lui d'inviter quelqu'un dans son véhicule, mais il était plus difficile pour lui de trouver un endroit où le séquestrer. Il prit finalement place dans le monarch théâtre. Le bâtiment était abandonné depuis la mort des Wayne à Crime Alley. On pouvait encore trouver des posters du dernier film Le masque de Zorro sur les murs sales. Ils gardaient ainsi ses victimes dans une des loges, la numéro cinq, plusieurs jours, une semaine parfois jusqu’à trouver la bonne chanson. Il les défiait alors sur la scène moisie du bâtiment, promettant leur liberté s'il se montrait digne de son talent. On pouvait compter entre trois et sept victimes par an, pour un total de vingt-huit chanteurs, d'âge et de milieu social différent. Cependant, il avait bien plus de sang sur les mains que la police ne le pensait, s'attaquant à tous ceux qui salissaient cet art, d'une façon où d'une autre. La police ne trouva qu'une clef usb dans l'appartement des disparus, avec le morceau choisi par le mégalomane mélomane pour son ultime test. La dernière en date contenait l'un des morceaux du Fantôme de l'Opéra. Dans cette clé USB, on entendait que le sanglot ou le chant désespéré de la jeune chanteuse, qui visiblement avait perdu.

- Your spirit and my voice in one combined
The phantom of the opera is there
Inside my m..ind !? Non, non, non, par pitié !


Cependant, le maestro du crime comme le surnommait la presse, avait vu bien trop grand pour ses trente-six ans. Il s'était rapproché d'une certaine Dinah, une jolie brune, belle comme un cœur mais cela lui importait peu. Sa voix était magnifique, puissante et mélodieuse, alors qu'elle s'amusait avec des amis dans un karaoké. Les gens espéraient secrètement se faire remarquer un jour dans ce genre d'endroit, que leur voix serait apprécié et qu'on les enlèverait de leur vie misérable. Patrik était celui qui écoutait ce soir-là. Il se rapprocha de la jeune femme, découvrit où elle travaillait, espionna ses amis, nota ses habitudes (pourquoi devenait-elle blonde certains soirs ? Était-elle une prostituée à temps perdu ?) et finalement, une nuit, alors qu'elle quittait son appartement comme à son habitude, d'un chant il l'attira à lui. Il s'en était pris auparavant à son.. petit ami si l'on puit dire. Une sorte de jalousie avait envahi son âme. Elle serait sa partenaire. Ils feraient un merveilleux duo, il l'avait choisi ! Cette passion soudaine et violente attira l'attention du GCPD mais Music Meister, trop arrogant, ne pensait pas un seul instant que l'on puisse retrouver sa trace. Encore moins que la belle créature qu'il gardait comme un petit oiseau en cage puisse être bien dangereuse. Quand l'hypnose ne fonctionna plus, sa muse se montra colérique et violente.

- Tu as réussi Dinah, tu es unique, tu es la seule ! Mon Eurydice ! Sais-tu depuis combien de temps je t'attends ?

Un douleur vive traversa son nez tandis qu'il s'écrasait sur le plancher. D'un cri, elle l'avait rejeté avec une force incroyable. Elle aussi, elle avait un don. Il était le Music Meister. Elle était Black Canary.

- Je crois qu'il n'y aura pas de rappel, mon petit oiseau. Dommage, nous aurions pu faire un merveilleux duo.

Il se sentait trahis, par la seule personne à pouvoir le comprendre. Elle avait un don et sa voix était merveilleuse. Pourquoi ne voyait-elle pas ce qu'il voyait ? Car en réalité, il n'y avait rien à voir. Tandis qu'il se relevait avec peine, la rage au coeur, il se saisit d'une basse qui trainait dans un coin de la pièce. Ô si seulement elle l'aimait. Il la leva en l'air, près à l'abattre sur le crane de la jeune femme. C'était complètement irréfléchi, c'était violent, c'était soudain, c'était passionnel. Son ordinateur enregistrait la scène, cela lui importait peu. Il n'était plus capable de réfléchir à cet instant, trop blessé par l'affront de sa muse. Malheureusement, de nouveaux personnages firent leur apparition dans la comédie musicale qu'était sa vie. Batman et Green Arrow. Il voulut les contraindre à l’obéissance mais le grand détective avait réussi à faire le lien entre cet ancien chanteur raté et le criminel en série, les caméras montraient une telle docilité chez les victimes, et il y avait une telle obsession pour le chant et la musique. Cela ne pouvait être que lui. Ils libérèrent Black Canary et ensemble à eux trois, ils réussirent à mettre en sourdine le maestro. Il n'était pas prêt pour affronter des superhéros et malgré ses prouesses vocales, il ne pouvait rien face au destin qui l'attendait.

L'asile d'Arkham ne trouve qu'une solution pour s'assurer de la soumission de ce nouveau patient : un collier électrique. Ainsi, son chant et ses paroles étaient maintenues à un décibel adéquat. Sauf que le mélomane ne peut s'en empêcher. Il doit chanter, il doit le faire. Son cou est déjà couvert de brûlures mais le criminel s’entête tandis que son rêve disparait. La musique appartenait au monde tandis qu'il perdait Eurydice, pour plonger dans l'enfer sur terre.


IMAGES DE torie-rph.tumblr & CODAGE DE © MRS HYDE POUR DANSE MACABRE


avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 07/08/2016
Métier/Occupation : Criminel mélomane


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 8 Aoû - 9:22

Invité
Invité
Re bienvenu jolie petit méchant ! ! Ton choix de vava est MAGNIFKE !






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 8 Aoû - 10:32

Tessa Driss
Gasoline Tears
Re Bienvenuuuuue! Nyan Cat

avatar


Messages : 44
Date d'inscription : 22/05/2016
Métier/Occupation : Danseuse


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 8 Aoû - 16:43

Grace Waterhouse
No one's beyond help
Re-Bienvenuuuuuuuuuuuue <3 tu as tellement trouvé l'avatar parfait. Félicitations.

avatar


Messages : 263
Date d'inscription : 16/06/2016
Métier/Occupation : Post-doctorante en psychologie à Arkham


Profil psychiatrique
Statut : Cliniquement sain
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 8 Aoû - 16:54

Invité
Invité
Re bienvenueeeeeeeeeeeeeee, j'aime ton vava ^^






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 9 Aoû - 14:29

Patrik Meister
Je vous remercie beaucoup tout le monde ! Je crois que le plus difficile a été l'avatar (Merci Jerry !), maintenant c'est l'histoire mais je la termine ce soir, je suis sur la bonne voie (voix o/).

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 07/08/2016
Métier/Occupation : Criminel mélomane


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 9 Aoû - 15:49

Ruth Adams
Re-bienvenu et bon courage pour cette fin de fiche ! Tu es sur la bonne voie et pour le moment, tous tes choix sont très justes, j'aime beaucoup. Ce personnage est très agréable a lire et a découvrir. Tu parviens a transmettre ta passion pour lui. J'ai hâte de voir comment tu vas l'adapter a l'univers du forum. Ton écriture est rythmée, musicale et tes premiers paragraphes m'ont plu. Tu es courageuse d'endosser un tel avatar qui est a la fois effrayant et...évident. Tu prends des risques et ça manque, ça me fais super plaisir.
A bientôt pour ta validation !

avatar


Messages : 158
Date d'inscription : 20/09/2015
Métier/Occupation : Psychothérapeute dans la grosse mélasse.


Profil psychiatrique
Statut : Cliniquement sain
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 12 Aoû - 1:51

Ruth Adams
Ainsi donc me revoilà déjà.

Ta fiche me convient parfaitement ! Non seulement ton écriture est rythmée, mais tu sais sélectionner les moments importants dans ta narration pour livrer un texte concis qui nous dirige a l'essentiel tout en restant richement documenté, ta connaissance de la saga est toujours un régal, et interprété. Finalement elle est à l'image de tes RPs. La biographie de Music Meister est vraiment formidable, j'ai aimé la lire. Tu as su donner beaucoup d'épaisseur au personnage, j'ai eu beaucoup d'empathie pour lui et les images sont fortes ! L'introduction est marquante, tu as une vraie force d'écriture. J'ai particulièrement aimé le passage où il est commerçant. C'est très coloré.
Ta bio fait écho a pas mal de faits divers et est parfaitement cohérente avec le contexte du forum ! Patrik ferait presque un peu de peine, c'est un digne vilain.

Tu es validé !

Recense toi, fais tes fiches et rejoins vite tes petits camarades et ton autre compte sur la piste du RP, comme un bon petit soldat ! Tu le mérite et tu vas tout déménager !
Je laisse quelques jours à mes camarades pour te saluer puis je déplacerais ta fiche.

avatar


Messages : 158
Date d'inscription : 20/09/2015
Métier/Occupation : Psychothérapeute dans la grosse mélasse.


Profil psychiatrique
Statut : Cliniquement sain
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







Patrik Meister - And so for me it's destiny to be the maestro of villainy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1