Un petit vote toutes les deux heures !

Chut ! Le silence est plus intéressant que votre conversation [Libre]


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Jeu 12 Mai - 22:22

Invité
Invité
Il y avait décidément trop de bruit dans la cour et dans les couloirs. La salle de divertissement était pleine de patients qui débattaient sur lequel était le plus fort. D'abord des bras de fer puis des coups. Les infirmiers étaient intervenu sans vraiment intervenir, juste en leur sommant de se calmer auquel cas ils étaient renvoyés dans leur cellules. Est-ce que ça les avait calmé pour autant ? Presque. Pas totalement, pas partiellement mais presque.

Violet avait désespérément cherché un endroit tranquille pour se poser, réfléchir et surtout avoir la paix. Certes, lorsqu'elle se rendait dans la salle de divertissement et qu'elle restait l'air morose dans son coin on avait tendance à la laisser tranquille, de peur que ses crocs ne souhaitent la bienvenue à notre chair.
Finalement la demoiselle avait trouvé son coin de paradis, si on pouvait appeler ça ainsi... Elle avait opté pour les escaliers, un endroit assez tranquille surtout aux derniers étages. Elle s'était posée, dos contre le mur, tête en arrière et yeux fermés. Elle avait juste besoin de calme.

Dans sa tête défilait une musique, une vieille chanson de rock qu'elle écoutait souvent avec son père quand elle était petite. Elle était immergée dans son monde, une sorte de barrière mental qu'elle s'était forgée pour échapper à la réalité d'Arkham. Quel autre moyen avait-elle si ce n'était de se réfugier en elle même ? Au souvenir des jours passés elle esquissa un petit sourire.






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 13 Mai - 15:21

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
Un pour la monnaie, deux pour nous.
 
Je suis seul dans les couloirs. Seul, vraiment seul. Pas de gardiens, pas d'infirmière, pas de psychiatre. Je suis seul et je ne suis pas supposé l'être. Mes gardiens m'ont lâché, le temps d'un instant parce qu'une urgence les appellerait en salle de divertissement, ou un truc du genre. J'ai essayé de comprendre ce qui se disait dans les talkies walkie, mais ils sont parties, subitement, en oubliant royalement mon existence.

Je suis resté, comme ça, planté comme un poireau, à cligner des yeux, les mains menottés. Je me suis jamais retrouvé seul dans le couloir. Je ne suis pas le patient qu'on oublie, mais ils avaient réussi à le faire.

Puis, j'ai eu quinze ans à nouveau. L'ivresse de la liberté, la folie d'un instant. Il fallait que je me tire, un peu, pas longtemps. Que je m'échappe dans le couloir, jusqu'à ce qu'ils me retombent dessus. Je me suis sauvé, l'air de rien. Assez désinvolte pour que ça paraisse naturel. J'écoutais les pas effrénés, me planquait quand il s'approchait trop près et j'avais finalement réussi à passer du côté de l'asile où c'était calme.

Je me doutais que les caméras finiraient par m'avoir sur le dos, mais ça ne m'empêchait pas de m'offrir une sortie improvisée. Heureux comme un môme, je m'aventure à la découverte de l'asile, comme un visiteur. Le cliquetis des menottes sonnesous mes pas guillerets, je les secoue un peu plus, comme pour donner un petit tempo agréable à ma promenade. Je commence à monter les escaliers, tranquillement, quand une intruse se trouve sur ma route, posé sans honte sur les marches.
Une patiente, je ne vois pas bien ce qu'une infirmière irait faire par taire. Je fronce les sourcils, frustré par sa présence, mais elle ne risquait pas de dire quelque chose. Je crois. Alors, l'air de rien, je passe près d'elle en montant à pas de loup les escaliers. Je la dévisage, au passage, m'assurant qu'elle ne va pas me sauter à la gorge… je me méfie des gars d'ici, ils sont suffisamment dingues pour essayer de t'arracher la carotide pour un oui ou pour non.

Lentement, je la contourne, comme si elle allait se réveiller et que j'étais face à un ours polaire sur le point de me faire sauter la tête. J'y suis presque, juste une marche, quand le haut-parleur annonce d'une voix des plus délicates.
" Avis aux personnels d'Arkham, code 47-2. Le patient Jason Todd a été laissé sans surveillance. Il se déplace actuellement dans les couloirs de l'asile. Dernière apparition au deuxième étage, je répète, le patient a été vu au deuxième étage.. Code 47-2. Monsieur Todd, veuillez immédiatement vous rendre à votre cellule. "
Pourquoi fallait-il qu'ils gâchent tout…


 


Spoiler:
 

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Mer 25 Mai - 22:37

Invité
Invité
" Avis aux personnels d'Arkham, code 47-2. Le patient Jason Todd a été laissé sans surveillance. Il se déplace actuellement dans les couloirs de l'asile. Dernière apparition au deuxième étage, je répète, le patient a été vu au deuxième étage.. Code 47-2. Monsieur Todd, veuillez immédiatement vous rendre à votre cellule. "

Violet releva la tête, l'air morose. Cette annonce sonnait beaucoup trop forte dans les couloirs jusqu'aux escaliers. La paix, un petit moment de paix, c'était tout ce qu'elle demandait. Etait-ce déjà trop ? Elle fixa le type qui de toute évidence essayait de l'éviter tout en la frolant presque. Vu la tête qu'il tirait ce devait être lui ce Monsieur Todd en question. Elle le fusilla du regard, comme s'il était le seul responsable de ce vacarme, comme si c'était sa faute, rien qu'à lui, si elle était sortie du petit monde qu'elle essayait de se forger pour échapper à tout ça.

- Todd je présume ?

Elle arqua un sourcil, comme si elle lui faisait passer un interrogatoire. Il pouvait toujours essayer de se défiler, le temps que Violet se mette debout et le suive il serait déjà loin vu l'élan dont il disposait et la flegme de Violet à ce moment.






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 27 Mai - 18:08

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
Un pour la monnaie, deux pour nous.
 
La nana des escaliers se met à me fixer comme si j'étais responsable de tous les maux du monde. C'aurait été à la fois flatteur et malheureux. Face à ce regard lourd en reproche, je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils, interrogatif et vexé qu'elle m'agresse visuellement de la sorte. A ses reproches, je répondais un " Quoi !? Qu'est-ce qu'il y a !? " du regard.

L'annonce recommençait. Oui, je sais, monsieur Todd doit retourner en cellule, mais au fond, qu'est-ce que j'avais faits de mal, hein ? Je me contentais de arpenter l'asile en quête d'un peu de liberté. Innocent et sage. Inédit, en somme.  
- Todd je présume ?
- Non, Robin.
Je regardais un instant ailleurs, moi même étonné par mon mensonge. Pourquoi, instantanément, j'avais dit Robin ? Comme une vieille habitude, une rengaine. En général, je rajoutais que j'étais le boy wonder et que j'allais lui botter le train, mais là, ce n'était pas vraiment le moment de lui botter le train. Elle avait l'air pacifiste… Fâché, mais pacifiste.

Loin de moi l'envie de lui faire la conversation, alors, sans même un adieu, je monte une marche de plus, puis d'eux. Les gardiens pressent le pas, à l'étage du dessus, mais ce n'est à eux de défendre. Ce n'était pas la première fois que je constatais leur rôle et chaque gardien restait à son étage… C'était ce que j'avais vu, mais dans ce genre de protocole d'urgence… Si du moins, mon cas était vraiment une urgence, je me demandais s'il courrait vraiment entre les étages…
Je réfléchis, et finalement, me pose à deux marches de la demoiselle contrariée. Au pire, je lui grognerais dessus et elle se radoucirait. Peut-être et si je m'y prenais bien. Elle n'irait pas hurler que j'étais là, ne me renverrait pas en cellule et tutti quanti. J'osais espérer qu'elle n'était pas si vache.

Là, je regarde ses mains et constate à mon grand regret que les siennes sont libres, contrairement à moi. Curieux, je désigne de l'index ses poignets.
- Traitement de faveur ?

 

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Dim 29 Mai - 22:10

Invité
Invité
- Non, Robin.

Quel crétin. Violet le dévisagea un instant. Et dire qu'elle était tranquillement installée ici, essayant de se remémorer les paroles d'une chanson entendue à l'extérieur de l'établissement et voila qu'un patient débarquait pour chambouler sa tranquillité. Arkham était loin d'être une colonie de vacance, c'était un fait, mais pourquoi diable venait-il l'ennuyer ? N'avait-il pas put passer par un autre couloir ? Ou tout simplement rester calmement dans sa cellule sans déclencher l'émeute parmi les surveillants ?

- Traitement de faveur ?

Elle regarda ses poignets puis ceux de Jason. Effectivement les infirmiers et les surveillants la laissaient vagabonder sans menottes. Ils savaient que ça ne servait à rien sur elle. S'ils voulaient la tenir tranquille avec ce genre de chose la muselière était plus utile que les menottes. Le plus dangereux n'étaient pas ses mains mais bien ses dents et la force de sa machoire.

- C'est ce qui arrive quand on sait se tenir.

Une façon très peu subtile de lui faire comprende que lui ne savait pas se tenir. Et il n'était pas le seul, la grande majorité, si pas toute, la population d'Arkham semblait avoir du mal avec l'autorité et les règles des lieux. Violet se demandait parfois s'ils n'avaient pas envie de rester ici à vie. Dans son esprit si elle se comportait bien elle aurait plus de chance de sortir d'ici en bon état et plus tôt. Douce utopie...






◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le : Ven 24 Juin - 21:42

Jason Todd
One life for yourself and one for your dreams
Un pour la monnaie, deux pour nous.
 
C'est ce qui arrive quand on sait se tenir. Savoir se tenir avait toujours été une notion assez abstraite pour moi. J'en comprenais le dictat, ce que les autres m'imposaient. Ce qu'aux yeux de la société dont je faisais partie, savoir se tenir représentait, mais moi, je n'avais jamais réussi à m'y plier. Je savais, oui. Je savais me tenir, mais je n'avais jamais prétendu être capable de le faire.

Je n'étais pas un garçon sage.

J'étais un petit sauvage, un bâtard de clebard pas foutu de garder une laisse. Le genre de gamin qu'on avait envie de mettre au sol à coup de claque pour forcer à rester tranquille. Elle était dans le vrai, je ne savais pas me tenir. Je n'étais pas foutu de pouvoir me plier à des règles et Arkham n'y échappait pas. Je la regardais tranquillement, étirant un sourire sur les lèvres. Un sourire qui s'agrandissait, petit à petit. Et mes épaules s'agitèrent de soubresaut nerveux, en silence, avant que je n'éclate de rire. Un rire franc, un rire de gosse, un rire incontrôlé. Le genre de rire qui donne des crampes au ventre. Mon éclat de rire, presque innocent résonne dans l'escalier, sans que je puisse le taire et j'en tombais sur la demoiselle qui n'avait pas l'air d'avoir envie de me voir. Je riais, comme un môme d'une réalité qui me tombait dessus.
Il n'y avait rien de foncièrement drôle à être ne pas savoir se tenir et pourtant, je riais. Arkham me montait à la tête, j'étais trop souvent seul, enfermé où entrain de me battre avec les autres patients et là… mes nerfs lâchaient, j'éclatais de rire, pour un rien et pour une fois, je n'avais pas envie de l'avoiner.
Mon épaule s'écrasait sur la sienne et je récupérais du dos de la main une larme hilare.

" Tu vois juste, t'as du flair… !"

Les pas se précipitent, dans les couloirs. Mon rire l'est a surement averti, mais ils ne se douteront pas que c'est le mien. Je souris rarement… et je ris encore moins. Le rire n'est pas de mon appanage, bien au contraire. L'épaule étalé contre celle de l'inconnu, j'agite mes menottes vers elle.

" T'aurais pas une pince à cheveux par hasard… ? " je murmure, l'air de rien.

 


mille pardon pour le retard, j'espère que ça te plaira ;_; hésite pas si jamais !

avatar


Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2016
Métier/Occupation : Tueur à Gage


Profil psychiatrique
Statut : Pensionnaire à Arkham
Relations:


◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Message envoyé le :

Contenu sponsorisé







Chut ! Le silence est plus intéressant que votre conversation [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1