Un petit vote toutes les deux heures !

(Théo) Do you wanna be my friend ?


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Lun 30 Mai - 8:49

Tessa Driss
Gasoline Tears
Do you wanna be my friend ?

Tessa & Théo
crédit: Hyppolytos



La tête lourde a cause des somnifères ingéré de force,Tessa est éveillée. Elle a toujours les yeux fermés mais elle est réveillée car elle  pense, oui elle pense à ce qui lui est arrivé avant de se laisser tomber dans les bras de Morphée. Elle aimerait ouvrir ses yeux mais une sorte d'infection l'en empêche. Ses yeux sont comme collés, mais elle ne panique pas et retente de les ouvrir. Un œil s'ouvre puis le deuxième et c'est une vision flou qui s'offre à elle. Elle s'assoit sur son lit toujours sous les couvertures et regarde autour d'elle. Des murs blanc gris, non blanc recouvert par une couche de saleté plutôt. La vue de la saleté de la pièce fit grimacer un peu la jeune femme. Une  table et une chaise et deux lits, c'est tout ce qu'il y avait dans cette... chambre ?  Elle y était surtout  seule dans cette chambre, et tant mieux, elle ne voulait pas avoir de colocataire même si le second lit présent dans la pièce criait cette possibilité inévitable. La jeune femme avait surtout peur de tomber sur quelqu'un de vraiment cinglé qui lui pourrirait la vie, mais elle ne le savait pas encore. Tess  se leva finalement et remit  d'aplomb  les draps de son lit avant de remarquer qu'elle portait une tenue orange avec de gros numéros noir. La, elle commence à comprendre où elle se trouve. Elle était là où jamais personne ne voulait être : l'asile d'Arkham. Comprendre cela lui fit ressentir un tressaillement de peur, néanmoins elle n'avait plus le choix, de toute façon elle était là maintenant.  


Ne pas savoir l'heure qu'il était la gênait un peu , mais à croire les sombres rayons de lumières qui passait par sa fenêtre, il était tôt. Le jeune patiente en profita donc pour faire des étirements. Elle commença par faire craquer ses os de pieds et de cou, puis elle étira ses bras et commença tout son petit rituel matinal qui s'acheva une trentaine de minutes plus tard. Et la elle entendit du bruit , ça venait de la pièce d’à côté. Une autre personne semblait se lever, elle semblait agitée et cela intriguait Tessa. Quand la porte s'ouvre en un grincement infernal c'est confirmé elle est à l'asile d'Arkham. Un homme lui donne des instructions avant de la menotter. Elle se laisse complètement faire et ne semble pas tellement gênée d'être ici même si au fond elle à horriblement peur d'être mal traitée, mais si cela était évité , il n'y aurait plus de quoi avoir vraiment peur.  Évidemment elle avait pas souhaité être ici mais c'était comme ça et puis maintenant elle était toute seule. Elle avait tout fait pour. L'homme la conduis au réfectoire ou dans un coin elle se nourri du peu qu'elle à sélectionne sur son plateau. Pour l'instant personne ne lui  parle, tout va bien. Il faut simplement ne pas se faire remarquer. C'est ce qu'elle pensait au fond. Pour s'occuper, elle avait écouté parler des détenues et déjà elle connaissait tout un tas de choses sur eux. Elle adorait cela, écouter les gens à  leur insu, elle apprenait tout un tas de choses intéressantes.


A la suite de la mâtiné c'est dans la salle de divertissement qu'on l’avait emmené. Ici c'était un nid à informations. Ses informations pourrait peut-être l'aider à trouver quelqu'un qui pourrait la protéger des détenues moins sympathique de l'asile. Tessa c'était déjà légèrement fait charrier, mais c'était plutôt vite passé, il y avait d'autres détenues plus jolies à embêter, c'était plutôt bien pour Tess. Dans cette pièce elle s'était cachée au fond de la pièce dans un coin, derrière un livre écoutant tout ce qu'elle pourrait bien entendre. Au bout d 'un moment, elle remarque qu'un homme la regarde, elle avait posé ses yeux sur son visage mais les avaient vite rebattu sur sa lecture, ne voulant surtout pas l'importuner. De ce qu'elle avait pu voir il était brun, grand et avait les yeux bleus. Il était charismatique et lui faisait penser à son professeur de danse. Grand, plutôt fin et animé d'un charisme incroyable, c'était le genre de personne qui pourrait faire faire n'importe quoi à la jeune femme. S'étant un peu troublée par ce regard elle continuait à écouter la conversation de deux détenue qui voulaient s'échapper . S'était utile de savoir où trouver les failles de sécurité d'Arkham, même si d'après le Gotham chronicle certains  détenues entraient et sortaient d'ici comme dans un moulin. Néanmoins, pour le moment elle ne ressentait pas le besoin de s'échapper.

En début d'après midi, après le repas infecte que l'asile avait servit aux patients, certains furent choisit pour aller dans la cour arrière. Tessa avait la chance, si on peut appeler ça comme ça ,d'être choisit pour y faire un tour. Pour s'occuper elle allait continuer à écouter les autres patients  parler , c'était toujours plus intéressant que de rester seul à ne rien faire. Avant d'être libérée dans la cour tel une pauvre biche qu'on envoi aux loups, un infirmier était venu lui donner une ardoise à laquelle était accroché à l'aide d'un bout de ficelle une craie blanche. «  Pour parler avec les autres patients qui ne connaisse pas le langage des signes » Avait-il dit.  Avec un sourire un peu hypocrite qui voulait dire merci elle se saisi de l'ardoise qu'elle cale sous son bras. C'était une attention plutôt sympathique. On lui permettait de s'exprimer , néanmoins elle n'en fit rien pour le moment s'étant assise sur un banc près d'un arbre dans un coin.  Maintenant qu'elle avait cette ardoise  elle pourrait s'occuper seule. Elle commença alors à dessiner le paysage qu'elle voyait puis elle finit par s'apercevoir que quelqu'un sembler s'approcher d'elle. C'était l'homme de tout à l'heure. Tess se dit qu'il venait pour quelqu'un d'autre au départ mais ça devenait de plus en plus impossible. Il la regardait et elle de retourna pour voir  si il n'y avait pas quelqu'un derrière elle susceptible d'être la personne qu'il venait voir. Mais non personne. Elle se retourna avant de voir qu'il était en face d'elle et la regardait elle et personne d'autre. La tête en ébullition de suppositions elle le regardait aussi intrigué de la raison de sa venu.





Messages : 44
Date d'inscription : 22/05/2016
Métier/Occupation : Danseuse


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Sam 2 Juil - 13:15

Invité
Invité
Le matin se levait et le soleil faisait traverser ses rayons par delà ma fenêtre, Théodore Galavan, ex maire de Gotham, il y a de cela quelques temps. Lorsque Bruce Wayne ne se pavanait pas encore en costume de chauve souris la nuit sur les toits de la ville. Lorsque ma famille était une famille noble et respectée, aussi sombre était son réel dessein ...

Ma famille était seulement composée de ma soeur, Tabiitha, et de ma nièce, Silver St Cloud. Toutes les deux disparues à l'heure actuelle. Toutes les deux m'ayant trahi. Toutes les deux responsables de mon destin funeste. Une famille de moines avaient protégé ma famille durant des siècles, les moines de l'Ordre de Saint Dumas.
Pourquoi Saint Dumas et non Galavan ? Simplement parce que c'était le nom de famille réel des Galavan avant qu'ils ne durent prendre ce dernier.
Il faut remonter à des siècles pour expliquer l'une des plus grandes trahisons de l'Histoire de l'une des familles les plus riches de Gotham envers la famille Saint Dumas. Nous résumerons cela en disant seulement que l'amour peut faire bien plus de dégâts que l'on puisse se l'imaginer, et qu'un seul choix peut se répercuter des centaines d'années ensuite. Le dessein des moines de Saint Dumas fut pendant des siècles de reprendre ce qui leur avait été volé. Gotham, et l'honneur. Je fus " programmé " dès mon plus jeune âge dans ce but. Mais mon plan échoua au dernier moment. Et je me retrouvai entre les griffes de la plus abjecte des personnes qui soit. Hugo Strange, auparavant directeur du même lieu où je suis désormais enfermé : Arkham Asylum. Et là a commencé le vrai cauchemar.

C'est avec ces pensées sombres que je me levais enfin de mon lit d'hôpital dont vous pourrez deviner le confort. Je m'habillais du dernier costume de ma vie, probablement. Cet ensemble orange avec des numéros noirs dessus me répugnait au plus haut point mais je n'avais pas le choix ... Il faudrait que je discute avec un infirmier pour négocier le port d'un costume de mon propre choix. Il s'agissait tout de même de moi, de Théodore Dumas ! Ce n'était pas rien !

Je me dirigeais désormais vers le réfectoire pour y prendre le déjeuner habituel. Je me posait ensuite vers une table vide, n'aimant pas être dérangé par les gens complètement fous de cet endroit. De loin, j'en reconnaissais quelques uns. Je riais intérieurement en les observant, eux et leurs manies schyzophréniques. Mais en repensant à Azraël, mon rire s'effaça pour y faire place à un regard sombre tourné vers le vide ...

Je me levais enfin après avoir posé mon plateau et décida de m'occuper pour essayer d'éloigner le plus possible les images de mon passé tortueux. Mais mon esprit me renvoyait sans arrêt des images de costume rouge, de croix blanche, et d'épée ... Que je le veuille ou non. J'étais souvent victime, sans le montrer extérieurement, de ces visions. Mais je n'en tenais pas un mot aux psychiatres. Tout ceci était derrière moi. Du moins, c'est ce que je me répétais sans cesse, lorsque ces images venaient m'assaillir, à n'importe quel moment.
Par exemple, lors de mes douches, la sensation des gouttes d'eau tombant sur mon corps nu me ramenait sur les toits de Gotham les nuits de pluie, où l'eau perlait sur mon costume de l'Ordre. Où lorsque je me changeais pour aller dormir, je ne pouvais m'empêcher de revoir mes nombreuses cicatrices. Et d'en refaire le contour encore et encore, me rappelant leur création. Je m'attardais souvent sur l'impact de balle que j'avais sur la poitrine. La balle qui m'avait plongé dans le coma. La balle qui m'avait changé à tout jamais.

Il fallait vraiment que je sorte de ces pensées sombres et douloureuses ! Je me dirigeais donc vers la salle de divertissement pour s'asseoir et lire un magazine, n'importe lequel, tant que mes pensées pouvaient un tant soit peu en partie se focaliser dessus.

C'est là que je la vis. Cette jeune femme que j'avais déja remarqué avec son air innocent, écoutant toutes sortes de conversations dans l'asile. Elle devait savoir énormément de choses, importantes comme futiles. La façon dont elle s'était rabattue sur sa lecture quand elle vit que je la regardais m'amusa et je lâchais un rire discret tout en reprenant ma lecture. Elle a l'air si innocente, si jeune. Mais en même temps assez maligne et discrète pour pouvoir écouter tout ce qu'il se passe dans cet endroit psychédélique. Savoir certaines choses ou bien pouvoir me faire obtenir d'autres choses matérielles n'était pas une chose que l'on pouvait négliger dans ce genre d'endroit.
Je me replongeais dans ma lecteur mais une part de moi ne pouvait s'empêcher de revoir ces petits yeux se baisser à mon regard, apparemment gênée. Et un sourire était resté tout le long de mon passage dans cette salle.

Je ne faisais même pas attention au repas que l'on m'avait servi ce midi. Je le mangeais d'une traite pour pouvoir partir rapidement à l'extérieur. Même si j'étais toujours dans l'asile, le parc regorgeait d'arbres, de bancs, de lumière ... Il était plus apaisant d'être dehors qu'entre ces murs.

En me promenant mon regard tomba de nouveau sur elle. La jeune femme de la salle de divertissement. Elle portait désormais une ardoise avec elle. A quoi cela pouvait-il bien lui servir. Intrigué par cet objet, je me rapprochais d'elle afin d'en savoir plus.

Mes pas s'arrêtaient donc devant elle, qui était assise sur le banc. je lui fis face avec un grand sourire.

" Bonjour mademoiselle ! Je peux te poser une question qui te semblerait peut être stupide ! Que fais tu avec cette ardoise ? " demandais-je en montrant l'objet de mon index, avec un sourire amusé.

" Ah, j'oublie mes bonnes manières ! Je me présente : Théodore Galavan. Mais tu peux m'appeler Théo si tel est ton désir. Et tu es ... ? "

Je l'invitais à me répondre en lui tendant la main pour la saluer.






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 12 Aoû - 21:00

Tessa Driss
Gasoline Tears
Do you wanna be my friend ?

Tessa & Théo
credit: Nightime


Comme un screamer il était arrivé d'un coup devant elle au moment où elle avait tourné la tête, cela la fit sursauter et rougir. Étant assise son regard se posait sur le torse de l'homme doucement et avec la peur au ventre elle releva le regard pour le poser sur le sien. Elle respire vite et elle a peur. Son visage rond allié à son expression lui donnait un côté extrêmement enfantin. Sa peur et sa timidité lui criaient de baiser les yeux et c'est ce qu'elle fit serrant doucement son ardoise contre elle ce qu'elle avait commencé à dessiner à la craie s’effaçant doucement contre son grotesque tenu orange de détenue. La dernière fois que quelqu'un était venu la voir de la sorte c'était un policier qui pour le coup avait été moins « sympathique » dans ses mots que cet homme. Il était grand tellement grand... S'en était intimidant. Écoutant ses mots en s'évertuant à retenir ses larmes elle se rendait compte qu'il n'avait rien de menaçant. Il semblait se montrer plus curieuse qu'autre chose. Essuyant rapidement et discrètement ses larmes dans les manches de son habit un sourire voudrait s'afficher sur ses lèvres mais il reste à l'état mental, parce qu'elle se souvient à chaque fois qu'on lui pose cette question le jour ou d'une seconde à l'autre (si on peut dire) elle est devenue muette.

Se perdant un peu dans son esprit elle finit par revenir un peu à elle le regardant toujours toute rouge. Elle le laisse finir, la laisse dérouler tout ce qu'il veut lui dire avant de répondre. La craie humide à cause de sa transpiration due au stress, elle fait glisser celle-ci contre ses doigts pour écrire sur ladite ardoise, son dessin de paysage mal effacé. Écrivant plusieurs réponses avant de les effacer pour les réécrire plusieurs fois elle se dit qu'elle doit le regarder de nouveau, sinon il pourrait croire qu'elle l'ignore, ne le comprend pas ou quelque chose comme ça et ce n'était ni agréable pour lui que pour elle. Dans un rapide sursaut elle le regarde et lui adresse un gentil sourire plein de timidité. Finalement elle a terminé de modifier ses mots et lui montre une face de l'ardoise sur laquelle est écrit :

Je ne peux pas parler.

Ça lui brûlait la gorge rien que de pensé qu'elle ne pouvait effectivement pas le faire, mais elle détestait dire, avouer qu'elle était muette. Elle n'aimait pas mentionner son mutisme avec ce mot, ça lui donnait des hauts le cœur. Ça la mettait même en colère à se rappeler qu'elle ne peut pas parler. Pourtant de cette colère elle n'en fait jamais rien la ravalant à chaque fois pour ne pas y faire face une nouvelle fois. Elle était folle sa colère, folle est dangereuse et elle le savait bien… Après tout il ne pouvait pas savoir tout cela. Gentiment elle pardonne cette question maladroite et va pour répondre à sa seconde question. Théodore Galavan. Elle n'avait qu'un vague souvenir de ce prénom qui lui titillait tout de même l'attention. Le regardant dans les yeux avec les sourcils courbés et son air de lapins apeuré, elle écrit rapidement derrière l'ardoise son prénom . Tessa. Pour répondre à sa seconde question. Elle ne mentionne pas son nom de famille sans vraiment savoir pourquoi elle ne l'ajoute pas… Son prénom et son nom rassemblés avaient une sonorité similaire du mot tristesse. C'était un mot qui définissait bien sa vie mais évidemment elle n'aimait pas du tout cette appellation… Timidement elle relance la conversation effaçant son nom pour écrire de plus belle.

Vous n'êtes pas l'ancien maire... ? Pourquoi êtes-vou____

En écrivant cette question elle rougit et l'efface vite avant de la terminer ne laissant que la première question.



Messages : 44
Date d'inscription : 22/05/2016
Métier/Occupation : Danseuse


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







(Théo) Do you wanna be my friend ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1