Un petit vote toutes les deux heures !

Derrière le masque


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mar 21 Juin - 9:59

Invité
Invité
Course folle entre un chat et une souris dans une mélodie vive et joyeuse. Les geignements de folie se mêlent aux rires déments alors qu'une partie des occupants de la salle s'était réfugié sur des chaises, le regard tourné vers la télé. Dans l'esprit de Jezebel, les sons n'étaient plus que des échos lointains alors que son corps, inerte était affalé sur une table de ping pong. Son regard impavide fixait le plafond délabré de la salle commune dédié au divertissement. Si elle était bien présente, la jeune femme semblait ailleurs, le regard vidé alors que son corps tout entier était engourdi. Les médicaments étaient puissants et Jezebel se laissait volontiers aller à cette prise de drogue quotidienne, pour le simple fait de gagner des instants de silence, pour que ses yeux ne captent plus ce qui se trouvait au-delà du monde tangible des vivants. Peine, colère et même joie... Rien n'existait, seul le vide persistait... Froid mais réconfortant. Malgré le bruit environnant, la jeune femme sembla ne pas être atteinte par la folie de ses comparses alors qu'ils se délectaient, dans leur folle innocence, du dessin animé qui leur était imposé. Les gardiens observaient la pièce, aucun accident recensé ne venait perturber l'humeur des patients. Pour une fois...

Lentement, Jezebel porta sa main à ses lèvres... Elles étaient pâles, sèches et lui donnait cet air maladif alors que ses yeux restaient encore et toujours à fixer le vide au-dessus d'elle. Là, elle se sentait bien, ici sur cette table de ping pong sans toutes ces visions cauchemardesques. Pour l'espace de quelques heures encore, les médicaments lui offriraient un moment de répit avant que la chute ne reprenne, brutale et incessante. La mélodie enfantine émise par la télé attira finalement l'attention de Jezebel qui prit appuie sur ses coudes et redressa le buste pour observer l'écran à son tour alors que l'hilarité chez les patients déclenchait chez elle une vague de curiosité. Tom venait encore être la victime de Jerry, à leur plus grand bonheur. Un vague sourire passa sur les lèvres charnues de l'ancienne nonne qui soupira longuement avant de se laisser tomber en arrière. Son dos retomba mollement sur la table de ping pong tendit que sa tête, elle, se positionna dans le vide, tourné vers le bas. À présent elle voyait le monde à l’envers, ses yeux d'ébène scrutant attentivement le sol de la salle. Une porte qui s'ouvre, grincement discret à travers le chahut de la pièce puis des pieds à l'entrée. Le regard de la jeune femme se plissa, au vu des chaussons standards chaussés aux pieds du nouvel arrivant, ce n'était pas un membre du personnel.

« Wesh. »

Lâcha abruptement Jezebel en guise de salut. Lentement, elle roula sur elle-même, se positionnant sur le ventre, en appuie sur ses avant-bras alors que sa longue chevelure brune retombait de façon emmêlée autour de son visage. Son allure de sauvage mal dégrossi avait de quoi faire sourire... ou inquiéter. Ses yeux similaires à deux gouffres sombres se posèrent sur l’inconnu... Un garçon ! Il avait le teint aussi frais que le sien, visiblement... Un vertige prit la jeune femme dont les yeux restèrent rivés sur le nouveau venu... Son visage, il n'était pas commun... À sa vue se dressait un faciès abîmé. Une telle chose devait faire terriblement mal, non ? Jezebel plissa les yeux... La laideur ne la rebutait pas, mais lorsque ce visage se changea, que les plaies disparurent avant de revenu aussi vite, elle comprit que ses hallucinations reprenaient. Elle voyait ce qu'il était vraiment... Ni mort ni vivant, il n'était une curiosité de plus enfermé dans les murs de l'asile.

« Tu es mort. »

Lâcha la brune tout en se redressant et faisant pivoter son corps pour venir s'asseoir au bord de la table de jeu. C'était un fait qu'elle venait exhiber simplement, une affirmation dont elle était sûre. Tout son être vibrait face à cette découverte. Mais contrairement aux autres morts, lui ne semblait pas terrifiant, il avait plus paisible... Les médicaments, à n'en pas douter. Pivotant le visage, la jeune femme s'empara d'une petite balle blanche sur la table sur lequel son postérieur trônant puis elle jeta un regard en biais au zombie fraîchement débarqué et la lui jeta d'un geste nonchalant, soufflant.

« Tu joues à la baballe avec moi ? »







Derrière le masque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1